Accueil > Vie politique > CN du 12-06-20 : Question à Fabien Roussel sur L’Union européenne

CN du 12-06-20 : Question à Fabien Roussel sur L’Union européenne

mardi 16 juin 2020, par Danielle Trannoy

Quand va-t-on ouvrir le débat nécessaire aux communistes sur toutes les questions de l’Union Européenne ?

Exemple à partir des fonds européens et de la BCE.
Le programme « Construisons la France en commun… » a été reçu favorablement par les camarades qui ont pu le connaître avant le CN. Mais, à notre avis, trop peu pour un vrai travail collectif d’échanges et de propositions, car les sections n’ont pas repris toutes leurs activités.
Donc nous considérons que le fait de préparer en amont les réunions du CN est un progrès qu’il nous faut travailler.

Avoir un texte avant le CN, c’est mieux ! Nous avons trop longtemps travaillé sans suivi national, sans jamais de retour et de bilan, sans mutualisation militante. Notre retard stratégique est à combler et les questions soulevées par le 38e congrès n’ont pas été suffisamment travaillées, à mon avis. Cependant, je constate que le travail des communistes dans les commissions nourrissent les communistes, ce que nous constatons dans le projet de texte : « Un programme pour la France ».

L’offensive du capitalisme s’accélère. Les communistes ont besoin de débattre de la mise en œuvre de leur ligne politique pour s’inscrire dans un projet de société dont les caractéristiques ne peuvent être que le socialisme ou comme le rappelait Fabien Roussel dans son introduction que « Le communisme est une idée neuve ».
Ce texte est une base pour répondre aux questions urgentes pour rassembler dans les luttes ; il comporte des avancées sur les nationalisations, la maîtrise des filières de productions, sur les services publics, sur la souveraineté économique…

Néanmoins, le texte comporte des contradictions qui pourraient nous amener à des accords de sommet si nous ne sommes pas vigilants (les autres forces politiques sont toutes pro-européennes) et annuler notre démarche. En effet, les mesures proposées dans le programme pour la France en commun, font apparaître… plus d’UE, plus d’interventions de fonds européens et de la BCE, de Pôles publics (donc pôles privés…). Donc toujours plus de soumission aux critères imposés par les diktats européens, par la monnaie unique… donc nous resterons dans le capitalisme.

L’UE, pour le maintien des équilibres allemands, est prête à dépecer les États à l’exemple de la Grèce. Tout est contenu dans le plan de relance (plus de création de monnaie virtuelle, plus de fédéralisme, plus de dominations sur les Etats…).
Le PCF s’engage à travailler à une rupture politique à partir des luttes d’aujourd’hui et d’hier pour que ceux qui produisent les richesses par leur travail puissent vivre, travailler dignement. Pour qu’ils prennent en main leur émancipation.

C’est positif pour tous les communistes.

Mais pour avancer, il nous faut lever les tabous idéologiques et abandonner les illusions relatives à l’UE. Ces illusions, ces entraves imposées dans notre propre camp, nous condamnent à ne pas parler de révolution, de socialisme et de rupture nécessaire avec le capitalisme, et donc, de la construction d’une autre société.
Pour avoir un débat collectif sur le poids de l’UE et comment s’en affranchir, c’est la question que je pose, au CN du 12 juin 2020.

Les communistes ont besoin de ce travail collectif.

Danielle Trannoy
Section PCF Bassin Arcachon Val de l’Eyre
Fédération de la Gironde.

Messages

  • Bien d’accord . Encore un débat que nous devrions avoir, nous en avons eu mais il est nécessaire de le remettre en discussion , parce qu’il y a des communistes qui se font encore ?? des illusions sur l’Europe .
    Et comme tu dis cela nous empêche d’avancer !
    On ne peut pas avoir un plan d’action clair si on n’est pas d’accord sur l’Europe.
    Là aussi on doit faire le bilan, avec une analyse communiste.

  • Roussel est dans la même ligne, liquidatrice non marxiste et non communiste instaurée par HUE&Braouezec&Le Hyarick&CO.
    Interdiction de critiquer l’impérialisme yankee, grande démocratie.
    Laudation de l’Europe et de l’Euro.
    On ne parle plus de renationalisations mais de communs comme Macron, EELV, Mélenchon, PS, etc...
    On attaque la Chine communiste comme l’Humanité ou Valeurs actuelles, BFM, LCI, CNEWS, etc...
    ON ne défend pas la résistance de la République Arabe de Syrie, mais au contraire on soutient les terroristes d’Idlib armés par Erdogan, Netanyahou et l’Otan.
    On ne soutient pas la résistance Ukrainienne contre les fascistes soutenus par l’Otan
    ETc....
    Bref on est illisible et inaudible....

