Conseil National du 17 Juin 2016

Ce que nous devons craindre, ce n’est pas ce qui bouge chez les manifestants !

Intervention de Marie-Christine Burricand

On peut comprendre qu’il faille du temps pour construire la direction, mais 3 mois pour l’exécutif national, c’est beaucoup et cela donne le sentiment d’amateurisme.

Les urgences politiques sont bien là et il faut y répondre. Je suis étonnée du débat de ce matin sur le mouvement social qui laisse percevoir de l’inquiétude face à la radicalisation.

Ce serait une erreur grave de chercher à soumettre ce mouvement populaire à nos vues électorales, ne renouvelons pas nos erreurs passées.

Ce mouvement contre la Loi El Khomri est une chance dans la situation politique qui faisait craindre une insurrection à droite.

Malgré la pression médiatique et la criminalisation de l’action syndicale, malgré les provocations et la répression, il dure sans faiblir depuis 3 mois et s’est même élargi. Plusieurs camarades de Vénissieux sont montés manifester à Paris, certains en plein ramadan, faisant un effort considérable parce qu’ils sont conscients des enjeux autour du mouvement.

Ils ont été impressionnés par la présence policière, par les casseurs, mais surtout par les provocations de la police gazant et chargeant sans aucune raison les manifestants en fin de manif.

Bien sûr, la violence est présente au travers des casseurs, elle est aussi tentante pour certains très en colère, pour les jeunes ; elle fait l’objet de débats, est-elle légitime, utile ?

Tout cela appelle à des efforts nouveaux du PCF pour traiter avec le peuple ces questions, pour organiser et élargir. Car ce que nous devons craindre, ce n’est pas ce qui bouge chez les manifestants, mais bien ce qui se passe dans les têtes de ceux qui restent chez eux et ont déjà décidé de ne plus aller voter ou de voter pour la droite ou le FN.

Nous avons fait signer sur les marchés de la ville la pétition demandant le retrait de la Loi El Khomri. Cela signe 4 fois plus sur le marché du centre que sur celui des Minguettes, ce qui n’est pas toujours le cas et montre la difficulté pour les précaires et privés d’emploi d’entrer dans la bataille. Est ce que le PCF va traiter ces questions ?

Nous devons prendre nos responsabilités dans la situation, je souscris à une déclaration appelant à élargir les manifestations annoncées et condamnant l’attitude du gouvernement.

Vos témoignages

  • je pense cette analyse bien trop simpliste, sans tiré une véritable analyse de la situation politique que nous avons vécu, des des années 50,et que nous vivons depuis. Waldeck Rochet n’a t’il pas proposé une candidature unique socialiste est notamment celle de MITTERRAND COLLABORATEUR DU GOUVERNEMENT de vichy,alors que le PCF était le premier parti ouvrier de France, érreure politique ?ou dèjas une volonté de détruire le parti de l’intérieur ? et aujourd’hui ou en étant ? au meme résultat, candidat unique de la gauche, pour quel programme politique ? M C Barricand s’étonne de ces électeurs qui pour un grand nombres s’abstiennent ,d’autre vote LR et FN, comment peut’il en étre autrement ? avec la mutation de HUE : c’est-à-dire le ralliement idéologique du PCF à la social-démocratie, devenu depuis social-fasciste ; (détruire le PCF )désarme les travailleurs qui sont (déboussolés) et ouvre la voie à la pire des réactions de ceux-ci, et votent LR,FN, PS, MRC, ECOLO, ETC. La mutation a dénaturé le PCF en le subordonnant au PS,en l’arrimant à lUE (le parti s’est affilié à la gauche européenne) et prône la réorientation de l’Europe-supranational financière et capitaliste, et en l’amenant à abandonner la référence au marxisme et à la classe ouvrière ! bien au-contraire , la rupture avec l’eu ,l’euro, et l’Otan, et une démocratie radicalement nouvelle,loin de conduire au repli,sortir de l’eu permettrait à une république Française de promouvoir de nouveaux traités internationaux progréssites non limités a l’Europe : et OUI le communisme demeure le sens de l’histoire : Il faut absolument reconstruire un parti communiste d’avant garde marxiste capable de dialogue, mais porteur d’une ligne révolutionnaire. FRATERNELLEMENT ALAIN DOTTA

    • En 1995 lors des grandes manifestations contre la loi Juppé, deux ans avant l’entrée aux graves conséquences pour nous et pour toute la gauche, de communistes au gouvernement de Jospin, notre secrétaire fédéral , nous « mettait déjà en garde contre l’’anarcho syndicalisme » (sic) En 1997, alors que Jospin n’avait nullement tenu compte des conditions soi-disant exigées par le PCF (SMIC, arrêt des privatisations…), pour entrer à son gouvernement, nous avions des ministres communistes et Robert Hue et la direction du PCF proposaient pour la France une « société d’économie mixte » afin de justifier la « libéralisation » des services publics. Décidément et à ce rythme de sénateurs le Parti, encore et toujours hors sol par rapport à la lutte des classes, ne sera plus jamais à la hauteur des mobilisations populaires.

  • Bonjour

    Je partage cette analyse il faut un vrai PCF comme celui de Waldeck ROCHET que j’ai connu avec papa. Depuis Georges MARCHAIS le parti s’est replié sur lui même refusant d’aller vers les travailleurs du tertiaire artisans ouvriers paysans !!! tous ces gens nos dirigeants les ont ignoré !!! Et faire des chèques en blanc au PS a été un erreur fatale et encore aggravée avec EELV dont leurs députés ont voté la réforme ferroviaire que nous avons refusé. Avec ces gouvernants rencontres qui se disent « de gauche » mais qui en réalité sont des affairistes de bas étages qui tentent de museler le peuple !! Du jamais vue et bien entendu la droite s’engouffre dans cette brèche !!! Monsieur SARKOZY vient de perdre son procès en diffamation contre MEDIAPART et la pièce attestant le versement de 50 millons d’euros par le ditacteur Lybien validée par la justice !! Monsieur SARKOZY faite le ménage devant votre porte avant d’agresser verbalement la CGT !!!

Revenir en haut