Contribution de la section Georges Wodli – Strasbourg PCF 67 pour le 38e Congrès – consultation des communistes

Comme tous les communistes, nous avons été destinataires d’un questionnaire dont la forme et le fond nous posent problème. C’est pourquoi, nous avons décidé de répondre à cette consultation sous la forme d’une contribution.

Cher-e-s camarades, Comme tous les communistes, nous avons été destinataires d’un questionnaire dont la forme et le fond nous posent problème (ambiguïté des questions, manque de place pour développer des idées, découpage thématique des enjeux qui nie le lien entre ces différents aspects de notre société, quasi inexistence de la question internationale et absence de l’UE). C’est pourquoi, nous avons décidé de répondre à cette consultation sous la forme d’une contribution. Concernant l’ordre du jour du Congrès, il nous paraît essentiel qu’il commence par un bilan de la direction actuelle mais également des choix programmatiques et stratégiques depuis le Congrès de Martigues. Ce bilan doit être mené sans tabou. Le 2e point fondamental est le projet. Il faut que le parti se dote d’un projet communiste qui pose donc la question de la propriété des moyens de production et ne se limite pas à une liste de propositions en vue des élections. Ce projet doit s’inscrire dans une perspective à long terme de transformation radicale de la société. Soyons audacieux quitte à paraître utopistes. Le 3e thème doit être celui de la stratégie pour réaliser ce projet. Cette stratégie interroge l’organisation, le fonctionnement et la place du parti, les combats et les alliances, la prise et l’exercice du pouvoir au-delà des institutions bourgeoises. Nous souhaitons, que contrairement aux derniers Congrès, un seul texte soit proposé, suffisamment à l’avance pour qu’il puisse être lu, discuté et amendé collectivement. Une telle démarche permettra, malgré des divergences, de nous réunir pour élaborer un projet qui sera le nôtre. A propos de la date du Congrès, celle de novembre nous paraît la plus pertinente pour donner aux camarades le temps nécessaire à sa préparation. La section Georges Wodli de Strasbourg

Vos témoignages

  • SARTON Bernard 16 novembre 2017 14:21

    Le problème du PCF avec sa direction actuelle c’est le programme . Avec la crise dramatique du capitalisme et sa corruption mondialisée , son agressivité répressive et militaire, il faut proposer au peuple un véritable changement de société vers la société socialiste-communiste . De là va découler toutes nos propositions d’action pour y parvenir . Les militants communistes actuels et ceux qui vont les renforcer dans l’avenir ne sont pas des « bureaucrates électoralistes » au service d’apparatchiks permanents ou élus . Ils doivent être des révolutionnaires courageux et exemplaires pour les masses populaires . L’organisation communiste a vieilli dans son fonctionnement avec sa « verticalité » pseudo-démocratique avec assemblées générales ponctuelles , congrès fédéraux et nationaux . Nous sommes lassés de ces réunions à paroles sans résultats probants qui satisfait notre pratique démocratique . Le Conseil national a remplacé le Comité central sans vraiment changer les pratiques avec une direction donnant la leçon aux camarades fidèles par habitude . Chaque communiste est comptable des décisions prises par les directions à tous les niveaux et pourtant cela n’est plus réalisées si ce n’est que partiellement . Nous devons donc réagir et transformer l’outil révolutionnaire avec créativité en développant l’horizontalité des responsabilités au niveau local et au niveau des entreprises qui seront autogérées sous le socialisme . Devons-nous toujours adapter notre système d’organisation à la lumière de l’organisation bourgeoise actuelle (villes, départements, régions, national) ? Est-ce que la cellule doit toujours être l’organisation de base ? La section doit sûrement devenir essentielle dans la direction politique et stratégique des communistes (le département restant une instance de coordination), pour l’élaboration de sa politique locale et la désignation de ses candidats aux élections territoriales et législatives . Le bénévolat des communistes est bien sûr très important mais pourtant nous sommes souvent démunis par l’actualité quotidienne parce que nous ne pouvons disposer d’un militant révolutionnaire professionnel en charge de l’organisation des tâches pratiques comme dans les organisations syndicales ou les partis politiques bourgeois aux milliers de permanents . Alors que la bourgeoisie truste tous les médias d’information nous ne disposons pas d’une Télévision permanente où nos idées peuvent être popularisées avec des professionnels qualifiés dans tout l’hexagone . Le coût doit pouvoir être financé avec l’aide de nos camarades chinois et vietnamiens que nous avons aidé dans leur combat victorieux historique . Nous ne pouvons plus être à la remorque d’un Etat bourgeois qui martyrise son peuple en permanence .

    Ces quelques réflexions ajoutées à d’autres sont une recherche pour rendre plus performant notre parti dit communiste et qui doit le rester . Construisons ensemble avec tous les citoyens non bourgeois la société socialiste-communiste de notre idéal sans attendre , c’est plus nécessaire que jamais en ces temps de crise globale du capitalisme .

    Bernard SARTON , section d’Aubagne

Revenir en haut