Dommage pour Sébastien Jumel. Dommage pour les communistes ...

, par  Yvette Genestal , popularité : 90%

Je ne suis plus au PCF.

J’ai détesté et combattu Robert Hue, la dérive gauche plurielle, l’alignement sur le PS pour le quinquennat, pour l’entrée des pays de l’Est dans l’UE. Je ne pardonne pas la trahison des communistes, trop confiants dans leur direction, par R Hue et les dirigeants de l’époque, puis par MG Buffet, et P Laurent ...

Mais j’appréciais les positions de Sébastien Jumel sur le nucléaire, sur les éoliennes en mer, ses campagnes de terrain lors des législatives, ses batailles.

Je n’aime pas les positions de Fabien Roussel sur l’Union Européenne, peu claires. J’attends davantage d’impulsion sur la question des institutions, pourtant d’actualité pendant la campagne des présidentielles. Mais je salue la campagne de terrain, le retour aux entreprises, les classes populaires et la classe ouvrière retrouvées par le PCF.

Alors est-ce bien le moment, Sébastien Jumel, quand le PCF tente de retrouver son identité de classe, vaille que vaille, de lui tourner le dos et d’entraver sa nouvelle ligne politique ? J’ai haï Mélenchon lorsqu’il refusa aux communistes pourtant actifs dans sa campagne en 2017, de porter leurs couleurs lors des meetings et son mépris silencieux à leur égard. Et pourtant je suis en désaccord, et je l’étais encore davantage à cette époque avec beaucoup de choix politiques du PCF. Mais le changement de ligne politique, votée au dernier Congrès, avec le soutien des communistes de "faire vivre le PCF" nécessite d’aller jusqu’au bout de l’expérience, pas d’essayer de la tuer dans l’oeuf. C’est ce que font certains élus et dirigeants. Et je regrette que Sébastien Jumel soit de ceux-là.

Tout de même, la candidature communiste, c’est une décision de Congrès, ratifiée ensuite massivement par les adhérents-militants. Et ce contrairement aux instances de direction qui ratifièrent à une courte majorité la candidature de Fabien Roussel. Encore le mépris des dirigeants et des élus pour la base militante ?

Pas ça, pas toi, Sébastien Jumel. Un élu ne pense pas tout seul. Il pense avec ses camarades militants. Surtout quand le débat a été mené à fond.

Cela dit, je ne sais pas encore si je voterai F Roussel. Mais je m’interroge. Quelle est sa position et celle du PCF sur l’Union Européenne ? Sur l’euro ? Va-t-il mener une bataille résolue contre les institutions de la Vème République, pendant et au-delà des présidentielles ? Mettra-t-il la bataille contre le capitalisme mondialisé, pour le socialisme au coeur de sa campagne ?

Ceci est une tribune, une opinion personnelle. Elle demande à être débattue. C’est bien sûr l’affaire des militants du PCF avant tout. Mais c’est aussi l’affaire de tous ceux qui suivent de près l’aventure de Fabien Roussel et des militants communistes qui tentent de reconstruire leur parti.

Yvette Genestal

PS- Au moment où je relis cette tribune, j’apprends que Nicolas Langlois, maire de Dieppe, a rejoint Sébastien Jumel. Il semblerait que ce mouvement ait été lancé par des élus communistes. Est-ce cela qu’on appelle "crétinisme parlementaire" ? Croire que le changement peut venir des élus et des élections présidentielles ? Protéger les sièges des députés PCF et les mairies d’"union de la gauche" ? Parier sur la disparition du PCF alors qu’il tente de retrouver ses couleurs ? Parce que JL Mélenchon, l’admirateur de F Mitterrand, pourrait faire gagner la "gôche" ? Quelle gôche ?

Brèves Toutes les brèves

Navigation