Accueil > Vie politique > Fontenay-sous-Bois unir les communistes en évitant le piège de l’élection (…)

Fontenay-sous-Bois unir les communistes en évitant le piège de l’élection présidentielle

lundi 5 décembre 2016, par Alain De Poilly

Le piège des élections présidentielles tout le monde l’a dénoncé en prônant l’avènement d’une 6ème république, mais tout le monde s’est jeté dedans, JL Mélenchon en premier.
Pierre Laurent par ses prises de positions contradictoires sur l’élection présidentielle a pris le risque de diviser le PCF. Effectivement il a opposé le vote de la conférence nationale représentant les militants les plus engagés dans la vie de leur parti au vote des adhérents plus municipal, influencé par des élus plus dépendant des positions de la direction du parti. L’exemple de la Seine Saint Denis est significatif, on reste impressionné par les centaines de voix avec un taux de participation de 100 % dans certaines sections favorable à 80 % pour JL Mélenchon.

Cette stratégie d’opposer les uns contre les autres est d’autant plus inutile que Pierre Laurent s’est réservé le droit de remettre en cause ces deux votes en faisant voté à 92 % une résolution qui le mandate pour trouver un autre candidat plus unitaire
Depuis des années le parti communiste s’efface à l’élection présidentielle. Or, les adhérents du parti ont adhéré pour défendre des valeurs, une idéologie pas pour servir de supplétif autonome à chaque élection présidentielle. Un jour il faudra bien mettre fin à cette période d’effacement du parti conduite par de Robert Hue ( La mutation ) MJ Buffet ( candidate des anti libéraux ) Pierre Laurent ( soutien à JL Mélenchon ).

A Fontenay-sous-Bois notre assemblée des communistes a été révélatrice d’une interrogation lancinante qui porte sur utilité du parti communiste et qui peut se résumer en une phrase

" FAUT IL SAUVER LE PARTI OU L’IDEE COMMUNISTE ? "

Cette interrogation est la base idéologique sur laquelle s’appuie certains communistes partisans du soutien à JL Mélenchon à Fontenay-sous-Bois (est d’ailleurs ) pour justifier notre effacement au profit de la France insoumise de JL Mélenchon ( il faut savoir abandonner un peu de nous même pour donner une chance à nos idées de vivre ) ( on ne parle plus du parti communiste mais de la famille communiste ) ( il n’y a pas de bon et de mauvais communiste ) etc.. Effectivement on peut être communiste dans un parti ou en dehors. C’est d’ailleurs sur cette conception de l’engagement communiste que JL Mélenchon compte quand il appelle les communistes et non pas le parti communiste de le rejoindre. Il pense que la force communiste en France ne tient pas à la seule existence du parti communiste.

Cette conception de transformer le parti communiste en force communiste à Fontenay-sous-Bois se traduit notamment par la présence du Maire non communiste et soutien de JL Mélenchon aux assemblées générales statutaires du parti communiste, cela démontre que pour certains la forme parti est dépassé. Bien sur notre maire à toute sa place dans nos réunions non statutaires. Mais dans une réunion statutaire sa présence n’est pas souhaitable parce qu’elle peut influencer certains communistes employés municipaux. On a pu entendre un de ces communistes affirmer haut et fort qu’il collera les affiches du candidat de la France insoumise de JL Mélenchon et promettre à ceux qui colleront les affiches du parti communiste pour l’élection présidentielle de les faire courir

Le soutien à JL Mélenchon n’est donc pas un simple soutien à un bon candidat qui a une chance d’être élu, mais c’est le soutien à une conception politique qui remet en cause le parti communiste au profit d’un mouvement communiste autonome. Cette conception politique née avec la mutation de Robert Hue a été la cause profonde de l’échec des anti libéraux et du Front de gauche.

Le vote en faveur de la candidature de JL Mélenchon ne peut pas avoir le même sens qu’en 2012. En 2012 le choix entre JL Mélenchon et André Chassaigne était un choix entre deux candidats appartenant au même rassemblement politique le Front de Gauche, de ce fait l’ensemble des adhérents du parti communiste ont mené la campagne de JL Mélenchon, il ne lui a pas manqué une voix du PCF ( j’ai fait sa campagne ). Or, aujourd’hui cela est totalement différent. JL Mélenchon n’est plus candidat du Front de Gauche auquel il a tourné le dos, mais le candidat d’un nouveau parti qui se dit anti parti. Il manquera donc cette fois à JL Mélenchon beaucoup de voix du PCF.

Le piège de l’élection présidentielle est entrain de se refermer sur la gauche anti libérale avec la création par JL Mélenchon d’un nouveau parti la France insoumise . Ce piège n’aura aucun effet sur le PS qui compte sur le vote utile pour rassembler derrière lui . Mais il va avoir un effet très négatif sur le PCF qu’il va diviser.

JL Mélenchon qui dit avoir pour mentor François Mitterrand ne doit pas pouvoir finir le travail de son mentor en remettant en cause l’utilité du parti communiste. Pour cela notre parti doit redevenir un parti révolutionnaire qui produit de l’idéologie, il doit sortir de cette léthargie idéologique dans laquelle l’a plongé les Robert Hue, MG Buffet, Pierre Laurent. Le parti communiste par son histoire vaut bien mieux que le rôle de sous-traitant dans lequel l’ont cantonné ces derniers dirigeants.

Tous les partis seront présents à l’élection présidentielle, les grands, les petits, ( sauf le PCF ). En effet, tous pensent ( sauf le PCF ) que ne pas être présent à cette élection capitale, c’est ne plus exister politiquement.

Les adhérents du parti communiste ne doivent pas tomber dans le piège de l’élection présidentielle, il doivent rester unis, fraternels. Certains communistes ont choisi de soutenir JL Mélenchon parce qu’ils croient sincèrement qu’il a une petite chance d’être au 2ème tour et qu’il a un programme proche du notre, c’est compréhensible. Mais après les élections présidentielles il faudra se retrouver pour affronter les élections législatives et tous les communistes ne devront plus avoir qu’un seul objectif faire élire un maximum de députés communistes, face à la droite, au parti socialiste, mais aussi face au parti anti parti de JL Mélenchon la France insoumise qui utilisera le tremplin de l’élection présidentielle pour s’imposer.

En effet, l’objectif de JL Mélenchon est clair il veut avoir un groupe de députés de la France insoumise à l’Assemblé Nationale . La charte des insoumis pour ce faire interdit toute concession électorale avec les autres partis de gauche. Cette stratégie ne nuira qu’aux seuls élus du parti communiste dont la réélection repose bien souvent sur l’union à gauche . Ainsi JL Mélenchon risque de passer en quelques semaines du statut de sauveur suprême à celui de liquidateur suprême.

En conséquence, le parti communiste devra démontrer après l’élection présidentielle son utilité comme un parti rassembleur autour d’un front populaire et citoyen, comme un parti révolutionnaire porteur de valeurs et d’une idéologie capable d’affronter les grands défis économiques et écologiques de notre époque.

Pour cela, il lui faudra sortir de cette période d’effacement idéologique en démontrant que l’idée communiste ne peut pas vivre sans un parti communiste porteur d’espoir , pour une société plus juste, plus fraternelle, plus solidaire.

Alain de POILLY

Messages

  • J’aime bien le texte d"Alain sur les Présidentielles.

    Je me demande tout de même si le mot "piège" est tout à fait juste. Personnellement, j’aurais préféré quelque chose du genre : "Du bon emploi des élections présidentielles", ou encore "Que faire des élections ...", En effet, pour le moment en tous les cas, nous ne rejetons pas la voie parlementaire.Et même dans le cas du mode de scrutin actuel pour les présidentielles, nous essayons de voir comment nous pouvons "mener une campagne autonome" à l’intérieur "d’une campagne autonome !!!".

    Bien sûr, le PCF n’est plus vraiment un parti de masse, et devient un petit parti et c’est dur à avaler. Mais je crois qu’un petit parti communiste (c’est à dire le PFVR-PCF) n’est pas un groupuscule. Cela dans la mesure où il lutte "De la ligne de piquetage (expression québécoise pour le piquet de grève) à la ligne de partage (mondiale) du bon côté de la lutte anti-impérialiste et de l’internationalisme communiste d’aujourd’hui.

    Ceux qui s’isolent de plus en plus dans le monde, ce sont les eurocommunistes, pas nous ! Lénine parlait d’embryon de l’avenir. C’est un objectif et un peu déjà une réalité pour lepcf.fr

  • l’analyse d’Alain de Poigny est très mesurée ; on est désormais dans l’attente des évènements électoraux, mais on ne voit pas l’ombre d’une action, et c’est là le drame ; élections, élections, luttes pas question ! Un indice tout de même, sur un document du parti figure la nationalisation de deux banques ; c’est un sacré progrès pour ceux qui ne voulaient pas prononcer le mot "nationalisation" ; mais désormais, il faut mettre la machine en route, aller manifester devant les banques ; les motifs ne manquent pas ;
     la loi européenne, transcrite en Août 2015 permettant aux banques de puiser dans les comptes de ses clients en cas de difficultés, genre acrobaties des traders,
     le Sapin 2, qui neutralise les Assurances-vies, et les utilisera pour maintenir le budget en équilibre,
     le blocage de la Caisse d’Epargne,
     l’organisation de l’évasion fiscale,
    La Sécurité sociale, infestée par la gestion capitaliste ; des réductions de remboursements de plus en plus nombreuses, un exemple , une patiente qui reçoit des piqûres de Botuline tous les 3 mois, pour pouvoir ouvrir les yeux, n’est plus remboursée, et pas une petite somme : 198 euros ! heureusement remboursée par la mutuelle Malakoff-Mederic, voilà le schéma qui se met en place ; à l’américaine. Si tu ne peux pas payer, tu restes les yeux fermés !
    Assurer la promotion de "La Sociale", une occasion de défendre l’existence de la Sécu originelle, et 100% de remboursement ; être à l’offensive : lire la réponse de Gilles Perret à Fillon que j’intitulerai : "l’humanisme face à la barbarie".

  • D’abord le réalisme :
    « Pour cela notre parti doit redevenir un parti révolutionnaire qui produit de l’idéologie, il doit sortir de cette léthargie idéologique dans laquelle l’a plongé les Robert Hue, MG Buffet, Pierre Laurent. Le parti communiste par son histoire vaut bien mieux que le rôle de sous-traitant dans lequel l’ont cantonné ces derniers dirigeants. »

    J’en déduis que les luttes internes au PC le paralysent ! Je ne les connais pas je constate.
    Le PC doit réapprendre à trancher, le compromis est-il nécessairement paralysant ?

    Alors d’accord le capitalisme est puissant, oui le communisme mérite une rénovation ou plutôt une réécriture de ses objectifs et moyens en vue d’une proposition alternative aux folies capitalistes et fascistes (qui ne s’opposent pas).

    L’ennemi n’a pas à être décrit et désigné, la réalité des dévastations capitalistes se suffit largement pour proposer autre-chose.
    Laissons le PS à sa place, dans cette droite qui n’ose pas se voir comme telle. Il fond, se morfond et s’enfonce dans son impasse.

    « Pour cela notre parti doit redevenir un parti révolutionnaire qui produit de l’idéologie »

    Quand on veut quelque-chose contre un groupe institué on le secoue avec les questions pertinentes.
    D’abord qu’est le PC aujourd’hui ?
    Des personnes. Qui disent quoi ?
    Des groupes. Qui disent quoi ?
    Une structure figée, sans forces vives, comme un vieillard juste capable de se maintenir debout ?
    Alors casser quelques poutres trop faibles, inventer, reconstruire devient indispensable.

    Ensuite le réalisme :

    Nous sommes au moment charnière d’une chute du capitalisme - détruit par sa finance irresponsable, pourri des dévastations planétaires, dans l’impasse de la chute inexorable de la productivité/croissance, dans l’impasse de sa fuite en avant planétaire car la planète est conquise entièrement.
    Et le PC ne propose rien qui pourrait intéresser des électeurs ?
    Et le PC continuerait de décrépir … Rester sur la berge du grand fleuve du temps, rouillé, abandonné. Le PC serait-il comme ces friches industrielles qui furent son cœur, de grands tas de rouilles ?

    Mais que faut-il ?
    attendre le fascisme ?
    attendre la prochaine guerre ?

    Bon d’accord, je me doute que le PC manque d’argent pour agir. Mais pas de personnes ? Si ?
    Alors quoi, des idées ?

    Le système capitaliste craque de toutes parts, il faut d’urgence préparer l’antifascisme, le tout identitaire des instincts reptiliens, la violence sociale préparée objectivement par les droites irresponsables (inclus PS). Le capitalisme est sous perfusion, en soins palliatifs.

    Je suis certain que de nombreux (méchants) capitalistes sont prêts à chercher une alternative de vraie gauche. Qui peut nier les impasses ?
    Je suis certain que nombre d’entrepreneurs (de ces gens qui n’agissent pas uniquement pour eux-même) souhaitent un autre système, car ils en ont compris l’impasse plus ou moins dramatique.
    Le PC, en re-rédigeant sa charte révolutionnaire - la révolution est inexorablement nécessaire, il faut changer - devrait pouvoir les convaincre – le charme du réalisme.
    Certes, cela demande d’admettre quelques clarifications notamment sur la réalité des dévastations écologiques, sur les folies (et mensonges et secrets et pollutions ..) du nucléaire ... sur ce qu’est le progrès ... dir ce qu’on veut et comment y parvenir.
    mais zut, l’enjeu est intéressant, le moment parfait - bien qu’urgent.

    Détruire ces banques spéculatives beaucoup trop grandes ... qui sont le centre névralgique de cette folie financiaro-capitaliste !!

    Peu de gens (des quelques riches aux yeux ouverts mais entraînés malgré eux dans le système) diront non, mais il faut d’abord une vue perspective d’un chemin à mener vers une forme démocratique, un pouvoir des travailleurs institué, ... dessiner un chemin des scénarios .. faire voir un processus révolutionnaire (c’est impossible je sais, et justement c’est ce qu’il faut faire, à mon très humble avis)
    et pour ma part, supprimer le salariat, cette coercition a-démocratique, et donc le capitalisme. Rendre le pouvoir aux travailleurs, c’est à dire à tous les citoyens en supprimant purement et simplement le capital ...

    Aux charmes citoyens !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document