Election de Nicolas Cossange
Hérault : un nouveau secrétaire fédéral Quelques éléments de réflexion

, par  Paul Barbazange , popularité : 94%

Bien qu’affaiblie comme toutes les autres fédérations, la fédération de l’Hérault du PCF vient d’élire son secrétaire départemental à 89,26 % et son conseil départemental de 50 membres à 100%. L’état d’esprit de la conférence est aussi à souligner. Oui, "Unir les communistes" est bien une question essentielle, pour le parti et pour les luttes. Elle est possible. L’examen des amendements adoptés dessine peut être une voie. A chacun de juger à un moment où la direction nationale du PCF n’a pris aucune des mesures nécessaires pour une issue du même type au niveau national : rencontres sur les textes, travail de synthèse, accord sur les directions. A une semaine du congrès tout est encore possible. De nombreux communistes dispersés jusque là sur divers votes l’attendent... que va-t-il se passer ?

Conférence départementale du PCF de l’Hérault, nouveau comité, nouveau secrétaire départemental.

Comme attendu la conférence départementale tenue à Sète les 20 et 21 mai a permis d’élire un nouveau secrétaire départemental : Nicolas Cossange, âgé de 30 ans, adjoint d’enseignement au lycée Jean Moulin de Béziers, secrétaire départemental de la JC depuis quelques années, adhérent de la section de Béziers depuis les luttes victorieuses contre le CPE en 2005.

C’est donc à nouveau au cœur d’un nouvel affrontement historique que Nicolas prend d’importantes responsabilités dans notre parti. Il n’en a pas manqué jusque là, plusieurs fois candidat, élu récemment conseiller régional lors d’une élection particulièrement difficile pour les communistes, il prend la première responsabilité dans la fédération. C’est un jeune militant aguerri. La tâche ne sera pas simple, il y sera aidé par un conseil départemental de 50 membres, quelque peu rajeuni, mais sur cette question nous ne sommes pas au bout de nos travaux (moyenne d’âge de la conférence fédérale 62 ans, 55 ans il y a 3 ans !).

Tout aussi encourageant que cette élection, l’état d’esprit général dans lequel ce vote a été acquis. Les débats de la conférence fédérale ont été vifs, je ne citerai que trois des principaux amendements retenus : l’un p.4 introduisant "le socialisme" comme objectif tout en prenant soin de rappeler combien ce concept scientifique a été galvaudé ces dernières années (62 pour, 8 contre, 6 abstentions), l’autre p.5 précisant « qu’il faut renverser la dictature des profits en remettant en cause la propriété des moyens de production stratégiques et d’échanges » (0 contre, 2 abstentions), le troisième suscitant un long débat sur la fixation du temps de travail à 32h ce qui libérerait 4.500.000 emplois... et quelques autres, importants également, sur la sécurité sociale professionnelle par exemple...

Un contenu donc que nous n’avions pas atteint depuis le début des années 1990 et la "mutation".

Soyons juste, pour des raisons de temps, de densité des débats et aussi d’opportunité, il ne s’agissait pas d’accentuer les clivages ! De nombreuses questions cruciales n’ont été qu’effleurées : qu’il s’agisse des primaires - dont pratiquement plus un communiste ne voit plus ni l’intérêt, ni la possibilité -, ou dans un autre registre de la nécessité de faire un bilan rigoureux des dernières séquences électorales, de l’état d’organisation du parti (6 sections n’étaient pas présentes !), ou de la politique du PGE...

Malgré ces faiblesses, la volonté des uns et des autres, la volonté "d’unir les communistes" a été la plus forte ; Nicolas a été élu avec 75 voix, 9 nuls sur 84 votants. Soit 89,26 % des votants selon la commission. Ce n’est pas un mince résultat dans la situation de risques potentiels d’éclatement de notre parti.

Oui, "Unir les communistes" était un bon titre pour notre texte et "Unir les communistes" reste un objectif décisif du congrès et de la suite.

Je terminerai ces impressions rapides en citant une réflexion de notre camarade Michel Passet secrétaire sortant qui proposait dans son rapport introductif que « nous ayons le sens politique de laisser dans ce congrès un certain nombre de questions ouvertes ». La situation, la complexité des questions qui sont dans la tête de chacun d’entre nous, l’exigent, le rassemblement des communistes pour l’action également.

Bon travail à cette nouvelle équipe formée dans la lutte.

PS:Un compte rendu bien plus exhaustif sera publié sur le site de la Fédération de l’Hérault du PCF.

Paul Barbazange

Brèves Toutes les brèves

Navigation