« En lutte »

Le dernier livre de Rémy Herrera

Importante contribution de notre camarade Rémy Herrera à la compréhension de la situation et de l’évolution du capitalisme, son dernier livre s’intitule très justement : « En lutte ! ». Publié aux Éditions Critiques, il vaut 17 euros.


Dans un contexte de forte contestation des politiques néolibérales menées par des dirigeants toujours plus soumis à l’agenda des puissances capitalistes, nous observons et subissons un accroissement des brutalités politiques, idéologiques et policières.

Désormais, les manipulations médiatiques les plus grossières, l’instrumentalisation de la justice ainsi que les mutilations physiques deviennent des pratiques ordinaires pour contenir tout mouvement de protestation.

Retraçant l’histoire des résistances populaires au cours des quarante dernières années, Rémy Herrera explique comment le socialisme mitterrandien a introduit le néolibéralisme en France puis s’arrête sur les étapes importantes des révoltes populaires contemporaines : grèves de 1995, référendum de2005, soulèvement des banlieues, entre autres,avant d’aborder la période macronienne en tant que dénouement logique de ce processus.

Rappelant les échecs et les victoires toujours précaires des luttes sociales récentes, ce livre réinscrit les combats actuels dans un mouvement historique profond, au-delà des cadres partisans et syndicaux, où l’esprit de combat des classes populaires demeure vivant.

Rémy Herrera, économiste, chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne).

Vos témoignages

  • « En lutte » 28 septembre 2020 16:39, par Pedro

    « Rappelant les échecs et les victoires toujours précaires des luttes sociales récentes, ce livre réinscrit les combats actuels dans un mouvement historique profond, au-delà des cadres partisans et syndicaux, où l’esprit de combat des classes populaires demeure vivant. »

    Hélas, la seule leçon des dernières luttes montrent qu’un vrai parti communiste et un mouvement syndical de classe sont absolument indispensables pour lutter contre un capitalisme de plus en plus réactionnaire et autoritaire.

    Il faut d’abord l’unité de tous les communistes venant de toutes les origines à la condition qu’ils soient hônnetes et veuillent lutter pour leur classe.

    On doit créer un parti par un processus de discussion approfondie dans un cadre démocratique pour trouver la voie et centralisé pour lutter efficacement.

    Tant que l’on n’aura pas ça, les luttes spontannées ne réussiront pas. Mais cela va venir car les gens apprendront fde leur propre expérience. nous on ne peut que les aider en leur montrant la voie.

    Il faut dépasser le stade antérieur à la Première Internationale et s’unir pour avancer.

    Les anars ont eu deux siècles pour donner leru mesure, les pseudo-trotskistes plus de trente ans et n’arrivent à rien, les révisionnistes ont amenée les masses à des impasses ou à des massacres.

    Sur la base de Lénine et Marx on devrait pouvoir reconstruire, on va reconstruire, peut-être en balayant la vieille croute ankylosé, peut-être en intégrant ses meilleurs éléments.

    Il ne reste que ça ou l’effondrement annoncé par la guerre ou par une longue decadence capitaliste.

Revenir en haut