Chine

Je reviens du Xinjiang, où j’ai passé plusieurs jours en compagnie de l’écrivain Maxime Vivas, dont j’ai eu l’honneur de publier certains livres. Nous avons visité Kashgar, la ville tout près de la frontière afghane et qui compte 92 % de Ouïghours, puis Urumqi, la capitale forte de plus de 2 millions d’habitants, enfin la ville nouvelle de Shihezi, développée dans les années 1950 par les bingtuan (兵团), paysans-soldats envoyés par Mao Zedong pour mettre en valeur des zones pionnières et, ainsi, ne pas avoir à contester l’eau aux populations locales dans cette région semi-désertique.

Sans oublier un détour par le sublime lac Tianchi, à l’est des montagnes célestes. Le Xinjiang comptant environ 25 millions d’habitants sur une surface grande comme trois fois la France mais habitable sur seulement 9,7% du territoire, je pense donc que cette visite de grands centres urbains et des grandes routes sillonnées pour les rejoindre, me donne un aperçu suffisamment représentatif pour parler de cette région avec plus d’autorité que nombre de journalistes français qui n’y ont jamais mis les pieds, en tout cas certainement pas récemment, et notamment depuis la campagne de calomnie orchestrée en 2019 par Mike Pompeo et la CIA.

Comment un seul communiste pourrait encore soutenir l’amendement dénonçant le génocide Ouighour adopté au dernier congrès du PCF ? Il faut vraiment avoir cédé à la propagande militariste occidentale pour ne pas prendre en compte ce témoignage, après tant d’autres sur la réalité du Xinjang..

pam

Voici un nouvel article bienvenu qui traite de la province chinoise qu’est la région autonome ouïghoure du Xinjiang (XUAR). Que Albert Ettinger qui m’a fait connaître l’article en soit remercié. Sur mon blog, de nombreux articles ont été consacrés à cette province : https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/tag/xinjiang/

(Michel Aymerich, Les caractères mis en gras dans l’article traduit le sont par moi…)

Dimanche, dernier jour du dialogue Shangri-La [une conférence internationale sur la sécurité dans la zone indo-pacifique se tenant tous les ans à l’hôtel Shangri lah de Singapour, NdT], le conseiller d’État chinois et ministre de la Défense Li Shangfu a prononcé un discours sur la "Nouvelle initiative sécuritaire chinoise". Dans son discours, M. Li a mis l’accent sur « une nouvelle voie vers la sécurité qui privilégie le dialogue plutôt que la confrontation, le partenariat plutôt que l’alliance et le gagnant-gagnant plutôt que la domination ». Il a présenté une proposition en quatre points : Le respect mutuel doit prévaloir sur l’intimidation et l’hégémonie ; l’équité et la justice doivent transcender la loi de la jungle ; l’élimination des conflits et de la confrontation par la confiance mutuelle et la consultation ; et la prévention de la confrontation entre blocs par l’ouverture et l’inclusion. M. Li a également réitéré la position de la Chine sur la question de Taïwan, la question de la mer de Chine méridionale et les relations entre la Chine et les États-Unis, et a exprimé la ferme volonté et la détermination de la Chine à défendre les intérêts nationaux et l’unité nationale.

Le plan de paix de la Chine compris dans son contexte, celui face à la folie de l’occident d’une force qui monte, pas seulement celle de la Chine mais d’un sud qui refuse de limiter son horizon aux guerres impérialistes, aux sanctions, à la propagande, qui exige que l’on réponde aux défis de notre temps. Qui sera capable d’entendre cette voix qui nous interpelle depuis des décennies, de comprendre que nous pouvons et devons nous y associer au nom de tous les peuples y compris celui que l’on nomme Français. Certes il y a un bougé lié aux luttes contre la politique du pouvoir, ce bougé recrée un parti communiste français et au-delà une gauche, mais je crains qu’il faille beaucoup de temps pour voir le monde tel qu’il est, je crains que face à une autre aventure impérialiste, il n’y ait encore aucune force capable d’affronter les mensonges, le consensus néo-colonialiste qui détermine notre déclin irréversible. Le plan de paix nous propose une révolution de notre perception du monde c’est ce qui est décrit ici, malgré nous nous restons à la recherche d’une troisième voie, elle ne peut pas exister. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Interview remarquable du président du parti communiste russe à propos de l’évolution du socialisme chinois et des données théoriques qu’il développe loin de toute posture dogmatique ; les relations entre communistes russes et chinois sont désormais au beau fixe. C’est un texte à lire absolument. PB


Au forum de saint Petesbourg, la Chine dénonce avec force le modèle belliciste occidental : “La crise en Ukraine a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme pour le monde entier : fétichiser les positions de force, étendre les alliances militaires et rechercher sa propre sécurité au détriment de celle des autres pays conduira inévitablement à un dilemme de sécurité.” et elle oppose à cette folie un respect des souverainetés et le choix des coopérations.

Le fleuve de l’histoire est parfois calme, parfois turbulent, mais il avance toujours à grands pas. Malgré l’évolution de la situation internationale, la tendance historique à l’ouverture et au développement ne changera pas, pas plus que la volonté de travailler ensemble et de relever les défis. Nous ne devons pas craindre que les nuages flottants nous couvrent les yeux, comprendre avec précision les lois du développement historique, ne pas nous laisser désorienter par le moment, ne pas avoir peur des risques, relever courageusement les défis, et avancer vers l’objectif de la construction d’une communauté de la destinée humaine.

Parti communiste français, Parti communiste chinois : une histoire partagée selon Fabien Roussel. Une marque de solidarité qui rappelle les temps heureux de l’Internationalisme prolétarien. Nous en sommes fiers ! Hervé Fuyet

Le Symposium Mondial des Partis Politiques Marxistes s’est déroulé jeudi 27 mai 2021. L’événement a rassemblé quelque 70 représentants de 58 partis politiques de 48 pays. Il a été accueilli et parrainé par le département international du Parti communiste chinois (PCC) pour ses 100 ans. Le compte rendu succinct du Symposium a été publié par le média suisse Sinistra.ch

Traduction Nicolas Maury


Voici un article complet sur les arguments de la Chine face à la propagande prise comme argent comptant – au delà des limites du vraisemblable – par les médias occidentaux avec en France quelques têtes de pont du bourrage de crâne comme France Culture qui promeut systématiquement par ailleurs la « réhabilitation » des collaborateurs nazis et de tous ceux qui se sont illustrés dans la propagande de la CIA. Mais en fait c’est une opération menée par une ancienne gauche convertie au libéralisme comme les gens du « siècle ». Le passage de l’Humanité dans un tel pôle a privé notre pays d’un contrepouvoir médiatique. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Article intéressant tiré d’un site loin d’être communiste…

Revenir en haut