Réunion nationale du réseau du 23 Mars

De l’importance du réseau pour les camarades isolés…

Intervention de Clara Gimenez

Je viens de la fédération de l’Hérault, mais malheureusement pas de la section de Béziers. Et pour cause mon secrétaire de section est à la FASE.

Dans ma section, lorsque nous faisons une AG, c’est rarement pour discuter de la ligne du parti, et de son investissement, souvent l’AG se résume à « est-ce qu’on rencontre le PG pour discuter de si éventuellement on se réunit pour discuter de la candidature Front de gauche aux élections, candidature qui cela s’entend ne doit pas être communiste »…

J’avais 17 ans au moment du Congrès, j’ai produit quelques amendements sur le texte -j’étais la seule dans ma section-, tous ont été qualifiés d’amendements de vieux stal’, on est même venu me dire qu’à mon âge, ce n’était pas normal de parler comme il y a 40 ans et qu’il ne fallait pas que j’aille militer auprès des jeunes. En effet, mes amendements utilisaient tous des termes « dépassés » : marxisme-léninisme, lutte des classes, socialisme, bref…

Mais comme je suis jeune, et que c’est glorieux pour une section d’avoir des jeunes -et femme en plus !-, on m’a délégué à la conférence fédérale, puis au Congrès.

Ce 36e Congrès me fait peur, on jette tous les concepts qui font de nous des communistes. Alors après, certains m’ont dit que ce Congrès n’était au fond pas si mal, c’est vrai je n’ai pas connu Martigues !!! Et l’une des pires choses du 36e Congrès c’est l’abandon de la structure primordiale qu’est la cellule. En ce qui me concerne, sans ma cellule, j’aurai peut être quitté le PCF.

Je veux aussi vous dire à quel point la découverte -grâce à un camarade de ma cellule- du site lepcf.fr a été pour moi un véritable espoir, de voir que nous n’étions pas une cellule de ringards, on n’était pas tout seuls, et ça fait du bien de la savoir !

Je pense que le réseau est très important pour les camarades isolés (comme nous avons pu l’être avec des camarades de cellule) dans les sections, les fédérations, pour tous ceux qu’on traite de staliniens.

Vos témoignages

  • De l’importance du réseau pour les camarades isolés… 10 avril 2013 15:33, par Gilles Questiaux

    Sur Staline, et ce qu’on peut en penser :

    Staline et les communistes, quels rapports ? sur réveil communiste, http://reveilcommuniste.over-blog.fr/pages/staline-et-les-communistes-quels-rapports-8474005.html

  • De l’importance du réseau pour les camarades isolés… 8 avril 2013 05:43, par Epicmissiontomars

    Bonjour,

    J’ai 21 ans et je suis militant à l’Union des Etudiants Communistes à Poitiers, sécretaire à la comm’ des Jeunes Communistes de la Vienne, et de surcroit j’ai récemment adhéré -après pas mal d’hésitations - au Parti Communiste.

    Concernant l’analyse sur les cellules du parti (je ne savais pas qu’elle sont vouées à disparaitre), je suis plutôt d’accord : par exemple, à le Blanc (36) et sa région, il y n’a pas vraiment de local fixe pour le PC. Pour ce qui est du militantisme en soi, ça ne pose de problème, mais pour se retrouver et discuter oui. Parfois, je me demande si ça explique aussi les scores pas si élevés du Front de gauche dans la région du Blanc. Personnellement, quand je ne suis pas à Poitiers (pour étudier et militer), je suis surtout au Blanc le week-end, alors devoir aller dans la « campagne » pour retrouver les camarades, c’est impossible…

    Quand à l’idée de passer pour un stal’, comme tu parle de tes amendements proposés, je ne sais pas quoi penser (perso, je suis communiste, marxiste, mais pas du tout stal’). À vrai dire, j’ai l’impression que la direction croie que regarder son passé stalinien en face doit passer par des sabordages idéologiques, alors que non. De l’autre, entendre certains vieux du parti dire que Staline est un grand homme, euh non, ça n’en est jamais été un… Son régime était une caricature de communisme. Le PCF n’a pas toujours été stalinien, alors il vaudrait mieux porter haut le marxisme, la lutte de classes, la dictature du prolétariat, la critique de l’économie politique, tout en bien évidemment l’adaptant au 21e siècle. Le capitalisme d’aujourd’hui n’est pas exactement celui du 20e ou du 19e siècle, mais certains enjeux n’ont pas changé.

    Jérémy.

Revenir en haut