Granma : le danger néo-nazi en Ukraine

, popularité : 90%

La diabolisation de Poutine dans le monde médiatique occidentale cache une vérité terrible sur la montée du nazisme en Ukraine. Ces témoignages publiés par le journal cubain font froid dans le dos, comme la vidéo publiée récemment d’un journaliste ukrainien sous la photo de Heichman appelant à tuer tous les enfants russes.

Les communistes doivent tout faire pour permettre à notre peuple de résister à la guerre idéologique qui n’a qu’un seul but, nous entrainer dans la guerre et faire grandir la fascisme pour imposer la guerre aux peuples.

pam

Les néo-nazis ukrainiens ont organisé une terreur impitoyable dans les quartiers de Marioupol qu’ils contrôlent toujours, où ils assassinent quotidiennement entre 80 et 235 citoyens, selon Mikhaïl Mizintsev, chef du Centre national russe pour la gestion de la défense. Cette information est reprise par GRANMA, le quotidien cubain, mais elle est de fait appuyé par des reportages pro-ukrainiens qui passent sur nos chaînes et décrivent sans le moindre état d’âme une internationale fasciste de soldats de fortune qui est désormais en train de combattre à Marioupol et sur les terres russes et de l’ouest. Cette internationale fasciste a de fait toujours existé depuis 2014 et le nazisme qui créé la terreur avec ces régiments défendant la corruption des oligarques ukrainiens dont Zelenski est le porte-parole n’est qu’un des multiples visages des terroristes que les USA transportent dans leurs vertueux bagages. Ce fait est d’autant plus connu des gouvernements occidentaux que comme le CANADA ou la GRANDE-BRETAGNE, ils ont envoyé des formateurs de ces brutes, comme la FRANCE a envoyé en Amérique latine des formateurs à la torture qui avait servi dans les guerres coloniales. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Auteur : Elson Concepción Pérez | internet@granma.cu

21 mars 2022 23:03:44

Les médias sociaux ont ignoré pendant des années les activités des néo-nazis ukrainiens sur leurs plateformes. Photo : Spoutnik Les médias sociaux ont ignoré pendant des années les activités des néo-nazis ukrainiens sur leurs plateformes. Photo : Spoutnik

Un ancien officier du renseignement américain nommé Scott Ritter explique comment des éléments néo-nazis ont été insérés dans des structures militaires et d’autres en Ukraine qui, ces dernières années, à partir de 2014, ont favorisé la situation actuelle.

Selon Ritter, cité par Sputnik, tout a commencé lorsque les États-Unis et l’Union européenne ont mobilisé un groupe nationaliste virulent et massif de la ville de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine. Parmi eux se trouvaient des néo-nazis faisant l’éloge de Stepan Bandera et de son mouvement pro-nazi ukrainien.

« Ces gens sont venus et ont pris le contrôle de Maïdan, d’une manière violente, ils ont renversé le président légitime de l’Ukraine et se sont ensuite imposés, par la force et la violence, sur le corps politique ukrainien », a-t-il expliqué.

Scott Ritter, ancien officier du renseignement du Corps des Marines des États-Unis et ancien inspecteur en armement de l’ONU en Irak, se souvient que le bataillon Azov a été imposé par le gouvernement ukrainien pour que les soi-disant accords de Minsk ne soient pas respectés.

« C’est le contrôle que ces gens ont. Ils ont fait la même chose dans l’armée. C’est-à-dire qu’ils auraient dû être dissous, arrêtés ou abattus. Au lieu de cela, l’armée les a absorbés et a promu leurs officiers. Ils ont donc fini par avoir des néo-nazis partout. »

Selon Ritter, « la plus grande humiliation de toutes est que les troupes britanniques, canadiennes et américaines sont allées en Ukraine pour les former aux tactiques et à l’équipement militaires de l’OTAN ».

Ces éléments, connus aujourd’hui, expliquent la conformation de l’idéologie nazie enracinée en Ukraine.

Il n’est donc pas surprenant qu’un médecin, actuellement au service de l’armée ukrainienne, se vante d’avoir prétendu « avoir ordonné la castratation de soldats russes blessés au combat » et capturés par le commandement de Kiev.

« Ce sont des cafards, ils ne sont pas humains », a déclaré le chef du conseil d’observation d’un hôpital de campagne, Gennadi Druzenko, dans une émission de la chaîne Ukraina 24, selon l’agence de presse russe Sputnik, qui compare le médecin susmentionné au fasciste Josef Mengele, mieux connu sous le nom d’Ange de la mort.

Dans un autre exemple des pratiques du Troisième Reich appliquées en Ukraine, le présentateur de cette nation Fahrudin Sharafmal a appelé au massacre de tous les enfants russes.

Il a également déclaré que le chef des services frontaliers ukrainiens, Sergueï Deineko, avait promis de tout faire pour tuer les épouses, les enfants, les parents, les frères et sœurs de l’armée russe.

Le rapport de lundi conclut en soulignant que les néo-nazis ukrainiens ont organisé une terreur impitoyable dans les quartiers de Marioupol qu’ils contrôlent toujours, où ils assassinent entre 80 et 235 citoyens par jour, selon le chef du Centre national de gestion de la défense de la Russie, Mikhail Mizintsev.

