Allemagne : poison et venin au lieu de la raison froide et de la diplomatie

Le Parlement et le gouvernement fédéral ont prêté un serment culturel et politique de révélation / Tout le monde saignera pour les coûts astronomiques de suivi, seuls les super-riches seront épargnés

Voici un article du blog officiel du DKP qui décrit avec une froideur chirurgicale comment l’intervention allemande en Ukraine, alors que ni le gouvernement ni les médias ne peuvent ignorer sa nazification est le signe que l’Allemagne se nazifie et que sur injonction des USA et de l’OTAN, le pays est en train de reprendre d’une manière accélérée sa propre fascisation et celle de l’Europe. Et cette nazification sera d’autant plus la seule solution que les sanctions vont entrainer des conséquences très dures pour les populations européennes et il faudra faire taire les mécontentements (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Le chancelier fédéral Olaf Scholz : « … fixer des limites aux fauteurs de guerre comme Poutine. » Le chef de l’opposition Friedrich Merz : « … enfin et visible pour le monde entier un criminel de guerre… » Applaudissements nourris au Bundestag.

Les deux orateurs abusifs ont-ils déjà osé se moquer des présidents américains et des criminels de guerre sous cette forme ? À propos de Bush Sr. (guerre d’Irak 1991), Clinton (guerre du Kosovo 1998 [3]), Bush Jr. (guerre d’Afghanistan 2001) et Obama (guerre de Syrie 2011, guerre de Libye 2011) ? Être contre toute guerre est une évidence. Partout dans le monde, il y a donc une demande pour condamner l’attaque russe contre l’Ukraine. Presque personne ne cherche à comprendre pourquoi ce sont justement les gouvernements des pays qui mènent ou soutiennent de nombreuses guerres d’agression qui montent cette fois au créneau. Cela concerne aussi explicitement l’Allemagne.

L’ARD Tagesschau qualifie le discours de Scholzen de « moment historique ». Le publiciste Tilo Gräser, en revanche l’a perçu comme « un discours honteux aux proportions historiques ». En effet, l’Amérique a vaincu l’Allemagne pour la troisième fois, et le chancelier Scholz a lu le texte du document allemand de capitulation sous la forme d’une déclaration gouvernementale.

Scholz s’est ainsi incliné devant les trois oligarchies des États-Unis : le complexe militaro-industriel, les secteurs pétrolier, gazier et minier et les secteurs financier, d’assurance et immobilier. Si vous voulez vous en convaincre, il vous suffit de jeter un coup d’œil aux cours boursiers en question à Wall Street. L’Allemagne aidera immédiatement – et contrairement à la tendance d’un krach boursier – ces actions à atteindre de nouveaux sommets. L’instrument de gouvernement que les corporations supranationales ont utilisé s’appelle l’OTAN. Incidemment, il avait déjà une présence militaire en Ukraine depuis des années, et cela ne nécessitait même pas l’adhésion controversée de cet État, qui est suspendu au goutte-à-goutte de la communauté de valeurs occidentale depuis le coup d’État de Maïdan.

En attaquant l’Ukraine sans l’accord préalable de l’ONU, la Russie a pour la première fois adopté une approche que les Etats-Unis s’étaient jusque-là réservée. Leur guerre de 20 ans contre l’Afghanistan a coûté la vie à au moins 240 000 personnes, et leur deuxième guerre en Irak s’est terminée par au moins 220 000 victimes civiles. Incidemment, la Bundeswehr a également été impliquée dans cette guerre. Le Tribunal administratif fédéral de Leipzig a jugé cela illégal, mais de telles opinions des plus hautes juridictions n’ont jamais beaucoup dérangé le gouvernement. Beaucoup a déjà été écrit sur l’épuisement du droit international, auquel la Russie contribue maintenant également, beaucoup de choses nécessaires, qui méritent d’être lues et examinées, y compris les raisons objectivement données par Moscou. Nous allons donc nous pencher sur un autre aspect.

L’un des objectifs déclarés de l’attaque russe est la dénazification de l’Ukraine. Il sera certainement manqué. Non pas parce que « l’accusation nazie » est un « mensonge absurde et brutal », comme le rapporte le Tagesschau. Le Tagesschau « Fact Finder », citant des témoins de l’OTAN-olive-Green, affirme également qu’il s’agit d’une pure propagande russe. Il s’agit d’un déni généralisé de la réalité ; beaucoup trop de néo-nazis exercent leurs méfaits meurtriers en Ukraine, beaucoup trop d’extrémistes de droite ont une influence décisive dans cet État, et donc l’objectif de dénazification ne sera pas atteint.

