Comment devons-nous célébrer le 100e anniversaire d’Octobre 1917

Quand le silence n’est pas de l’or, mais un crime contre notre propre histoire et l’histoire du monde

Vitaly Tretyakov

http://svpressa.ru/politic/article/165229/

Pour moi, cela ne pose aucune question de savoir s’il faut célébrer le 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre ni comment nous devons le célébrer. Mais si quelqu’un a des questions, voici quelques-unes des principales réponses.

  1. La Grande Révolution d’Octobre est l’un des plus grands événements du XXe siècle, qui a influencé le cours de l’histoire du monde, le sort de nombreux pays et peuples. Dans l’histoire de la Russie elle-même (depuis l’Empire russe jusqu’à la Fédération de Russie contemporaine) c’est l’événement le plus important du XXe siècle, d’autant plus que les deux autres événements de grandeur comparable – la victoire dans la Grande Guerre patriotique et l’effondrement de l’URSS – sont directement liés à Octobre 1917.
  2. À la suite de la Révolution d’Octobre (la venue au pouvoir des bolcheviks), la Russie sous le nom d’Union soviétique était l’une des deux superpuissances mondiales, atteignant son maximum de pouvoir et d’influence de toute son histoire.
  3. Les bolcheviks ont rassemblé effectivement le pays désagrégé après la révolution de Février. Il est possible que sans leur arrivée au pouvoir, notre pays aujourd’hui dans ses frontières actuelles, et même sous son nom actuel n’existerait tout simplement pas. Sous la direction du gouvernement bolchevique (communiste) l’URSS a obtenu la victoire dans la Grande Guerre patriotique, a préservé l’intégrité et l’indépendance de notre pays et de son peuple et éliminé le danger réel de sa destruction physique.
  4. Depuis au moins le XVIIIe siècle, il était de coutume de considérer y compris en Russie, en particulier dans sa classe politique, dans ses cercles cultivés et intellectuels, y compris bolcheviques, que la Russie accusait constamment et significativement un retard par rapport aux principaux pays de l’Ouest techniquement, scientifiquement, intellectuellement, culturellement, socialement et politiquement. À la suite de l’arrivée du gouvernement bolchevique (communiste), la Russie a non seulement réussi à surmonter cet écart, mais en seulement quelques décennies (et dans certaines secteurs, en une décennie ou deux) à dépasser les pays occidentaux pratiquement dans tous les domaines de la vie, à l’exception (et d’ailleurs comparativement à seulement quelques-uns des pays occidentaux), du niveau de vie matériel moyen de la population.
  5. Le Parti bolchevik a délibérément engagé l’une des plus grandes expériences sociales et politique dans l’histoire de l’humanité. Il est sans doute impossible de citer un autre exemple, comparable par son échelle et sa nouveauté. Cette expérience a été poursuivie avec succès pendant près de trois quarts de siècle, et même si elle aboutit à la fin à un échec, elle ne peut être rayée de l’expérience historique de l’humanité ni dans sa partie négative, ni, plus important encore, dans son incarnation positive.
  6. Les bolcheviks furent les premiers à tenter sur une telle échelle de réaliser l’une des grandes utopies de la civilisation humaine – la construction d’une société et d’un Etat sans classes et sans antagonismes de race, condition sociale, richesse et autres (en fait – « Le paradis sur terre »). Cela n’a pas pu être fait. Peut-être parce que qu’il est impossible de réaliser quelque utopie que ce soit, mais la tentative a eu lieu et son audace est sans précédent à l’échelle de l’histoire humaine, et comparable seulement à l’émergence et au développement des grands projets religieux, en particulier – le christianisme.
  7. Quoi qu’il en soit, la Révolution d’Octobre a engendré en Russie deux des plus grands hommes politiques parmi les cinq ou six qui peuvent généralement être désignés comme tels dans l’histoire mondiale du XXe siècle. Il s’agit, bien sûr, de Lénine et Staline, malgré le fait que l’évaluation de leurs actions peuvent être très diverses, et extrêmement controversées.
  8. À la suite de la Grande Révolution d’Octobre et de la venue au pouvoir des bolcheviks, dans l’ancien Empire russe a été créée sous le nom d’URSS la première Union européenne (Européenne de l’Est) dans l’histoire de l’Europe. L’Union européenne actuelle (d’Europe occidentale) est seulement la deuxième expérience de ce genre, réalisée près d’un demi-siècle plus tard.

