NPA : qui est de trop ?

slogan sur une affiche du NPA

c’est pas les roms, c’est pas les musulmans, c’est pas les sans-papiers qui sont de trop, c’est le racisme...

On se demande ce qui met sur le même plan les musulmans et les autres dans cette liste. Quand on parle de roms et de sans-papiers, on parle de pauvres tentant de survivre dans un pays qui laisse circuler les capitaux et les patrons et met en concurrence sous différentes formes tous les travailleurs. Mais il y a des musulmans patrons ou ouvriers parfois sans-papiers... Et il y a des musulmans émirs richissimes, commerciaux flambeurs, aristocrates méprisants, fascistes anti populaires et anti-immigrés... dont on ne voit pas ce qu’ils font dans cette liste...

Mais le plus intéressant est la conclusion, car en quelque sorte, soit le NPA veut proposer un plan d’éducation contre le racisme comme solution à la crise politique, et les fascistes peuvent rigoler, soit en fait le NPA explique que les racistes sont de trop. Message explicite qui bien sûr ne peut que les conforter "c’est eux ou nous".

L’affiche n’est donc pas destinée aux racistes. Mais quel message donne-t-on ainsi aux antiracistes ?

Et bien simplement que ce qui est "de trop", ce ne sont pas les bourgeois, les patrons, le capitalisme, mais... les gens du peuple qui sont pris dans la tenaille de la crise politique et sociale, dans ces "guerres de classe" que le capitalisme organise pour sa survie. Le NPA contribue ainsi à cette lecture de "la guerre des civilisations" comme exutoire au combats de classe.