La vie quotidienne nazie en Ukraine

L’ignorance « journalistique de qualité » ou même le déni des activités néonazies en Ukraine corrobore entièrement l’argumentation du gouvernement fédéral. Pourtant ils n’ignorent pas que depuis la campagne de terreur meurtrière du président Porochenko contre la population pro-russe de l’est de l’Ukraine, les néo-nazis y ont fait rage organisés en régiments entiers. Le régiment “Azov” est tristement célèbre pour cela. Il marque de manière démonstrative ses uniformes avec des symboles nazis et SS tels que le « Wolfsangel » [Croc du loup, NdT]. Le gouvernement allemand n’est pas seulement au courant, mais aussi complice des méfaits : les unités néo-nazies ont été intégrées dans l’armée régulière ukrainienne, et cette armée a été entraînée par environ 4 000 soldats de l’OTAN, y compris ceux de la Bundeswehr.

L’Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité (SWP), un « groupe de réflexion » du gouvernement allemand, a jugé l’influence politique globale des extrémistes de droite sur la politique ukrainienne :

« Même si les partis de droite et d’extrême droite n’ont pas été en mesure d’obtenir des succès significatifs aux élections depuis 2014, les idées nationalistes ont eu une influence considérable dans le débat social sur le conflit à l’Est (ainsi que sur d’autres questions). Les acteurs nationalistes réussissent à plusieurs reprises à forcer les dirigeants politiques à adapter leurs politiques. »

Le fait qu’il n’y ait pas de problème nazi en Ukraine, comme l’a affirmé à plusieurs reprises le correspondant d’ARD-aktuell, Demian von Osten, accrédité à Moscou, est évidemment un mensonge. Il sert le récit de conditions démocratiques libérales sans faille en Ukraine, qui prévaut actuellement dans l’opinion publique allemande.

La protection médiatique des nouvelles du Tagesschau pour les structures nazies peut être prouvée tout au long de la période post-Maïdan. Soit aucune attention n’a été prise sur les taches brunes, soit elles ont été banalisées. Exemples remarquables : la banalisation de la couverture du massacre néonazie d’Odessa, au cours duquel 45 personnes ont été encerclées dans la maison syndicale et le bâtiment a ensuite été pris d’assaut et incendié ; l’omission ignorante d’informations sur l’élection d’Andriy Parubiy, le cofondateur des voyous paramilitaires « Patriote de Maïdan », à la présidence du Parlement ukrainien ; la scène de fraternisation que l’ancien président allemand Joachim Gauck a engagée avec Parubij précisément à Babi Yar, lieu où, en 1941, des assassins allemands et leurs complices ukrainiens avaient tué 33. 000 juifs.

Zone grise pour incitation à la haine

Le Tagesschau était également un propagandiste fiable en ce qui concerne les développements en Ukraine, dont l’aspersion constante d’informations souvent trompeuses et semi-trompeuses remplissait son objectif : faire apparaître le pays délabré, en proie à la corruption et aux forces ultranationalistes, comme une entité démocratique dont la la misère (guerre civile) était seulement imputable à la Russie. ARD-aktuell peut s’enorgueillir de son succès journalistique s’il largement retourné la population allemande contre la Russie.

Dans ce contexte, le gouvernement allemand a pu façonner la politique de sanctions de l’UE en violation du droit international, et la présidente de l’UE von der Leyen a même pu annoncer des interdictions contre les médias russes en violation de la Loi fondamentale. Quelle terreur de l’opinion ! Le maire de Munich, Reiter, a limogé le célèbre chef de l’Orchestre philharmonique de Munich, Valery Gergiev, parce qu’il n’avait pas immédiatement accepté la demande ultime de se distancier publiquement de Poutine. La célèbre soprano vedette Anna Netrebko subit une pression similaire. L’ancien chancelier Schroeder perd son personnel de bureau. Ils n’ont donné aucune raison à cela. Ils sont simplement accusés d’avoir donné l’impulsion au refus de Schroeder de se distancier de son amitié avec Poutine.

De plus en plus de rapports indiquent que les chauffeurs de camion russes circulant sur les autoroutes allemandes sont insultés et harcelés. Le fait que la russophobie soit contagieuse ne peut plus être nié.

C’est dans cette atmosphère que le chancelier Scholz a lancé un gigantesque programme d’armement de guerre au Bundestag :

« Priorité absolue : nous construirons la prochaine génération d’avions de combat avec la France. Les contrats pour le drone euro ont enfin été signés ; Nous allons également de l’avant avec l’acquisition du drone armé Heron d’Israël. Le char Euro sera capable de guerre électronique, l’avion de combat F-35 sera considéré comme un avion porteur. … Pour le partage nucléaire, nous achèterons des remplacements pour les Tornado obsolètes en temps utile … Fonds spécial de la Bundeswehr de 100 milliards d’euros … inscrit dans la Loi fondamentale … Dépenses pour la Bundeswehr de plus de deux pour cent (du produit intérieur brut) déjà cette année … »

Il s’agit de la nouvelle édition de l’approbation sociale-démocrate des crédits de guerre pour l’empereur Guillaume II il y a plus de cent ans. Bien sûr, cette fois « seulement » pour assurer notre liberté, sans les fantasmes de domination mondiale de l’Empire. Mais complétées par des livraisons d’armes désastreuses à Kiev, qui – si la Russie ne peut pas les détruire avant qu’elles n’atteignent leur objectif – prolongeront les souffrances de la population ukrainienne et augmenteront le nombre de victimes des deux côtés. En outre, il y a encore des messages de haine constants aux politiciens russes de la Maison de Berlin ; il n’y a plus aucune trace de la volonté nécessaire de médiation, de paix et de compréhension.

Ineptie journalistique

L’oubli historique, dont ARD-aktuell et ZDF-heute étaient responsables et ont démontré le 24 février de manière choquante et sans hésitation, a rendu possible :

« C’est une journée qui secoue l’Europe. … Le président russe … mène une guerre d’agression contre l’Ukraine au cœur de l’Europe. « Il n’y a pas eu une telle guerre d’agression en Europe depuis plus de 80 ans… »

La guerre d’agression de l’OTAN contre la Serbie en mars 1999 n’était-elle donc qu’un bombardement de 78 jours qui s’est soldé par des dommages collatéraux de plus de 20 000 morts et d’innombrables blessés ? N’était-ce pas une guerre d’agression odieuse parce qu’au lieu d’un Russe, l’équipe transatlantique US-Clinton et FRG-Schröder/Fischer était responsable ?

Oubli historique : Le 28 février, la présidente du Bundestag, Bärbel Bas, a accueilli l’ambassadeur ukrainien Andriy Melnyk, qui était assis dans la tribune officielle. Les députés ont célébré l’agitateur, qui avait auparavant insulté et méprisé le gouvernement fédéral pendant des semaines, ils l’ont fait avec des minutes d’applaudissements et des « ovations debout ». À la fin de ce numéro pathétique, l’homme a également été embrassé par l’ancien président fédéral Gauck. Choisir de tels embrassements a un sens … Le belliciste Melnyk peut également revendiquer comme son succès le fait que le chancelier Scholz ait finalement renoncé à son rôle jusque-là modéré (silence sur la demande de renoncer à North Stream 2, rejet des livraisons d’armes à l’Ukraine et demande d’exclure la Russie du système mondial de transactions financières SWIFT).

Ambassadeur douteux

Qui est Andrij Melnyk, qui a également été courtisé par le Tagesschau avec de nombreux entretiens d’une longueur excessive ? Il y a près de sept ans, il avait déjà attiré l’attention du Bundestag. À cette époque, le député de gauche Dağdelen avait voulu savoir :

« Dans quelle mesure le gouvernement fédéral sait-il si l’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne, Andrij Melnyk, a déposé des fleurs sur la tombe de l’antisémite et collaborateur nazi Stepan Bandera lors de sa visite à Munich le 27 avril 2015, et dans quelle mesure, selon le président polonais Bronisław Komorowski, est-il vrai, à la connaissance du gouvernement fédéral, que la loi adoptée par le Parlement ukrainien le 9 avril 2015, qui a classé les anciens membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et de l’armée insurrectionnelle nationaliste UPA – qui a commis les massacres de la population polonaise en Volhynie en 1943 – comme des combattants de l’indépendance et leur a accordé de larges préférences sociales par la loi, a empêché le dialogue avec l’Ukraine sur l’histoire polono-ukrainienne ?

La réponse du gouvernement fédéral à l’époque a été donnée par le ministre d’État Michael Roth (SPD) :

La déclaration du président polonais est connue du gouvernement fédéral. La loi « sur le statut juridique et la mémoire des participants à la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine au 20e siècle », adoptée par la Rada le 9 avril, n’est pas encore entrée en vigueur, de sorte que son impact possible sur le dialogue polono-ukrainien sur les questions historiques ne peut pas encore être évalué. Le Gouvernement allemand condamne les crimes commis par l’Organisation des nationalistes ukrainiens, l’OUN, en partie sous la direction de Bandera, contre des civils et des fonctionnaires polonais, juifs et ukrainiens. Elle est consciente qu’une proportion importante de ces crimes ont été commis en collaboration avec les forces d’occupation allemandes.

Ce Melnyk avait déjà publiquement vilipendé le gouvernement fédéral à plusieurs reprises pour son attitude et il l’avait dénoncé pour sa prétendue proximité avec le comportement typiquement nazi (« Avec cette attitude condescendante, les Ukrainiens se sont inconsciemment sentis rappelés des horreurs de l’occupation nazie lorsque les Ukrainiens ont été traités comme des sous-hommes. »). Il avait également accusé la troupe Scholz d’« arrogance et de mégalomanie allemandes ». Dans un message public adressé au député FDP Strack-Zimmermann, Melnyk a écrit que « l’Allemagne accepterait simplement le meurtre de centaines de milliers de personnes ».

Pour de telles impudences, le ministre des Affaires étrangères de tout pays civilisé déclarerait immédiatement l’ambassadeur en question indésirable et le renverrait chez lui. Le ministre Baerbock, encore une fois l’exécuteur docile de l’administration américaine, a laissé la subvention Melnyk pendant des mois. Il y en a qui s’entendent à merveille les uns avec les autres :

Lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution « Combattre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à promouvoir les formes actuelles de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d’intolérance connexe » le 16 décembre 2021, seuls deux pays avaient voté contre : les États-Unis et l’Ukraine. Et l’Allemagne ? Elle s’est abstenue de voter. Voilà pour « traiter avec les néo-nazis (ukrainiens) » et la décence politique. D’un gouvernement fédéral aussi opportuniste, conforme aux États-Unis et soumis aux médias russes allemands, on ne peut s’attendre qu’à des résultats politiques catastrophiques. Nos oligarques allemands n’auront pas à payer un centime d’impôt (sur la fortune) pour les conséquences néfastes de l’armement de la guerre et de l’Ostpolitik très agressive ; ce sont plutôt les petites gens qui paieront les nouvelles dettes publiques énormes et les coûts consécutifs à la politique de sanctions, et le reste de l’Etat social sera marginalisé. Dans le même temps, le gouvernement allemand est salué par son porte-parole Steffen Hebestreit comme un partisan de la résolution pacifique des conflits : « Le gouvernement allemand a salué les pourparlers entre les délégations de la Russie et de l’Ukraine en principe. … Solutions diplomatiques … toujours les seules qui ont du sens. » Pure hypocrisie. Lui et ses clients ministériels sont bien conscients que les négociations au nom de Washington sont orientées vers l’échec du côté ukrainien. Vous aviez vous-même refusé de parvenir à un accord sur les besoins de sécurité de la Russie.

La guerre froide relancée

Le 4 février, il y a moins de quatre semaines, la Russie et la Chine ont proclamé le monde multipolaire dans lequel elles et d’autres pays, dont l’Iran et l’Inde, sont respectivement partenaires et alliés. Ils sont plus forts que leur adversaire, l’ancien dirigeant mondial des États-Unis. Mais le fait que l’Allemagne se détourne de Russie montre maintenant que notre administration est complètement tombée dans le concept américain de relance de la guerre froide, qui a été poursuivi pendant des années.

Les paroles de Baerbock « En tant qu’Allemagne, nous sommes prêts à payer nous-mêmes un prix économique élevé » et « Cela ruinera la Russie » sont des stupidités monstrueuses – aux dépens des peuples touchés. Faisant écho à un discours mondialement connu du Palais des Sports : « Voulez-vous une sanction totale de la Russie ? Voulez-vous qu’ils soient – si nécessaire – plus totaux et radicaux que nous ne pouvons même l’imaginer aujourd’hui ? »

Quel discours irresponsable ! Le prix que nous devrons vraiment payer pour leurs erreurs et celles du gouvernement fédéral n’est pas encore prévisible. Seulement que ce sera astronomique, c’est sûr.

Voir en ligne : traduit par marianne pour histoireetsociete.com

Revenir en haut