Les communistes du Rhône sans ambiguité...

On sait que dans le Rhône, les débats sur la stratégie du PCF sont vifs et que le courant "Faire Vivre et Renforcer le PCF" marque le débat politique des communistes.

A Vénissieux ou St-Fons, il était attendu que les communistes s’expriment majoritairement pour un candidat communiste, et notamment pour André Gerin, député communiste de la circonscription... C’est confirmé par le vote organisé par ces sections afin que la position des communistes soit le plus possible exprimées avant la conférence fédérale.

A Villeurbanne, on savait que le débat était aussi assez partagé. Mais le résultat du vote, obtenu contre l’avis du secrétaire de section, est sans appel, Gerin nettement majoritaire, suivi de Chassaigne, Mélenchon n’atteignant pas 20% des exprimés...

A Pierre-Benite, on savait que le réseau ANR était influent et que André Chassaigne serait préféré. C’est le cas avec 9 voix contre 1 seule pour Mélenchon dans l’assemblée générale qui a rédigé la contribution de la section.

A Rilleux, il avait déjà été remarqué qu’un vote organisé par cette section active d’une ville populaire socialiste, avait placé largement en tête André Chassaigne, reléguant Mélenchon là aussi comme un choix presque marginal.

A Lyon même, c’est avec surprise qu’on constate que Mélenchon n’arrive pas vraiment à être majoritaire, malgré l’engagement fort de la direction de section. Il n’y a pas eu de vote organisé, mais la discussion en assemblée générale est très équilibrée, ce qui se traduit par une délégation à la conférence fédérale dans laquelle Mélenchon n’est pas majoritaire...

Si on tient compte des expressions au comité fédéral de camarades qui expriment leur refus de la personnalisation et considèrent qu’ils peuvent mener campagne pour tous les candidats et ne veulent pas s’enfermer dans un choix de personne, on se demande qui finalement tient absolument à ce que ce soit Mélenchon !

On sait que beaucoup de communistes se prononçant pour Chassaigne, comme le représentant de Pierre-Bénite l’a dit en comité fédéral, accepteraient la candidature de Mélenchon, mais c’est bien la question inverse qui se pose.. Si les communistes choisissent majoritairement un candidat communiste, par exemple André Chassaigne, qui refuserait de mener la bataille ?

Si on observe le comportement des dirigeants dans leur refus de parler de la candidature Chassaigne, symbolisée par Marie-Georges Buffet qui ne rate pas une occasion d’être en photo avec Mélenchon, mais fait tout pour ne pas croiser Chassaigne, on est en droit de leur demander : "respecterez-vous la décision des communistes si elle se porte sur André Chassaigne ou André Gerin ?"