« Cette élection, c’était Ubu au pays des cocos ! »

Comme prévu, Pierre Laurent a été désigné nouveau secrétaire général du Parti communiste français. Jacky Hénin, l’ancien maire de Calais, était bien candidat, mais aucune voix n’a pu se porter sur son nom...

« J’avoue qu’il est compliqué de comprendre, pour qui n’est pas membre du PCF, comment s’élit le responsable de notre formation, explique Jacky Hénin. Et même à l’intérieur, ce n’est pas simple... » En fait, les deux candidatures, avant d’être soumises au vote des délégués, ont été soumises à l’examen de la « commission des candidatures », qui n’a présenté, dans son rapport, que celle de Pierre Laurent...

« C’est un peu comme si Nicolas Sarkozy proposait à l’assemblée nationale qu’il n’y ait plus qu’un seul candidat à l’élection présidentielle, illustre Jacky Hénin. Bref, ce congrès, c’est Ubu au pays des cocos. Je me demande comment un parti peut militer pour une proportionnelle intégrale dans la société, et se prêter à un simulacre pareil ».

Jacky Hénin n’a pas retiré sa candidature, mais n’a pas non plus insisté pour la défendre : « A un moment, on m’aurait fait passer pour celui qui divise. C’était un piège dans lequel je n’ai pas voulu tomber. J’ai déclaré que dans ces conditions pour le moins singulières, je n’entendais pas participer au vote, et que la différence entre le nombre d’inscrits et le nombre de voix obtenues par Pierre Laurent serait le chemin qu’il nous resterait à accomplir pour que nous conjuguions ensemble le mot démocratie ».

La Voix du Nord, 23 juin 2010