Impressions après l’assemblée de l’ANC

, par  Paul Barbazange , popularité : 93%

Toutes les organisations se réclamant du communisme rencontrent des difficultés : positionnement, modalités d’actions, ouvertures de perspectives. L’invitation à cette cette rencontre nationale de militants de l’ANC a permis de confronter des analyses. Au moment où les communistes adhérents du PCF travaillent eux aussi à redonner confiance dans l’action.

J’ai participé ce samedi 22 janvier à l’assemblée nationale annuelle de l’ANC répondant ainsi à l’invitation qu’avait reçue notre réseau.

Nous nous sommes retrouvés moins que l’année dernière à Saint-Denis. J’ai retenu la présence forte de militants de la Polex, de Rouges-Vifs Marseille, 7 participants ont dans leur intervention mentionné une appartenance commune à l’ANC et au PCF.
Dans une ambiance très fraternelle, la discussion a tourné autour de la situation politique et des mesures à prendre pour développer l’action de l’organisation après 2016, année de démarrage marquée par l’affrontement contre la loi El Komhri et une intense participation de chacun d’entre nous à ce mouvement.

Les difficultés considérables que rencontrent les communistes quels que soient leurs engagements militants ont été examinées au travers d’une volonté constante de refuser la paralysie. Nul n’échappe à ces difficultés. Personne ne sait ce que les mois à venir nous réservent. Les questions internationales et l’urgence de la bataille pacifiste face aux risques de guerre en Europe ou en Asie, ont largement profité des apports des camarades de la Polex. Des membres du parti (PCF) ont fait part de leurs actions continues pour que l’organisation en dépit de son grave affaiblissement contribue à la défense de la classe ouvrière et des exploités, d’autres ont insisté sur leur isolement et leur grande peine à trouver les chemins de l’action.

En tant qu’invité représentant le réseau "FVRPCF", j’ai résumé la situation après le congrès et notre très récente rencontre de Vénissieux. Je me suis appuyé sur le contenu de notre récente déclaration en insistant sur la situation dans les quarante circonscriptions où une intense campagne législative peut nous mettre en position de participer au second tour et de gagner pour un groupe communiste à l’Assemblée Nationale. Dans un débat marqué par les difficultés exprimées par les uns et les autres, j’ai insisté sur l’idée que la jeunesse dans son ensemble, confrontée à un terrible durcissement de l’exploitation capitaliste après l’effondrement du socialisme réel et l’échec de l’union de la gauche, peut, si nous savons prendre en compte ses intérêts, se retrouver dans un projet communiste porté par des marxistes léninistes. Une génération s’en va, marquée par ses luttes, une autre arrive porteuse de ses espoirs, d’une espérance nécessaire. Un certain renouveau est à noter dans la JC.

L’idée de prises de contacts départementaux concernant la bataille pour la paix a été retenue. A nous de redonner confiance au peuple : dans tous les aspects des luttes et aussi dans les moments électoraux.

Diverses dispositions ont été prises par les membres pour développer l’action dans les mois à venir : travail sur les réseaux sociaux, qualité des sites, activité de propagande et bien sûr, organisation (adhésions, circulation des informations, renforcement du bureau et de ses rendez vous téléphoniques bi-mensuels, moments de rencontre comme l’assemblée générale et la participation à la fête de l’Huma), questions décisives pour un groupe à objectif national.

Paul Barbazange, Béziers.

Brèves Toutes les brèves

Navigation