S’organiser

Ce dimanche, le deuxième tour peut conforter le premier, ou au contraire le corriger en limitant le nombre de députés RN. Les communistes ont tout fait pour cela. Mais il faut dire la vérité aux français, la crise politique est ancienne et elle ne peut être résolue par un seul jour de vote.

Certains vont s’empresser de parler de la prochaine campagne électorale, de candidats à la prochaine présidentielle, comme si nous n’avions aucune leçon à tirer de notre situation, qu’il suffirait de « faire mieux » la prochaine fois. Cela fait 30 ans que nous allons d’élections en élections sous différentes formules à gauche sans jamais freiner la progression du RN dans tous les milieux, et notamment dans les milieux populaires. Une nouvelle étape a été franchie en 2024.

Il faut cesser d’enfermer notre peuple dans l’électoralisme, et lui dire la vérité. Le PCF doit lancer un appel à tous les Français pour créer partout des comités locaux du nouveau Front Populaire et organiser un débat national sur le seul sujet qui vaille ce soir : comment faire reculer les idées et le vote d’extrême-droite dans notre peuple ?

L’essentiel et l’urgence pour ce 7 juillet est de limiter au maximum le nombre de députés RN pour empêcher un gouvernement d’extrême-droite. Mais il faudra aussi beaucoup de réflexions pour comprendre les difficultés de la gauche à unir et mobiliser les milieux populaires, et notamment des formes et des conditions de son union…

Voici une étude de l’accord de répartition des circonscriptions législatives dans le cadre du Nouveau Front Populaire, qui est utile dans les discussions sur ces difficultés de la gauche et aussi à la lecture des résultats du premier tour…

la première version de cet article a été bloquée sur FB. Voici une deuxième version expurgée des noms en clairs pour voir…

Les réseaux sociaux ont pris une place déterminante dans la communication. Les nouvelles générations n’envoient pas de courrier, ne lisent plus que rarement les mails, ne regardent même pas les SMS mais réagissent au quart d’heure sur W ou TkTk…

On peut dire, on s’en fout, les outils ne sont que des supports, ce qui compte, c’est le lien et le contenu… Sauf que cette fragmentation par les pratiques de réseau sont un risque pour faire converger des mobilisations, et surtout, que ces liens qui se construisent désormais sur des réseaux sociaux sont sous la main de quelques grandes puissances économiques, des acteurs comme M ou G qui pèsent plus lourd que de nombreux états, qui peuvent dépenser beaucoup plus que n’importe quel organisation mondiale pour analyser, étudier, utiliser les données de ces « liens » qui nous relient avec nos comptes X, F, I, W, T…

Les réseaux sociaux ont pris une place déterminante dans la communication. Les nouvelles générations n’envoient pas de courrier, ne lisent plus que rarement les mails, ne regardent même pas les SMS mais réagissent au quart d’heure sur Whatsapp ou Tiktok…

On peut dire, on s’en fout, les outils ne sont que des supports, ce qui compte, c’est le lien et le contenu… Sauf que cette fragmentation par les pratiques de réseau sont un risque pour faire converger des mobilisations, et surtout, que ces liens qui se construisent désormais sur des réseaux sociaux sont sous la main de quelques grandes puissances économiques, des acteurs comme meta ou google qui pèsent plus lourd que de nombreux états, qui peuvent dépenser beaucoup plus que n’importe quel organisation mondiale pour analyser, étudier, utiliser les données de ces « liens » qui nous relient avec nos comptes X, FB, insta, whatsapp, tiktok…

Il y a 40 ans, la marche pour l’égalité des droits et contre le racisme, imaginée à Vénissieux et organisée de Marseille à Paris créait l’évènement comme réponse politique et citoyenne à la crise des banlieues. Tellement de choses ont changé depuis et pourtant !

Les "émeutes" de juin dernier, plus violentes encore que de nombreuses autres depuis 40 ans, ont montré que la "crise des banlieues" s’est élargie et approfondie. Encore une fois, c’est le drame de violences policières qui allume la mèche d’un terrain social inflammable. Mais cela conduit des médias et des politiques à stigmatiser nos quartiers, nos familles, alors même que nous sommes les premières victimes des dégradations de services publics ou de notre cadre de vie de ces émeutes. Ce serait nos familles, nos jeunes, nos parents qui ne seraient pas capables d’assurer leurs responsabilités, qui laisseraient des adolescents aux mains des trafics, dans la violence de la rue. Mais c’est tout la société qui porte des addictions dont les trafics dans nos quartiers ne sont que la conséquence ! Qui est responsable des ados « perdus de vue » de l’éducation nationale ? Qui est responsable des mal logés survivant dans la débrouille de logements illicites ? de la précarité du travail qui place des mères isolées dans l’angoisse de devoir laisser leurs enfants seuls ?

Depuis 40 ans, les inégalités territoriales sont encore plus fortes, le racisme est devenu une arme politique légitime, alors même que les Français d’origine immigrée sont présents dans toute la société, des cadres supérieurs aux artistes en passant par les chercheurs et les personnalités politiques.