Il nuance toute cette réalité, d’autres informations, également à partir de ce lundi, où il est précisé que l’Union européenne allouera un milliard d’euros supplémentaires à l’Ukraine, pour acquérir des armes, selon la chef des Affaires étrangères de l’Allemagne, Annalena Baerbock.

Demandons-nous donc ce que l’Occident finance dans la nation ukrainienne et qui est-ce que l’Occident finance ?

Faits saillantsinternationaux

Ukraine : les troupes nazies attachent les citoyens qui veulent quitter le pays à des poteaux et les transforment en boucliers humains

 22 mars 2022Cuba en résumé  0 commentairescrimes contre l’humanitédiscriminationguerresnazis-fascistespeuple ukrainienRussie, Ukraine, violation des droits de l’hommeFacebook (en anglais seulementGazouillerMessagerie électroniqueWhatsAppTélégrammePartager

Ainsi, les troupes nazies-fascistes de l’armée ukrainienne attachent aux poteaux et aux panneaux de signalisation et à la nomenclature des rues les citoyens civils qui souhaitent quitter l’Ukraine, les transformant en boucliers humains, ce qui est un crime contre l’humanité, et les gouvernements soi-disant démocratiques font taire et approuvent ces tortures.

Ils font également état d’humiliations et d’agressions de la part de groupes néonazies contre les Roms en Ukraine. Ils peignent leurs visages en vert et les attachent à des poteaux.WhatsApp-Video-2022-03-22-at-10.54.52-AM-1Télécharger

Tiré de Resumen Latinoamericano Argentina / Photo de couverture : Une jeune femme gitane attachée à un poteau / Pepe Pomacusi.

UNE JEUNE GITANE ATTACHEE ALORS QUE LES COMBATS FONT RAGE PARCE QUE BIEN SUR L’aspect raciste n’est jamais absent…

Information connexe en provenance de Marioupol

Peut être une image de 2 personnes, personnes debout et plein air

CHRISTELLE DE MARIOUPOL… témoignage…
SOLDATS UKRAINIENS ET SBU SÈMENT LA TERREUR À L’ARRIÈRE DU FRONT
22/03/2022
Scènes d’horreur similaires à l’ambiance de Berlin en 1945.
Les images défilent devant nos yeux depuis quelques jours.
Ce qui était au départ un cas isolé, qui m’avait révolté, devient dès lors une réalité massive dans l’Ukraine de l’arrière.
Comme à Berlin, où les SS et des gestapistes du parti nazi faisaient la chasse aux capitulards, aux mous et aux communistes, ces soldats se livrent sans aucun frein à des patrouilles de la mort.
Partout c’est le même rituel : au lieu des pendaisons aux lampadaires, chères aux SS de 1945, ici les hommes pris comme réfractaires ou très peu chauds pour se battre sont ficelés à des poteaux dans la rue.
Leurs pantalons sont ensuite baissés pour les humilier et ils sont fouettés sur les fesses et les jambes avec des baguettes de bois, des branches de noisetiers, de longues tiges.
Ces châtiments et tortures physiques, nous n’aurions pas cru les revoir en Europe.
Pour beaucoup d’entre nous, tout cela s’était loin de nos foyers, là-bas au Moyen-Orient, en Irak, en Syrie ou en Afghanistan, en Afrique… Il n’y a aucun tribunal, aucun mandat d’arrêt, juste l’arbitraire de ces soldats et miliciens improvisés.
Plus loin c’est simplement un homme qui vendait de l’alcool dans la rue pour survivre…
Considéré comme un subversif, un parasite, il a rejoint immédiatement la cohorte des ligotés.
Copieusement insultés, ils sont laissés ensuite à la vindicte populaire sans défense et dans le froid des nuits d’Ukraine encore enneigées, ils mourront bientôt de froid.
Pire encore que les hommes seuls, ce sont les couples pris à parti, exactement de la même façon.
Ligotés ensembles à un poteau du mobilier urbain, ils déchaînent ensuite les malveillants.
Dans une vidéo, c’est une grand-mère devenue folle qui se jette sur une jeune-fille en partie dénudée.
Elle continue les coups de fouets dans les cris et les insultes. D’autres vidéos montrent des groupes d’hommes, ils s’égrainent enchaînés à des poteaux le long des rues, un véritable cauchemar qui rappelle des scènes de films péplums des années 60, comme celui dédié à l’histoire de Spartacus.
Les Romains crucifiaient les esclaves rebelles tout le long de la voie Appia.
Et puis, comme si cela était encore possible, c’est le summum. Un père de famille est ligoté lui aussi. Mais il n’est pas seul dans la neige à grelotter. Ils l’ont attaché avec sa petite fille.
Il avait sans doute comme crime, seulement l’idée de rester en vie pour cette dernière, pour la protéger.
Peut-être était-il de langue maternelle russe ?
Peut-être simplement, il ne voulait pas se battre pour l’Ukraine du Maïdan américain et des croix gammées d’Azov ou d’Aydar ? Toujours est-il que les soldats ukrainiens l’ont ligoté avec son enfant, ils sont condamnés à une mort lente et atroce.
S’ils survivent, le traumatisme subi par l’enfant sera irréparable et indélébile et il ne s’agit que d’un cas parmi de nombreux autres…”
La suite :
http://urlr.me/R8CWM
Irina Tarassov-Villeret Patrick Boriès Dominique Tart Piotr Tsenzura

Voir en ligne : sur le site histoireetsocieté de Danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation