Conseil national du 7 février 2009
Intervention d’André Gerin Maire de Vénissieux, Député du Rhône

, par  André Gerin , popularité : 89%

Cher(e) Camarade,

Voici l’intervention que j’avais préparée pour le Conseil national du PCF, samedi 7 février 2009. Elle est livrée ici dans son intégralité. Comme la plupart des camarades, nous avons été bâillonnés, je n’ai moi-même pu intervenir que 3 minutes. Ma prise de parole s’est bornée à une explication forcément sommaire. Etant contre l’Union européenne et pour un autre modèle de développement, en rupture avec le capitalisme, j’avais prévu le développement suivant, au demeurant pas très long.

Au nom de la critique radicale que nous faisons de l’Union européenne, la direction continue de dire que nous sommes anti-européens. L’Union européenne, c’est la prédominance de la loi du marché capitaliste, accompagnée, portée par les états ainsi que les dirigeants politiques et économiques, avec des droits et des pouvoirs, des règles et des procédures dans la lignée de la concurrence libre et non faussée. L’Union européenne, c’est l’opposé des coopérations, le mépris total envers la souveraineté des peuples.

Dire non à Nicolas Sarkozy et dire oui à l’Union européenne : j’aimerais que l’on nous explique la différence en terme de modèle de société.

Je crois que l’Europe des peuples est plus que jamais d’actualité dans le respect des identités, des souverainetés nationales de coopérations mutuellement avantageuses.

Peut-on parler d’une Europe de nations souveraines et associées ?

*******************

Intégralité de l’intervention que j’avais préparée pour le Conseil national du 7 février :

Je suis en désaccord total avec le rapport de Jean-Marc Coppola à propos de la campagne électorale européenne. Le front de gauche va participer à la confusion, à la dilution du PCF dans le prolongement des collectifs antilibéraux qui ont abouti au résultat des présidentielles, à notre marginalisation.

C’est la confusion politique et idéologique la plus totale.

Comment peut-on être pour l’Union européenne et pour changer la vie ? Comme peut-on prétendre se servir de l’Union européenne comme un levier positif pour combattre la politique de Nicolas Sarkozy ? Cela ne manque pas de sel !

L’Union européenne, c’est une superstructure qui impose un traité constitutionnel en violation des choix de plusieurs peuples, dont les Français ! Le carcan de Maastricht, la commission de Bruxelles, le marché unique, c’est cela l’Union européenne. Comment s’étonner que la perception qu’ont les peuples de l’Union européenne soit la grande désillusion. Allons-nous rejoindre le camp de ceux qui affirment contre vents et marées que les peuples ont tort ?

L’union européenne c’est :

 Nivellement par le bas (acquis sociaux et démocratiques, services publics)
 Dumping social
 Arrogance des élites
 ... Et rejet global des peuples !

Où est le bilan de l’Union européenne, au niveau social, économique, politique ?

Rien de sérieux, d’essentiel n’est dit dans le rapport du Conseil national :

 Chômage de masse,
 Paupérisation de millions de familles, de femmes et d’enfants,
 Abstention des peuples (le rejet du capitalisme)
 Vote extrême-droite (la gangrène).

Il faut dire non à cette Union européenne, comme nous disons non à Nicolas Sarkozy, non à son bilan à la présidence européenne (pas un mot dans le rapport). Est-ce que l’on peut parler d’un autre modèle de développement que le capitalisme en France et en Europe ? Serait-ce un sujet tabou ? J’ai l’impression que l’on veut tourner la page du référendum du 29 mai 2005.

Est-ce que ce vote NON au traité constitutionnel fait toujours partie de notre fierté politique ?

 Un vote NON positif,
 Un vote NON de résistance
 Un vote NON de construction

Allons-nous rejoindre le camp de ceux qui veulent escamoter le vote populaire, majoritaire de millions de Français en leur disant droit dans les yeux que le référendum était un coup pour rien ? J’observe, à ce propos, les non-dits du rapport. Il y a un grand besoin de clarification idéologique. Dire que les décideurs politiques et économiques sont irresponsables dans le premier paragraphe du document du Parti de gauche européen reviendrait à dédouaner les choix politiques, économiques de ces trente dernières années alors qu’ils en sont les responsables et coupables.

C’est bien cela la réalité de l’Union européenne que l’on essaie de nous présenter comme une institution positive, tout en essayant de présenter comme anti-européens ceux qui la dénoncent.

Aucune esquisse n’est proposée pour un autre modèle de croissance économique, de développement de l’Europe, pour porter une perspective historique du socialisme et du communisme et rompre avec le modèle de croissance du capitalisme du désastre porté par l’Union européenne comme fer de lance.

André Gerin

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation