Intervention de Fabienne Lefêbvre conseil National des 2 et 3 juin

Le pire dans une situation politique donnée, c’est de vouloir s’exonérer du réel !

Cher.es camarades,

Le pire dans une situation politique donnée, c’est de vouloir s’exonérer du réel !

Tout d’abord, non les Français n’ont pas voulu d’un rassemblement de la gauche, il suffisait de regarder le très haut taux d’abstention et le résultat de l’extrême droite à l’élection Présidentielle pour le savoir.

Les Français sont pragmatiques ils veulent avant tout du changement : pouvoir vivre de leur travail, sortir de la précarité, protéger les siens et la planète, alors qu’ils sont 12 millions à vivre sous le seuil de pauvreté, soit 12,46% de la population. Cet espoir de changement était seul, incarné par le vote pour la candidature communiste, portée par Fabien Roussel, et le programme des Jours Heureux.

D’ailleurs, les médias au service de la classe dominante, ne s’y sont pas trompés, servant en non-stop, la soupe à une nouvelle forme de sociale démocratie communautariste et populiste, qui ne cesse de s’adapter au système !

Adaptable jusqu’aux trahisons dont elle est coutumière, méprisant ses partenaires qu’elle maltraite jusqu’à les contraindre dans un accord de circonstance, en niant de faite, le poids réel du PCF pour mieux l’effacer !

La mascarade institutionnelle atteignant son paroxysme avec une supposée cohabitation, qui n’aurait apportée aucune réponse à la crise du capitalisme, rejouant le scénario de la pédagogie du renoncement, ce qui aurait été de nouveau mortifère pour les travailleurs !

Le peuple de gauche, a donc déserté les urnes, parce qu’il sait, que l’espoir ne passe pas par les rassemblements d’en haut et les états-majors déconnectés des luttes. Il ne veut pas d’une énième union de type lutte des places, il ne veut pas de rassemblement de façade, il cherche en réalité une organisation capable de le rassembler pour ses intérêts de classe, dans le seul but de changer ce système.

Croire que la NUPES, pouvait, ou pourrait, répondre à cette inspiration de changement radical, quand on sait que le capitalisme n’est pas réformable, est donc un leurre.

Le deuxième tour des législatives est alors sans appel, l’abstention culmine, Macron est certes affaibli, mais la droite et l’extrême droite restent dominantes, cette dernière progressant dangereusement avec 89 fascistes, faisant rentrer ainsi, la peste brune à l’Assemblée, et la gauche reste beaucoup trop faible. La bourgeoisie peut donc dormir tranquille !

Dans ce clair-obscur, et grâce à la très belle campagne de terrain pour la présidentielle, qui a été un point d’appui essentiel pour les législatives, nous conservons un groupe renforcé à l’Assemblée, c’est une bonne chose pour le relais des luttes, mais il doit impérativement garder son autonomie, sa capacité d’action propre et être force de propositions.

Néanmoins, le Parti en contractant cet accord qui l’a soumis et le contraint, a aussi perdu en visibilité dans de trop nombreuses circonscriptions, ce qui de facto, va nous mettre en difficulté pour les élections futures.

C’est pourquoi, si le Parti veut s’adresser réellement aux classes populaires qui s’abstiennent, dans un contexte d’accélération de la décomposition du capital et des guerres impérialistes en cours, il doit se redonner les moyens de porter une véritable analyse de classe, sur les grandes questions qui concernent le monde du travail, la ré-industrialisation, les modes de productions, la souveraineté énergétique…mais aussi sur le devenir de l’humanité, et de la paix dans le monde, paix menacée par l’OTAN, véritable bras armé de la classe dominante.

Tout cela, doit être au cœur de nos prochains débats, afin de redonner les outils indispensables au combat idéologique, qui nous permettrons de porter un véritable projet de société en rupture avec le capitalisme, d’autant que cette période qui s’ouvre sans élection, nous libèrera du temps, loin de l’écueil des manœuvres électoralistes.

Cela nous permettra de nous reconcentrer sur l’essentiel, sur nos batailles pour l’emploi et le pouvoir d’achat, mais aussi sur notre organisation, son renforcement, et son développement, notamment au travers des cellules d’entreprises, l’ouverture des travaux du Congrès devrait nous y aider, donnons-nous, donc le temps du débat et de l’élaboration collective, pour un 39e Congrès qui soit à la hauteur des défis qui nous sont posés, tant pour notre peuple, que pour notre Parti !

Fabienne LEFEBVRE Membre du Conseil national Membre du Comité exécutif national

Vos témoignages

  • A lire absolument pour comprendre les profondes transformations de la société « La France sous nos yeux » Jérôme Fourquet Jean-Laurent Cassely Seuil 23 €