De ce qui a été dit (mais là encore, ce n’est pas tout ce qui pourrait être dit sur la question) découlent inévitablement pour moi les conclusions suivantes.

  1. Il est honteux de faire silence sur un événement historique de cette ampleur dans son propre pays et dans l’année de son centenaire. C’est aussi contre-productif politiquement, parce que tout ce que nous ne dirons pas à propos d’Octobre 1917, ce sont les autres qui le diront, avec beaucoup de distorsion des faits et la tentative d’utiliser cette date anniversaire pour faire une fois de plus le « procès de la Russie et de l’histoire russe ». Ce n’est pas ici le cas de dire que le silence est d’or, bien au contraire.
  2. Le 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre devrait être marqué par un jour férié. Il est déraisonnable et injuste de laisser les héritiers politiques du POSDR (b) – PCUS, autrement dit, le Parti communiste de la Fédération de Russie – les communistes russes contemporains, monopoliser cet anniversaire.
  3. Il est tout aussi imprudent et injuste de laisser cet anniversaire et l’événement lui-même à la merci des historiens. Pour la plupart, aujourd’hui, comme de tout temps, les historiens sont idéologiquement engagés (soit de leur propre fait, soit sous l’influence de forces et circonstances extérieures), et d’autre part, ce ne sont pas des penseurs politiques.
  4. Par conséquent, le débat national consacré au 100e anniversaire d’Octobre 1917, qui ne se réduit pas à des conférences de toujours les mêmes historiens et talk-shows télévisés, doit être ouvert à tous les dirigeants politiques de la Russie à commencer par le président Vladimir Poutine, et tous les grands penseurs politiques de notre pays.
  5. Les institutions supérieures de l’Etat russe, à savoir le Président et le Parlement (Assemblée fédérale), devrait adopter à l’automne de cette année un document, qui remette la Grande Révolution d’Octobre dans la liste des plus grands événements de l’histoire nationale et mondiale avec la fixation officielle correspondante, en particulier, sous la forme de la restitution au 7 Novembre du statut de fête nationale.

L’importance historique de la Révolution d’Octobre ne fait aucun doute pour moi. Mais sur le plan scientifique et politique, le plus important pour moi, et je pense, pas seulement pour moi, mais pour des millions voire des dizaines de millions de personnes est une autre question : peut-il y avoir et, si oui, dans quelle mesure et sous quelles formes la réalisation dans l’avenir (plus ou moins proche) dans notre pays et dans l’humanité dans son ensemble d’une expérience positive inspirée par la révolution d’Octobre et le système social et politique soviétique qu’elle a engendré ?

Mais avant de tenter de répondre à cette question, nous devons de la manière la plus digne et conforme à l’échelle des événements célébrer au niveau de l’Etat lui-même le 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre du peuple russe et de nombreux autres peuples.


Cet article a été rédigé sur la base de mon intervention le 26 janvier à la première réunion du Comité de préparation pour le 100e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre [note de Vitaly Tretyakov].

Voir en ligne : Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

Vos témoignages

  • J.Y. 4 février 2017 21:04

    Une collègue de travail me raconta un jour qu’elle avait pour amie à Toulouse, une princesse russe qui « possédait » avant la Révolution de 1917 , 200 000 serfs dans la région de Saint-Petersbourg…

