Ce n’est pas une guerre russo-ukrainienne, mais une guerre de l’OTAN contre la Russie Déclaration du Parti des travailleurs hongrois

, popularité : 94%

Ce sur quoi le Parti des travailleurs hongrois mettait en garde presque chaque jour depuis des années s’est produit. La guerre éclate dans la partie orientale de l’Europe.

1. Ce n’est pas une guerre russo-ukrainienne, mais une guerre de l’OTAN contre la Russie, dont l’une des étapes sont les actions militaires actuelles. N’oublions pas : avant le début des opérations militaires russes, l’armée ukrainienne bombardait depuis huit ans le territoire des Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk.

Les États-Unis, l’OTAN et l’Union européenne mènent une guerre contre la Russie depuis de nombreuses années. Le monde occidental tente de sortir de la crise profonde qui sévit depuis 2008 en acquérant de nouveaux territoires et de nouvelles sphères d’influence.

Depuis 1990, l’OTAN s’est élargie cinq fois, se rapprochant de plus en plus de la Russie. Peu leur importait que cela viole les intérêts nationaux de la Russie, compromette sa sécurité.

L’Occident veut vaincre la Russie et en faire une servante des intérêts occidentaux, comme cela s’est produit à de nombreuses reprises dans l’histoire. Le libéralisme s’efforce de dominer le monde, ce qui ne peut être réalisé tant qu’un modèle de capitalisme différent mais réussi prévaut en Russie.

2. Après l’effondrement de l’Union soviétique, l’Occident a désigné l’Ukraine comme son principal soutien. L’élite ukrainienne arrivée au pouvoir a plongé le peuple dans la misère, pillé et détourné le pays.

En 2014, des forces nationalistes extrémistes ouvertement fascistes sont arrivées au pouvoir. La persécution des communistes, la confrontation avec l’opposition a commencé. Les droits des minorités nationales ont été bafoués.

L’Ukraine est devenue un point d’appui pour la guerre contre la Russie et la Biélorussie. En retour, l’Occident a calmement toléré les actions des politiciens ukrainiens et financé le régime néonazi.

Sous la direction du président Zelensky, la situation intérieure en Ukraine a continué de se détériorer. Il est devenu clair que l’Ukraine est incapable d’exister en tant qu’État indépendant. Et une partie importante de la population ne souhaite pas vivre dans un tel pays.

3. Pour la Russie, l’expansion militaire de l’OTAN en Europe de l’Est, l’augmentation du niveau de confrontation militaire, la tentative de coup d’État en Biélorussie ont clairement montré que l’OTAN se prépare à la guerre. L’OTAN voulait une guerre que les Ukrainiens provoqueraient et dans laquelle l’OTAN pourrait intervenir si nécessaire.

C’est dans cette situation que la Russie a considéré qu’une attaque contre la Russie était inévitable, elle a donc décidé d’une frappe préventive. Ce processus est actuellement en cours.

La Russie a été entraînée dans cette guerre par l’OTAN, les États-Unis et l’UE. La guerre a été provoquée par l’Occident, préparée par l’Occident, et maintenant l’Occident veut rejeter la responsabilité sur la Russie.

Ce n’est pas la Russie qui a envoyé des soldats au Mexique, mais les États-Unis en Roumanie, en Pologne, en Bulgarie et dans les États baltes. Ce n’est pas la Russie qui organise le renversement, disons, du gouvernement canadien, mais les États-Unis, des gouvernements du Bélarus et de la Russie.

Nous soutenons l’évaluation des événements par les communistes de Russie et de Biélorussie. La guerre de l’OTAN est dirigée contre leurs peuples, contre l’indépendance de leurs pays.

4. Le Parti des travailleurs hongrois condamne la guerre et appelle à un règlement pacifique par la négociation. Nous condamnons la politique de sanctions de l’Occident. Les sanctions ne mènent à rien de bon, elles ne font que créer de nouveaux problèmes.

5. La responsabilité de la guerre incombe au système capitaliste. Parmi les forces capitalistes du monde, il y a une lutte acharnée pour les marchés de vente, pour les ressources.

La coexistence pacifique durable des peuples n’apportera que la victoire du socialisme dans le monde entier, et nous nous efforçons tous de faire en sorte que cette victoire vienne le plus tôt possible.

6. Le Parti des Travailleurs Hongrois exige que la Hongrie ne participe pas à cette guerre. Le gouvernement Orban ne devrait pas être dirigé par l’OTAN et l’UE ! Nous condamnons le soutien sans équivoque du gouvernement hongrois aux mesures prises par l’OTAN et l’UE, qui ne visent pas à parvenir à la paix le plus tôt possible, mais à soutenir les dirigeants nationalistes-fascistes ukrainiens.

La Russie n’a jamais menacé la Hongrie et n’a pas l’intention de le faire aujourd’hui. Il n’y a aucune raison de déployer des troupes étrangères sur le territoire de la Hongrie. Nous ne devrions pas non plus autoriser le transport d’unités armées et d’armes étrangères à travers le territoire hongrois.

Le gouvernement devrait prendre des mesures contre les demandes imprudentes de certains pays de l’OTAN qui pourraient conduire la Hongrie à la guerre. Au lieu d’armes et de sanctions, négociations et paix au plus vite !

En tant que membre de l’OTAN, la Hongrie a une liberté d’action limitée. Le pays ne serait pas dans une telle situation aujourd’hui si, au lieu d’adhérer à l’OTAN, au lieu de servir les intérêts de l’OTAN, il choisissait la neutralité.

Budapest, 28.02.202 Présidium du Parti des Travailleurs Hongrois

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation