Marchais, Gerin, Bayrou même combat ?

Dans les années 70, Georges Marchais, pour le parti communiste français (oui, communiste, pas encore allié-bouffé par les socialistes) luttait contre les délocalisations, les licenciements, le chômage. Il militait pour garder l’emploi en France, "fabriquer français", " acheter français", "consommer français" ; que n’avons-nous pas entendu ! Nous fûmes traités de néofascistes, racistes, xénophobes, par la droite et par la nouvelle gauche qui se disait "socialiste" et qui allait se montrer de plus en plus libérale... au fur et à mesure qu’elle ramenait le PCF à moins de 10%, comme le souhaitait Mitterrand (vous savez, le modèle de Mélenchon). Ils n’étaient pas nombreux, dans les années 70-80 ceux qui se méfiaient de cette Europe (bras armé du capital) de cette mondialisation qui allait tout détruire, usines, emplois, acquis sociaux.

Le peuple réclamait un référendum sur le traité constitutionnel européen ? Il ne voulait pas de cette Europe libérale ? Il était raciste, xénophobe. Il vota non au TCE ? La droite, le centre et le PS nièrent le vote du peuple souverain.

Voyez-les maintenant, ils veulent relocaliser ce qu’ils ont délocalisé, réindustrialiser après avoir détruit toute notre industrie, sans s’inquiéter des vies détruites, du désastre causé par ce capitalisme ravageur. Chômage, travail précaire, salaires de misère, restos du cœur pour le peuple. Les riches, eux, toujours plus riches, à 200 fois le SMIC + des bonus et des primes, ils s’enrichissent encore plus avec la crise !

Mais Messieurs Bayrou, Sarkozy (oui même lui) rois du rétro-pédalage, votre nouveau slogan "produire français" ce n’est pas un peu raciste ça ?

Réindustrialiser, relocaliser la production, garder nos entreprises et nos emplois, c’est André Gerin qui le dit et depuis très longtemps. Ce sont les ouvriers de Fralib, Veninov etc. qui luttent depuis des mois, des années pour garder leurs usines, leurs emplois, qui le disent, le crient ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que vous ne les avez pas beaucoup aidés ! Vos soutiens allant plutôt au patronat et à la "concurrence libre et non faussée" n’est-ce pas ?

Vous, Messieurs Bayrou, Sarkozy de la droite du centre ou du PS vous méritez que le peuple, ceux qui voulaient, depuis longtemps, garder emplois et productions en France vous décernent un label :

Faux culs !

Ils peuvent même, en cette période électorale, vous réserver bien des surprises !

Mireille Popelin