Européennes : « L’ouvrier d’abord » pour le PCF

Selon Ian Brossat, Marie-Hélène Bourlard, ex-syndicaliste et ouvrière dans le textile dans le Nord, figurera dans les quatre premiers noms de la liste communiste aux élections européennes. PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Les communistes veulent donner une coloration ouvrière à leur liste. Sans garantir qu’ils feront entrer des eurodéputés au Parlement.

Au Parlement européen, les députés « ouvriers » se comptent quasiment sur les doigts d’une main. Lancés depuis cet été dans sa campagne pour les élections européennes – bien que parallèlement en discussion avec d’autres partis – les communistes aimeraient mettre la classe ouvrière en bonne place sur leur future liste pour le scrutin de mai prochain. Avec au moins deux candidats issus du monde ouvrier dans les dix premiers noms.

Le PCF doit présenter, ce jeudi, à Lille les candidatures de Franck Saillot, ancien ouvrier dans l’industrie papetière, et surtout celle de Marie-Hélène Bourlard, ex-syndicaliste et ouvrière dans le textile dans le Nord. « Ce serait la première femme ouvrière à devenir eurodéputée, une grande première dans l’histoire du Parlement européen », s’enthousiasme Ian Brossat, adjoint au maire de Paris et chef de file des communistes pour les européennes. Lui nous affirme qu’elle figurera dans les quatre premiers noms de la liste, donc automatiquement élue si le PCF fait 5 % des voix. Franck Saillot dans les dix premiers. « Le Parlement est tenu par le lobby de l’argent, nous, on veut être le lobby des gens », poursuit l’élu. Prolétaires de tous les pays, présentez-vous !

« Au Parlement européen, ils n’ont sûrement jamais vu d’usine ! »

Âgée de 61 ans et tout juste retraitée, Marie-Hélène Bourlard a travaillé pendant 35 ans à l’usine de fabrication de prêt-à-porter haut de gamme Ecce, et s’était notamment fait connaître dans le documentaire « Merci patron ! » de François Ruffin. A la fermeture de l’usine en 2009, elle s’était mise à travailler comme ambulancière. « Au Parlement européen, ils n’ont sûrement jamais vu d’usine ! », lance cette communiste de longue date, qui promeut – entre autres – l’idée d’un « smic européen ». De là à aller jouer les premiers rôles à Bruxelles ?

« On n’a pas encore parlé de position sur la liste », se défend Bourlard, qui balbutie quand on lui annonce qu’elle serait en position éligible, comme affirmé par Brossat : « Euh, j’espère que non… ! ».Visiblement pas encore convaincue… friture sur la ligne communiste ou simple argument de communication pour un PCF qui cherche à réaffirmer son identité. Au PCF, on plaide l’erreur de com’…

Plusieurs incertitudes planent encore sur l’avenir européen des communistes. En discussion avec d’autres partis de gauche, comme Génération-s, ils pourraient choisir de ne pas aller aux européennes seuls. Et si c’est le cas, les sondages ne les créditent pas encore des 5 % de voix nécessaires pour faire entrer des candidats – ouvriers ou non – au Parlement.

En attendant, ils n’étaient que 3 ouvriers sur 766 députés européens entre 2004 et 2014 selon une étude. Et seulement un Français, après 2014. L’ancien sidérurgiste d’ArcelorMittal Edouard Martin, qui s’était fait élire sur une liste socialiste.

