37e congrès : deux textes pour défaire le PCF, un seul pour le construire !

Nous sommes à quelques jours de la date limite du dépôt des textes alternatifs et tout montre que nous pouvons y arriver !

Le mouvement de signatures autour du texte « Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF ! » ne faiblit pas, bien au contraire, et les camarades se mobilisent pour récupérer les fameuses attestations de cotisations qui mobilisent tant d’énergies !

Nous sommes déterminés à maintenir l’effort jusqu’au bout et nous appelons les communistes à se mobiliser pour assurer le dépôt d’un texte engagé "Pour faire vivre et renforcer le PCF".

L’heure n’est pas à tergiverser, à attendre le texte de dernière minute, la meilleure formule. L’heure est à se rassembler pour déjouer le piège mortifère dans lequel certains cherchent à enfermer le PCF.

En imposant au forceps aux communistes une primaire dont ils ne veulent pas à juste titre, d’autant qu’elle a de fortes chances de déboucher sur le soutien à un candidat socialiste, Pierre Laurent a ouvert "la boite de Pandore". Ceux qui rêvent depuis longtemps de dissoudre le PCF dans une nouvelle force politique se sont précipités et, s’appuyant sur le rejet de la primaire, tentent de remettre en selle leur projet de « métamorphose », dilution du PCF dans un Front de gauche transformé en nouveau parti qui nous absorberait. Et cette fois-ci, c’est la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui nous serait imposé au forceps ; personne ne peut croire que c’est un hasard si celui-ci invite à une manifestation le 5 juin, dernier jour du congrès du PCF.

Trois remarques s’imposent :

  • Le Conseil national n’a pas joué son rôle d’alerte et de prise en compte de la parole des communistes. En effet, le texte « Le temps du commun » a été adopté à une très large majorité et il est quand même étonnant de voir des camarades adopter un texte au Conseil National, pour aller ensuite signer une pétition ou un texte alternatif !
  • Les initiateurs du texte « Ambition communiste » sont le plus souvent d’anciens ou de présents dirigeants nationaux dont nous avions combattu en 2007 et 2008 la volonté liquidatrice.
  • La tactique électorale, qui remplace depuis un bon moment la construction théorique et stratégique, confisque complètement le débat du congrès justement sur la présidentielle, l’élection la plus perverse et la plus structurante de la 5e république.

Nous voilà donc avec deux textes de la direction, deux textes qui s’opposent sur la tactique électorale, mais qui portent le même risque d’effacement du PCF car leurs auteurs ont depuis longtemps renoncé à cette idée essentielle : il ne peut pas y avoir de transformation sociale sans un PCF puissant, la gauche sans un PCF fort n’existe pas ! Ils ont renoncé à ce que le PCF joue un rôle central.

Et bien portons avec courage et détermination une troisième voie, celle de l’existence et de la reconquête de l’autonomie du PCF, celle de l’unité des communistes reconstruite dans les combats communs, relevons le défi de l’existence du PCF !

Vos témoignages

  • Je tiens l’avis de René Sansa, comme très intéressant, après avoir lu le livre des éditions Delga « Le socialisme trahi, Les causes de la chute de l’Urss » écrit par des universitaires nord-américains. Le préjugés que le socialisme est inefficace est très répandu dans nos rangs, et cela nous empêche d’être porteur d’un autre projet économique tout à fait différent et innovateur que celui que nous subissons et qui , pour le moins laisse dubitatifs pas mal de gens.

  • pascal, je te trouve bien sévère à l’égard du copain qui dénonce la désintégration du PCF, de l’idéologie, de la disparition des municipalités, (la ceinture rouge est blanche), le rapport Krouchtchev n’est pas le principal artisan de la déconvenue ; c’est surtout le suivisme des membres du PCF, je fais mon mea culpa, c’est la raison pour laquelle je ne me gêne pas pour le dénoncer. Pourquoi les militants du PCI ont-ils laissé leurs dirigeants anéantir un parti qui réalisait 30% des voix ? La vigilance aurait dû l’emporter ; mais sans doute, l’idéologie s’était atténué au point de tout laisser faire. En france, c’est pareil. J’ai appris le marxisme à l’Université Nouvelle, l’université du marxisme-léninisme, ce qui ne m’a pas empêché de me faire piéger par Robert Hue, en oubliant que seule la classe ouvrière est révolutionnaire, puisqu’elle n’a rien à perdre que ses chaînes ; on a voulu élargir notre influence aux classes moyennes, notamment au travers de Bouge l’Europe ; c’était suicidaire et ceux qui ont mordu à l’hameçon ne l’ont pas vu ; par contre ceux qui ont gardé leur lucidité ont quitté le Parti pour la Ligue, la LCR, aujourd’hui NPA, d’autres sont sans affectation. J’ai fait passé dans Faire Vivre, par l’intermédiaire de Mireille Popelin, un texte « la propriété, toujours la trouille d’en parler » qui a fait 100% d’audience. La vraie bagarre à mener pour reprendre du poil de la bête, c’est celle des nationalisations, de toute l’économie, usines grandes ou petites, (je connais des artisans qui préfèrent dépendre d’une structure plutôt que subir les aléas de l’action individuelle), les banques bien sur, en grande urgence, les grandes surfaces, et les médias. noel collet

    • « La vraie bagarre à mener pour reprendre du poil de la bête, c’est celle des nationalisations, de toute l’économie, usines grandes ou petites »

      Attention à l’état Patron partout Camarade ! Plutôt l’Autogestion des petites structures qui représentent 80% du tissu économique… Pour finir, le NPA sert les intérêts du grand capital comme depuis toujours avec la LCR…

      MERCI

  • A René Sansa, Et pendant que tu y es, le PCF depuis 1956 est responsable de la faim dans le monde et de la montée de l’effet de serre ? Je suis né en 1955 (adhésion en 1973) et, à ce que je sache, même si le PCF s’est trompé sur le rapport Khrouchtchev (en avait-il les clefs de sa compréhension à l’époque ?), je ne vois pas où ni comment le PCF aurait eu depuis cette date, une « ligne de capitulation totale » face à notre bourgeoisie et face à l’impérialisme. Ce sont des propos gauchistes qui n’ont pas raison d’avoir lieu sur ce site. Ici, l’insulte n’a pas sa place. Adieu.

  • A propos du texte « Pour construire une autre société, la France doit agir pour un autre monde » du groupe « Faire vivre et renforcer le pcf » daté du 21 Mars 2016.

    Précisons immédiatement que depuis son adhésion totale aux thèses énoncées par N. Kroutchev lors du 20e congrès du Parti Communiste de l’Union Soviétique en 1956, le parti soi-disant communiste français a scrupuleusement appliqué sur les questions nationales comme internationales une ligne de capitulation totale face à notre bourgeoisie et face à l’impérialisme.

    Ce parti n’a cessé, soit en son nom soit à travers la direction de la CGT et autres organisations sous son contrôle, d’affaiblir les capacités de combat du prolétariat et du peuple de France.

    De grèves purement économiques ultra-contrôlées en manifestations, d’élections en collaboration avec les socialistes français ; force nous est de constater – et TOUT LE MONDE peut le constater ! – que depuis les années 1960, tout ce que le prolétariat et le peuple français avaient arraché à la bourgeoisie à la fin de la guerre, TOUT a été ou est en cours de phase finale de destruction (accès à la santé, droit du travail, éducation …).

    Pour lire la suite >> url http://reconstructioncommuniste...

Revenir en haut