  • Drweski 4 février 2017 11:35

    Oui, la Révolution d’Octobre fut un événement d’ampleur phénoménale. La Révolution d’octobre, comme les autres révolutions, a fait avancer les structures, les conceptions, les visions et le savoir à l’échelle universelle et c’est à ce titre qu’elle doit être analysée, dans ses contradictions, car dans tout processus révolutionnaire il y a, par la force des choses, un contre-processus réactionnaire et ce sont ces deux faces du même processus qui doivent être analysées. Processus qui, bien entendu, du début à la fin de l’URSS, ne pouvait se manifester surtout que dans une seule force, celle qui constituait l’ossature du régime, le Parti communiste, qui fut le réceptacle des contradictions sociales, et des contradictions de classe donc, au sein de la société soviétique. Je regrette dans ce texte une seule chose, le retour récurrent du mot « Russie », qui peut être ressenti comme une forme insidieuse d’ethnocentrisme, car Octobre 17, ce ne fut pas une révolution russe mais une révolution en Russie, de tous les peuples de l’ex-empire russe, finlandais, polonais, baltes compris donc au départ, et de tous les peuples qui allaient ensuite se trouver intégrés dans l’Union soviétique puis dans le camp socialiste. Et puis, ce fut aussi le point de départ d’un processus révolutionnaire international, planétaire, qui poursuit, lui, aujourd’hui sa route, officiellement dans plusieurs pays et non officiellement dans le monde entier. Pas plus que la Révolution française et toutes les autres révolutions, de la mexicaine à l’iranienne ou la nicaraguayenne en passant par la chinoise et la cubaine, la Révolution d’octobre n’est morte, car une révolution ne meurt jamais puisqu’elle change fondamentalement la surface de la terre. La roue de l’histoire continue à tourner et donc à faire avancer.

  • alaindotta 1er février 2017 18:16

    OUI octobre 17 fut le plus grand événement libérateur depuis 1789 ! OUI les héros de stalingrad méritent notre gratitude pour avoir écrasé le nazisme au prix de trés lourds sacrifices inouis. OUI, comme le PCF fut l’ame de la résistance Française ! OUI,les ministres communistes de 45 sont à l’origine des conquis sociaux ,que la droite et le PS massacre aujourd’hui : sécu,retraites, conventions collectives,statuts,droit du travail,nationalisations,éducation national,recherche. NON, la liquidation des états socialistes ne fut pas une avancée de la liberté, ce fut un processus contre-révolutionnaire,qui a rendu les peuples de l’est à des régimes cléricaux ou carrément nostalgiques de Hitler (pays baltes et ukrainien) cela ne signifie pas qu’il faudrait idéaliser la première expérience historique de construction d’une société socialiste. Mais il faut analyser cette expérience,ses contradictions,ses déviations. Mais aussi ses avancées sociales,culturelles et démocratiques,à la lumière du marxisme,du combat de classe, du socialisme sans chausser les lunettes de la pensée unique anti-communiste ! il est scandaleux et odieux d’amalgamer les soviets ouvriers et paysans, au troisième reich,comme le fait l’histoire officielle !

    C’est sans dogmatisme mais avec fierté que nous devons assumez l’héritage des communards, des bolchevicks,des révolutions chinoise et cubaine,des brigades internationnales,des FTP comme nous devons assumez l’héritage des grands révolutionnaires bourgeois,Marat,Robespierre,Saint-Just,Garibaldi,Bolivar,Zapata,et autres José Marti ! car l’avenir de l’humanité sera communiste ou ne sera pas : la mondialisation capitaliste creuse l’inégalité nord-sud et dévoie le progrés scientifique : en occident, une poignée de privilégiés étale un luxe scandaleuxement indécent, mais des millions de travailleurs pauvres couchent et meurrent dehors ! a l’heure ou la production de plus internationalisée, conditionne le vie de l’humanité Il est suicidaire que les grands moyens de productions d’échange et banquaire soient accaparés par une poignée de financiers,ce n’est plus seulement pour vivre mieux que la majorité des humains a intéret à une société sans classes et sans exploitation : face au capitalisme et au néolibéralisme,la marche au communisme et la seule issue pour que l’humanité se développe au 21 ème siècle en maitrisant son rapport à la nature pour permettre à chacun de se développer pleinement ! Mais cela est impossible sans révolution socialiste, sans socialisation des grands moyens de production,sans pouvoir politique des travailleurs,sans démocratie pour le plus grand nombre, sans role dirigeant des travailleurs dans la société ! OUI A UNE GRANDE MARCHE A PARIS EN HOMMAGE AU PEUPLE RUSSE, A LA REVOLUTION PROLETARIENNE , VIVE LENINE,ET STALINE , libérateurs de l’esclavage du peuple russe !

    FRATERNELLEMENT ALAIN DOTTA

Revenir en haut