    • Effectivement, évoquer la question de la situation en Ukraine vient tout à fait à propos quand on parle de l’UE, car on doit se questionner, non seulement sur le fonctionnement antidémocratique de cette institution mais sur sa raison d’être, qui n’est pas seulement économique, mais politique.
      Après le coup de force de Maastricht, il y a eu celui de 2000, avec l’Euro, puis celui de 2005 : malgré le rejet populaire de l’UE, aucun gouvernement n’a été euro-sceptique...
      Mais on en vient aux manuels d’histoire "franco-allemands"donc germano-compatibles, aux programmes d’histoire officiels (où l’on découvre que "les deux seuls modèles de démocratie sont les Etats-Unis et la France", aux sujets de brevet des collèges : "expliquez pourquoi l’UE est un espace de liberté ... et montrez par un exemple comment ...". liberté de parole, sans doute, où l’on nous dicte que nous devons nous proclamez libres et heureux...mais les profs acceptent...

      Et finalement, le Maïdan, appelé "euro-Maïdan" par nos médias ... or, la direction de l’Huma, au lieu de saisir l’opportunité de réactiver l’internationalisme et la solidarité avec un peuple victime d’un coup d’Etat fasciste, s’est aligné sur le point de vue complice de la presse occidentales aux ordres et anticommunistes, l’Huma a sciemment censuré tout point de vue et toute information sur le processus réel de ce coup d’Etat, en renvoyant dos-à-dos victimes/résistants et mercenaires "putschistes" : un putsch est en principe un coup d’Etat militaire fomenté par l’Armée nationale, mais ce ne fut pas le cas en Ukraine : au contraire, l’Armée n’ayant de rôle que contre une invasion étrangère et non contre son propre peuple comme ici ( après tout, notre Armée a bien trahi le pays en 40), elle n’est pas intervenue. etc etc , c’est l’Huma, qui a censuré ses bons journalistes spécialistes de l’Ukraine et reproduit des dépêches de l’AFP avec ses journalistes de seconde zone, complaisants, et peu au courant, donc prêts à nous sortir des tournures telles que "Pro-Russes", très orientées, et crées en haut-lieu, accréditant la fiction d’une "agression russe"... rien sur les massacres d’Odessa où l’on peut difficilement voir une lutte populaire contre une maison des syndicats bastion de l’Armée russe...rien sur ces Criméens massacrés en revenant du Maïdan qu’ils étaient venus observé et ont quitté, ayant compris de visu : les cars, interceptés, par les fascistes à la sur la route du retour en Crimée, ont eu leurs voyageurs non ukrainophones purement et simplement liquidés : "la main de Moscou" était-elle dans ces cars ?
      Qu’a fait le Parti, mais rien ! imagine-t-on que durant la Guerre d’Espagne, l’Huma et le Parti aient renvoyé dos-à-dos Franco et la République ...ou qualifié cette république de "pro-soviétique"...

      Or, au Donbass, il y a pourtant deux événements qui devraient passionner l’Huma et le Parti : la création de républiques populaires, celles de Donetsk et de Lougansk !
      Pour le retour à la paix, agir massivement pour soutenir ces habitants qui résistent aux fascistes et à l’invasion occidentale - tant politiquement que militairement - était un enjeu majeur, capable de "bouger l’Europe", d’ouvrir les yeux sur les conflits de classes, car c’est clairement un conflit de classes.
      Au moment où la propagande européiste nous bombarde et où pourtant elle se trouve contredite par les faits ( forcément), il était nécessaire à la fois d’aider par tous les moyens la population unie dans la lutte au Donbass, et aussi de prendre exemple sur cette incroyable initiative de création de républiques populaires, se dotant d’un pouvoir populaire.
      Le racisme est aussi dans l’arsenal idéologique des Porochenko, Pravy Sektor, "Svoboda" ( NSDAP ukrainien) ... il est totalement absent des discours et des esprits au Donbass. Ne confondons pas patriotisme et nationalisme, d’autant que le nationalisme s’avère souvent et particulièrement en Ukraine, dicté, manipulé et armé par l’étranger. Dénoncer les crimes en Ukraine, c’est aussi dénoncer concrètement les dérives fascistes dans toute l’UE, qui ne le voit chez elle, ni aux Etats-Unis, mais le voit en Russie...

    • ( j’ai noté quelques fautes d’inattention, désolé).

    • Je ne sais qui se masque derrière le beau souvenir de Iouri Gagarine, mais il me semble qu’il ne peut être ni lecteur de l’ Huma ou de l’ Huma hebdo ni au courant des orientations du PCF post dernier congrès.
      Quant à la chronique de Lina Sankari sur la Chine, Hong Kong son interview dans l’ Huma de l’auteur de Trajectoires Chinoises,inconnue pour lui.
      Si cette personne est fauchée je suis prête à donner quelques sous pour souscrire un abonnement à l’ Huma, en espérant qu’elle le lise une fois reçu.
      Pour conclure, en terme d’adhérents et de nouveaux adhérents, de réversion des élus ,de cotisations militantes qui dit mieux ????
      Les faits sont les faits et les faits sont têtus
      Paule Section PCF Pau et agglo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document