Voir en ligne : dans le parisien du 14 novembre

Vos témoignages

  • PCF : Pierre Laurent prêt à laisser la place de numéro un à Fabien RousselPCF : Pierre Laurent prêt à laisser la place de numéro un à Fabien Roussel © AFP Pierre Laurent propose lundi dans L’Humanité de « partager » avec Fabien Roussel la direction du PCF, manière selon son entourage de dire qu’il envisage désormais de lui abandonner la place de numéro un en échange d’une place éminente. « Je fais une nouvelle proposition : que nous partagions la conduite de (la) liste » que la commission des candidatures doit établir mardi soir, en prévision du congrès de ce week-end, affirme-t-il. « Personnellement, j’accepterai le choix de la commission et du congrès sur la répartition proposée », poursuit-il.Pierre Laurent pourrait laisser la place de numéro un à M. Roussel, à condition de se voir désigné président du conseil national, ou président du conseil exécutif du PCF, décrypte son entourage auprès de l’AFP.Ce qu’il veut, c’est que la fonction et la tâche du numéro deux soient précisées, ce qui n’est habituellement pas le cas", précise cette source. Fait inédit pour le Parti communiste, sa direction a été désavouée début octobre lors du vote des adhérents. Le texte du secrétaire national Pierre Laurent a, avec 38 % des voix, été battu par « le Manifeste pour un PCF du XXIe siècle » (42 %), porté notamment par le patron des députés communistes André Chassaigne et Fabien Roussel.La commission des candidatures du PCF doit se réunir mardi soir, et proposer une liste unique, la majorité des communistes souhaitant une solution consensuelle. « Je sais que les communistes ne veulent ni de la division, ni de la victoire des uns sur les autres. J’ai consulté. J’ai beaucoup parlé avec Fabien Roussel. Tout le monde souhaite qu’une liste unique soit construite demain (mardi) par notre commission des candidatures », reconnaît Pierre Laurent. Âgé de 49 ans, Fabien Roussel a été élu député de la 20e circonscription du Nord en juin. Place aux jeunes,sans aucune magouilles !

  • Européennes : « L’ouvrier d’abord » pour le PCF 19 novembre 2018 14:00, par florentin perez

    bonjour je suis un metallo retraité,je suis marxiste et j ai toujours été tres proche du pcf depuis ma jeunesse,j ai milité un temps dans ce parti,j ai été aussi militant syndical a la CGT ,jusqu a ma retraite et si je devais m engager dans un parti ce serais dans celui là et dans aucun autre ,la raison ? je suis marxiste et ce parti est le plus proche du marxisme que je sache en France ? mais voici mon propos, envoyer des ouvriers au parlement europeen ,mais quelle bonne idée ,ça c est une vrai bonne idée a creuser ,j ai lu dans l article que les ouvriers au parlement europeen peuvent se compter sur les doigts de la main en parrallele et c est a reflechir aussi ,combien y a t il d ouvriers dans nos assemblées francaises ,assemblée nationale ou senatoriale, ? combien y a t il d ouvriers aussi de maires dans notre pays ? combien y a t il d ouvriers dans toutes nos institutions françaises ? des questions simples a reflechir et a creuser que le PCF doit se poser ,ce sont des questions simples mais vitales pour ce parti il me semble alors quand je vois que le PCF veux avoir des deputes européens ouvriers et communistes bien sur,je ne peux que men rejouir

  • Ci joint le lien de la vidéo de France 3 Nord où Ian Brossat, chef de file des communistes pour les élections européennes, s’exprime sur le besoin de renouvellement du PCF lors de son prochain congrès : « On a besoin de renouvellement et Fabien Roussel l’incarne bien » https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-pas-calais/video-nordiste-fabien-roussel-bientot-tete-du-parti-communiste-francais-1576842.html

  • Ben Macron Alla alias Maréchal nous Voilà, est échec et mat. Il a voulu la CGT des cheminots au printemps avec la casse de la SNCF, et à l’automne c’est à une jacquerie inorganisée venue de la base, sur des thèmes fourre-tout incluant à la fois les taxes sur les carburants, mais partie des classes moyennes, des retraités, non syndiqués, n’ayant jamais participé à aucune grève ni aucune manifestation, ce mouvement donc s’étend aux retraites taxées par la CSG et le blocage des pensions, l’augmentation des salaires, les services publics, hôpitaux, postes, télécom, énergie, école, etc….exactement ce que défend le PCF et la CGT par exemple mais qu’ils ont été incapables de défendre en mobilisant, car enfermés qu’ils sont dans leur volonté de rester au sein de la bouse mafieuse qu’est l’UE/EURO/OTAN, et pour la CGT financée via les subventions de l’UE à la CES, idem pour le PCF dont les derniers permanents sont payés par l’UE via leur groupe au Parlement Européen et le Parti de la gauche Européenne. Ben Macron Alla comme Eric Philippe comme le MEDEF, et les très très riches sont donc pris à leur propre piège : après avoir maté la CGT il ne peut compter sur elle comme en 1968. Les médias pro-Macron (BFM, LCI, France Inter, etc..) ne s’y trompent pas : ils continuent ce matin à taper sur la CGT cheminots comme l’hyper-macronien DE Morand, mais essayent de censurer le mouvement des gilets jaunes, car ils n’ont plus de porte de sortie. Si la CGT gagne le mouvement Macron et le MEDEF sont morts.

Revenir en haut