60 engagements de Hollande, 2 ans après

, par  Alfred Gautier , popularité : 91%

J’ai lu le récapitulatif du Gouvernement sur les 60 engagements de François Hollande, 2 ans après. Il faut reconnaitre que pratiquement tous les engagements de campagne sont réalisés ou en cours de réalisation.

Est-ce à dire que tout va très bien ? Non, bien sûr.

Pour commencer, si 95 % des mesures sont bien retranscrites, il en manque, comme le remboursement des aides publiques reçues pour les entreprises qui délocalisent, le renchérissement des licenciements collectifs en cas de dividendes versés aux actionnaires ou la création d’une allocation d’étude d’autonomie.

Mais là n’est pas l’essentiel. Le programme de « base » de Hollande ne contenait de toute manière aucune mesure susceptible d’attaquer le capitalisme.

Ensuite, parce que l’essentiel de la politique menée par le Gouvernement n’était tout simplement pas annoncée et va justement dans le mauvais sens : la politique de l’offre, de baisse du coût du travail (CICE, allègements de cotisations sociales), avec pour corolaire le matraquage du pouvoir d’achat populaire (traitements, pensions, prestations sociales gelées, hausse de la TVA etc...).

Vu l’échec majeur de cette politique, non seulement à réduire le chômage, mais aussi à réduire les déficits publics, il est urgent d’imaginer précisément une politique alternative.

Un travail d’élaboration sérieux, chiffré, juridiquement solide.

Les dirigeants du PCF et du Front de Gauche portent une double responsabilité : d’une part, d’avoir bercé d’illusions le peuple sur un quelconque « changement » avec Hollande. D’autre part, dans le marasme actuel, de ne pas ouvrir la réflexion sérieusement sur une alternative crédible au capitalisme qui dépasse la seule critique de l’« austérité ».

Voir en ligne : Le document officiel

Brèves Toutes les brèves

Navigation