  • Soyons logiques avec l’histoire qui se passe dans notre pays depuis le programme commun et ce qui a suivi avec le recul électoral du PCF et du nombre de ses adhérents . Le mouvement communiste en France stagne depuis cette époque ou bien s’exprime sous d’autres formes en se morcelant dans l’électorat en plusieurs branches idéologiques .Les faibles scores électoraux au cours des différentes élections depuis 1981 démontrent que le PCF a vieilli dans son discours et ses actions de gestion des municipalités qu’il a gouvernés où qu’il gouverne encore. L’abstention massive du peuple des quartiers populaires à 70% a à voir avec cet état de fait .Nous devons donc retrouver une politique nationale dans tous les domaines économiques et sociaux-culturels, retrouver notre indépendance avec la restauration du « Franc » , sortir de l’Europe capitaliste et de l’Otan américain et CIA . Recréer des milliers d’usines avec des millions d’ouvriers pour satisfaire les besoins de la population , car ce sont les ouvriers-ingénieurs qui créent les richesses matériels et donnent des marges de valeur pour satisfaire les besoins de santé-éducation-culture-sport. C’est sur cette base qu’ont redonnera de l’espoir au peuple français . Et d’ailleurs on n’est pas obligé d’attendre la fin du capitalisme pour construire dés maintenant la société communiste partout où c’est possible sur l’hexagone . Le « Trompe-oeil » des dernières élections bourgeoises ne démontre pas le véritable rapport de forces entre la classe au pouvoir bourgeoise et les masses populaires . La NUPES était nécessaire pour gagner plus de députés face au « monstre » bourgeois incarné par Macron et cie . Le RN est prisonnier de son électorat populaire piqué sur nos anciennes terres électorales souvent à peu de voix . Alors dans les profondeurs du peuple le « communisme » n’est pas mort mais plutôt en jachère , d’où la nécessité de trouver de bons laboureurs dans les quartiers de nos villes et dans les entreprises encore en activité et celles que nous allons créer par la force des choses vu l’état de délabrement de notre industrie que la bourgeoisie à détruit sans beaucoup de réactions de notre part . Les crises du capitalisme actuel démontrent que cette société arrive à sa fin historique et son agressivité militaire en est l’expression la plus parlante . Les démocraties dites bourgeoises qui gèrent le système sont par ce fait de plus en plus instables et sans boussole économique d’avenir . Nous devons donc construire la « contre-société dite populaire » en nous écartant de ce pouvoir bourgeois, en créant notre propre système économique et culturel sur tous les terrains possibles … C’est sur cette base que les masses populaires se remettront en mouvement pour en finir avec le capitalisme tout en construisant la société communiste comme le font nos camarades chinois-vietnamiens et cubains …Le PCF c’est un outil historique pour construire la société communiste et non pas un outil électoral pour « nourrir » des apparatchiks comme dans l’ex-URSS et pays de l’est européen . L’histoire humaine nous met devant nos responsabilités avec les 67 millions d’habitants de ce pays dit de cocagne que la bourgeoisie a détruit petit à petit depuis les années 80 . De Mitterrand à Macron notre pays est devenu « Minable » comme le M de ses deux complices du capital …..

  • Autre chose : j’ai lu les interventions en CN et les votes souvent très divisés. Je constate que les liquidateurs sont toujours à l’œuvre ! Cela nous promet un congrès houleux et probablement difficile. Qu’en penses ceux qui siègent au CN ?

  • C’est un nostalgique de l’Algérie française, ce n’est pas un fasciste pour autant. L’OAS c’est le fascisme ! Le fascisme c’est une action politique basée exclusivement sur la violence. Le RN n’est pas un parti fasciste. Dire cela revient nullement à nier le danger qu’il représente .

    • @ G Mercier Qu’est-ce que la nostalgie du passé ? Le regret de la vie d’avant, quand les algériens, en Algérie, n’avait pas autant de droits que les européens, quand c’était des « bougnouls » des « ratons » etc…. Ne pas avoir compris cela 60 ans après, c’est bien plus qu’une éducation à refaire. C’est des individus de ce gabarit, qui gravitent depuis toujours dans l’orbite du FN-RN, qui ont empêché une forte minorité, sinon une majorité, de rester, ce qui aurait changé le visage de l’Algérie moderne……

  • Je suis dubitatif concernant ’le peuple de gauche". S’il y a un peuple de gauche il y a forcement un de droite. Celui là on n’en parle jamais ! Il n’y pas de peuple de gauche ni de droite. Il n’y a qu’un seul peuple le peuple français.

    Qualifier les élus du RN de fascistes n’est pas juste. Dans ce que l’on appelle l’extrême droite il y a des gradations. Le RN racists a une vision de la société basée sur l’ordre, sur la tradition, Il va très bien s’intégrer à l’ordre parlementaire bourgeois. Marine Lepen a dégagé de son parti les éléments fascistes. Si vous « voulez » un parti fasciste vous avez l’Aube Doré en Grèce. Qualifier le RN de fasciste ne fera pas changer leur vote à ceux qui votent pour lui. Il est essentiel de comprendre le pourquoi d’un tel vote. Cela fait des années que l’on nous joue l’anti-racisme pour contrer la progression du FN/RN. Le vote RN est un vote de dégagisme de rejet des partis politiques et dont la situation ne cesse de se dégrader.

  • Réunion de section dans l’Eure hier soir. J’ai lancé le sujet de la guerre en Ukraine comme drame humain, sur lequel le Parti est trop silencieux (malgré notre tradition de défense de la paix entre les peuples), comme exemple de ce que provoque le capitalisme (l’OTAN ayant provoqué la guerre et les principaux bénéficiaires ne son pas les peuples mais les marchands d’armes et leurs actionnaires) et comme élément d’accentuation de la crise économique et sociale qui touche notre pays et qui va s’accélérer dans les mois à venir (inflation, pénurie énergétique et rupture d’approvisionnement en produits de première nécessité). Cette guerre est un drame majeur et un sujet politique prioritaire pour les communistes. Le consensus s’est fait là-dessus et sur la nécessité de faire remonter l’exigence d’une prise d’initiative du Parti là-dessus, à la Fête de l’Huma pour ce qui nous concerne. On ne peut pas attendre de miracle sur ce sujet de la part de nos « partenaires » de la NUPES (écolos militaristes, sociaux-démocrates et membres du fan-club de Mélenchon).

  • Fabien Roussel qui s’est exonénéré du réel a promis la lune sans les moyens pour l’atteindre. Revoyez votre copie.

Revenir en haut