Raymonde Dien, combattante anti-colonialiste

Raymonde Dien a été arrêtée en février 1950 pour s’être couchée devant un train militaire le 23 février 1950, à Saint-Pierre-des-Corps. Le chargement était destiné à la guerre imminente en Indochine. Elle fut arrêtée, jugée, condamnée à un an de prison et privée de ses droits civiques !

Elle publie un livre qui a pour titre « Raymonde Dien, une vie de militante ». Moins connue qu’Henri Martin en France, elle a été accueillie en héros au Vietnam libéré, à Berlin et Saint-Pétersbourg, où elle a une statue.

Extraits...

« Nous apprenons dans la matinée, qu’un train chargé de véhicules blindés est attendu en gare de Saint-Pierre-des-Corps à destination de l’Indochine. Il faut agir vite et exprimer la solidarité des tourangeaux avec la lutte des peuples colonisés et opprimés dans leur combat pour leur libération. La réaction est immédiate. Il faut faire quelque chose de spectaculaire, ce train ne doit pas passer.

La mobilisation est rapide, à pied et à vélo car on ne dispose pas de voitures ni de téléphones. Plusieurs centaines de personnes se rassemblent, elles luttent toutes pour la paix au Viêt Nam : cheminots, ouvriers des chantiers du bâtiment, ateliers de la métallurgie, des femmes, des jeunes, des hommes venus de partout, parcourant parfois 4 à 5 km à pied, ainsi que des salariés de l’entreprise de meubles la BDF.

Une manifestation prend forme en quelques heures, pour s’opposer à 13 h 30 au départ de ce convoi au lieu dit Les Epines Fortes à Saint-Pierre-des-Corps, là où se trouve le convoi de matériel en partance pour l’Indochine. Le train avance lentement gardé par des militaires… »

Des livres sont en vente à la section PCF de Vénissieux et peuvent être commandés par chèque (15 euros + 5 euros de frais de port) à l’ordre de Raymonde Dien ou de Catherine Dien). Catherine DIEN, 3 cité Picasso, Appartement 345, 93200 SAINT-DENIS.

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur