Aux adhérents d’affirmer leur souveraineté !

, par  communistes , popularité : 65%

A propos du Conseil National du 12 décembre 2020

C’est de façon très large que le travail de consultation des Fédérations (81 sur 95) effectué par Marie-Jeanne Gobert, à la demande du dernier Conseil National, a été salué. En effet, son rapport détaillé rendant compte des appréciations des Secrétaires Départementaux sur un calendrier à mettre en place en 2021, incluant élections départementales, régionales, présidentielle, mais aussi Conférence Nationale et Congrès, s’est avéré d’un grand intérêt par sa précision et son objectivité. Il a constitué une aide précieuse aux décisions qu’avait à prendre notre direction nationale.

Les débats qui s’en sont suivis ont démontré que nous entrions de plain-pied dans la préparation de notre 39ème Congrès avec une confrontation de stratégies qui n’a pas été sans rappeler les plus forts moments du 38ème Congrès. En effet, si la plupart des intervenants, prenant appui sur les décisions de ce dernier Congrès, visaient à poursuivre et parfaire l’orientation adoptée à l’époque, d’autres voix, moins nombreuses, se sont élevées pour tenter de stopper, voire inverser le processus entamé en 2019. Et cela au mépris du point de vue exprimé par la plupart des Fédérations s’étant fait l’écho de la base.

Ainsi, sous le fallacieux prétexte des incertitudes liées à la Covid-19, aux différentes élections devant avoir lieu, quelques intervenants réclamaient la tenue de notre prochain Congrès après l’élection présidentielle en 2022, voire 2023 ! Un comble, lorsque l’on sait qu’un Congrès à bien pour but de permettre aux adhérents de définir la ligne politique fondamentale du Parti, ce qui en toute logique d’ailleurs aurait dû nous conduire à convoquer le 39ème Congrès au plus tôt, sans avoir à passer par une Conférence Nationale visant à déconnecter la question du fonctionnement du Parti de l’élection présidentielle, comme si de fait un lien n’existait pas entre l’un et l’autre.

Pour preuve, c’est qu’une fois encore, ce qui agite plus particulièrement celles et ceux, minoritaires, qui se sont opposés au calendrier adopté, c’est bien la présidentielle et leur opposition à la décision prise lors du 38ème Congrès qui vise à créer les conditions d’une candidature communiste, pour porter notre projet d’une autre société visant à la rupture avec l’abolition du capitalisme. Une fois encore, il en est qui veulent « jouer la montre », pour in fine rendre impossible un véritable choix des communistes et imposer une solution que les adhérents souverains ne veulent plus : interdire au PCF de porter sa parole dans une élection de portée nationale, ce qui a contribué à l’effacement de notre Parti durant ces dernières années.

L’article tendancieux insidieux de l’Humanité du 14.12.2020 vient en rajouter en semant le trouble dans les esprits en rendant hypothétique la tenue du Congrès en novembre 2021 et en parlant d’une consultation des communistes sur un choix « Mélenchon ou un candidat communiste » pour la présidentielle, alors que cette option n’a absolument pas été discutée lors du Conseil National.

Les grandes manœuvres sont donc ouvertes. Les conditions de vote des membres du CN n’étant pas les moindres, quand on sait que le vote a été ouvert aux 185 membres du CN, y compris ceux qui n’ont pas participé à la réunion du 12, c’est inconcevable ! Les quelques membres du CN qui avaient alerté sur le fait qu’un tel dispositif n’offrait pas la fiabilité nécessaire avaient bien raison. Malgré tout, c’est bien une majorité qui s’est prononcée pour un calendrier qui n’avait pas l’heur de plaire à ceux qui ne renoncent pas à nous jouer le 38ème congrès à l’envers !

Alors oui, plus que jamais les adhérents doivent s’en mêler, comme ils l’ont fait historiquement en 2019, en faisant le choix d’une base commune, « Le Manifeste », plutôt que le texte de la direction sortante de l’époque, exprimant ainsi une forte volonté de tourner la page de près de deux décennies d’errements, et de redonner au PCF la place et le rôle indispensable qu’il doit tenir pour porter l’espérance d’un véritable changement de société. Créer les conditions et se donner les moyens de porter une candidature communiste, c’est cela qui doit être à l’ordre du jour à tous les échelons de notre Parti.

Ce texte est co-écrit par les membres du CN suivant : Caroline Andréani, Marie-Christine Burricand, Michèle Carbonnier, Clara Gimenez, Gilles Gourlot, Fabienne Lefevre, Anne Manauthon, Jean-Pierre Meyer, Michèle Picard, Hervé Poly, Danièle Trannoy.

Rappel des votes (185 inscrits) :
Calendrier
Votants : 140
Pour : 74
Contre : 48
Abst. : 17
NPV : 1

Commission du texte
Votants : 128
Pour : 81
Contre : 28
Abst. : 19
NPV : 0

Commission transparence des débats
Votants : 118
Pour : 67
Contre : 38
Abst. : 13
NPV : 0

Résolution élections départementales et régionales
Votants : 110
Pour : 68
Contre : 20
Abst. : 22
NPV : 0

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation