38e congrès du PCF

Faire payer les millionnaires, pour la Paix et de nouvelles sécurités sociales

Contribution, congrès PCF Vosges, 10/11/18 :

Afin de développer la résistance populaire au fascisme qui progresse, le PCF doit se lancer dans des campagnes aux principes clairs et aux actions concrètes, selon le mot d’ordre suivant : « FAIRE PAYER LES RICHES, POUR LA PAIX ET DE NOUVELLES SECURITES SOCIALES ».

1/ Faire payer les millionnaires : Selon de récentes statistiques, le nombre de millionnaires va prochainement dépasser les 3 millions : il n’y a jamais eu autant de millionnaires dans notre pays.

A quel prix s’enrichissent-ils ? En volant l’argent public (exemple du C.I.C.E.), en fraudant l’impôt (évasion fiscale), en menant la guerre aux salaires (flexibilité, précarité)… en faisant payer à l’Etat une dette illégitime.

Oui il faut faire payer les millionnaires ! Ce mot d’ordre doit devenir l’un des marqueurs de notre identité communiste, être au centre de nos campagnes :

  • Pour révèler le coût du capital, du crédit, des dividendes aux propriétaires lucratifs ;
  • Pour dénoncer les fraudeurs fiscaux et les faire payer ;
  • Pour transformer l’impôt en s’en prenant aux fortunes des millionnaires ;
  • Pour augmenter les salaires, les pensions ;
  • Pour exiger l’effacement des dettes illégitime (dettes d’investissement productif) qu’elles soient publiques ou privées.

2/ Pour la Paix Le danger fasciste des « démocratures » s’appuie sur la militarisation des sociétés, l’augmentation des budgets militaires et des ventes d’armes. Les communistes n’ont aucun intérêt au développement des armées. Le changement de société que nous voulons ne viendra pas autrement que par la mobilisation, l’engagement et l’organisation des travailleurs, des peuples ; sûrement pas par la guerre. Ainsi, la lutte pour la Paix exige :

  • Des actions pour que la France signe et ratifie le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires et qu’elle démantèle son arsenal nucléaire ;
  • Des actions pour la baisse du budget militaire, pour le désarment progressif de l’armée française ;
  • Des actions pour le retour des soldats français à l’étranger et la fermeture des bases françaises ;
  • Des actions pour obtenir le démantèlement de l’OTAN, alliance militaire agressive ;
  • Des actions pour une Europe débarassée des armes nucléaires et des bases américaines qui les acceuillent ;
  • Des actions pour développer la culture de Paix et le règlement pacifique, diplomatique, des conflits, dans le cadre de l’O.N.U.

3/Pour de nouvelles Sécurités Sociales Le régime général de sécurité sociale est la plus grande conquête populaire de notre histoire : en 1946, les communistes, les syndicalistes de classe ont obtenu la socialisation, sous contrôle démocratique, de ce qui représente aujourd’hui ¼ de l’économie française. Comme le disait le ministre communiste Ambroise Croizat : « Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain ». Peut-on résumer plus simplement notre visée communiste ?

Nous devons lutter pour retrouver les principes du régime général de la sécurité sociale (contrôle démocratique des travailleurs, financement par la cotisation, c’est-à-dire sans profit, ni crédit, ni rente et salaire à vie, statut du producteur) et l’étendre à de nouveaux secteurs de l’économie.

La lutte pour de nouvelles sécurités sociales exige :

  • Des actions pour obtenir que les travailleurs gèrent de nouveau le système comme en 1946, par l’élection d’administrateurs par les usagers eux-mêmes, sur des listes syndicales ;
  • Des actions pour le retour à l’indépendance du régime général de la sécurité sociale vis-à-vis de l’Etat, c’est-à-dire son autonomie financière et de gestion ;
  • Des actions pour la hausse des taux des cotisations sociales, bloqué depuis presque 40 ans ;
  • Des actions visant à l’extension du salaire à vie, des sécurités au travail, pour assurer un revenu du travail à chacun (en remplacement du système actuel d’assurance-chômage) ;
  • Des actions pour étendre le financement par la cotisation à de nouveaux secteurs d’activité : alimentation pour commencer, afin d’assurer la sécurité alimentaire et de valoriser l’agriculture alternative qui respecte les hommes et la nature.

Ces nouvelles sécurités sociales obéissent aux principes suivants :

  • « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » ;
  • « L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».
Revenir en haut