Nous disons avec force :

  • Non, ni les parents, ni les enfants, ni les jeunes des quartiers populaires ne sont le problème. Les violences et les casses qui ne concernent qu’un petit nombre, sont d’abord la traduction de la fracture citoyenne entre les institutions et les milieux populaires, de l’incapacité de la politique de l’ordre à organiser une police républicaine au service des habitants, l’échec d’une répression des trafics et des violences dans une société qui renforce partout l’individualisme et la concurrence.
  • Non, les dépenses publiques pour les quartiers ne sont pas des puits sans fonds. Elles sont utiles et nécessaires, même si elles concernent principalement la rénovation urbaine et pas le développement économique, social et culturel. Leur limite est qu’elles ne compensent pas les inégalités et les injustices de l’ensemble des politiques publiques qui dépensent moins dans nos quartiers qu’ailleurs !

C’est pourquoi nous appelons à une grande marche populaire pour l’égalité et la fraternité, pour affirmer que les milieux populaires doivent s’engager pour eux-mêmes dans le débat public pour défendre nos droits, nos conditions de vies, nos quartiers.

Un lecteur quotidien de l’humanité peut penser qu’il n’y a pas de communistes russes. Quand le journal cite, rarement [1], le KPRF (parti communiste de Russie), c’est au détour d’un article sur Poutine [2] ou les nationalistes [3]… et toujours dans la grande vague médiatique occidentale antirusse, valorisant les « libéraux » pro-occidentaux, pro-capitalistes et anticommunistes.

Pourtant, le parti communiste russe, reconstruit après son interdiction par Eltsine, est présent dans toute la Russie, dirige deux régions importantes, est le deuxième groupe politique à la Douma, et a confirmé sa place aux dernières élections locales du 10 septembre, réélisant ses deux gouverneurs, et se maintenant comme la deuxième force politique dans tous les pays, dans le contexte d’un vote en pleine guerre de soutien à celui qui dirige la guerre.

Mais, il ne faut pas en parler, ce n’est pas de bon ton dans les médias occidentaux, et l’humanité n’est plus le journal des communistes depuis longtemps, à part pour leur demander de le financer…

Les communistes de Vénissieux sont donc très heureux d’avoir invité officiellement Vladimir Bessonov pour lui permettre de venir en France, et participeront au débat organisé par la fédération de l’Herault, Samedi 16 septembre à 16h

Chers camarades, Nous sommes dans une situation compliquée où l’impérieux besoin de prendre en compte les revendications immédiates du peuple concernant la rémunération du travail, les pensions, les questions des libertés, l’impérieuse recherche d’une union contre le capital ne peuvent (…)

Nicolas dans son intervention liminaire a eu raison de placer la question de la paix et de l’action pour la paix au centre de nos préoccupations, qu’il s’agisse de la situation de violences urbaine après l’assassinat de Nahel, de nos luttes contre l’austérité ou de notre programme d’action pour les européennes.

En effet comme le mentionne le texte préparatoire à la réunion du CN de ce week-end qui vient de nous être communiqué sur table, ce qui est bien, l’Union Européenne ou plutôt l’alignement de la totalité des forces du pays, hormis les communistes, sur une « économie de guerre » pour citer le texte est l’élément dominant.

Ce vote tourne la page du congrès de Martigues qui avait initié une période de 20 ans marquée par l’effacement, voire le renoncement, une conception mouvementiste du PCF.

Ce dernier Conseil National a lancé le 39 ème congrès. Le débat a été vif, prenant parfois des aspects détestables d’attaques personnelles. Il est certain que des camarades n’ont pas accepté le tournant du 38 éme congrès et tente de nous faire revenir vers une orientation passée et dépassée ; c’est pourtant la volonté de travailler à l’avenir du PCF qui s’est imposée dans les votes pour la résolution et les commissions. L’essentiel, c’est que les communistes s’emparent du débat. Ci_dessous, un résumé de mes diverses interventions !

  • Contre les combinaisons politiciennes venues
  • Ce blog politique se veut être un outil d’info différent des médias aux ordres de l’argent roi. Ilest au service de ceux qui luttent pour une société plus juste et plus humaine. Le blog de pc.duclos.cuers hébergé par OverBlog
  • Le journal communiste de Vénissieux, 3e ville de l’agglomération lyonnaise, dirigée par un maire communiste depuis 1935… Devant la nécessité de reconstruire un parti communiste capable de porter les résistances du peuple, la perspective révolutionnaire de la mise en cause du capitalisme, la réaffirmation de la souveraineté populaire, les communistes de Vénissieux se sont donnés ce nouvel outil pour faire connaitre leurs batailles, mais aussi les efforts de communistes dans et en dehors du PCF, dans toute l’agglomération lyonnaise. Ce site reprend le contenu du site internationalistes.org, crée à l’occasion de la bataille contre la constitution européenne, marquée par un appel internationaliste des communistes du Rhône qui avait reçu plus de 3000 signatures dans l’agglomération il reprend aussi le contenu du site
  • Nicolas Maury Militant du Parti Communiste Francais de Istres à Villeurbanne…. l’action avec mes camarades du PCF
  • Site de la section du PCF du Bassin d’Arcachon, vise à mettre à disposition tout document, réflexion de nature à enrichir la réflexion de tout communiste et plus généralement de tout citoyen aspirant à dépasser l’impasse dans laquelle nous met le capitalisme
  • Blog officiel de la section du Parti Communiste de Béziers, 2 rue Voltaire Béziers (04 67 76 43 78)
  • PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
Revenir en haut