Intrigues Élyséennes par COMAGUER

, popularité : 49%

Il y a encore l’hypothèse concernant la candidature Zemmour lancée par Bolloré, celle d’une partie du patronat qui n’a plus confiance en la capacité de Macron de tenir la révolte sociale (ce doit être d’ailleurs dans de nombreux pays la préoccupation du capital, trouver le candidat qui assure un pilotage le moins risqué possible).

Si personne ne croit en Zemmour pour assurer le job, il peut ouvrir le jeu pour un candidat de droite, voire d’extrême-droite, sans que soient jamais posées les questions sociales qui fâchent, préoccupations communes cette fois à l’ensemble de la classe capitaliste et qui conduit Macron comme les autres à utiliser un terrain un peu moins explosif pour y dérouler des joutes sans grande importance.

Le plus drôle est ceux qui se désespèrent de ne pas avoir de candidat de gauche en lice, comme s’il existait avec Jadot, Hidalgo et autres une gauche. Depuis Mitterrand le dynamitage de la dite gauche est tel que les institutions de la 5e République avec celle de l’UE jouent à plein ce pourquoi elles ont été conçues : un cercle vicieux dans lequel il ne reste plus que des manœuvres tactiques entre candidats sélectionnés par le capital, chacun venant témoigner de sa capacité politicienne dans le tournoi dans le champ clos dessiné par des médias du dit patronat.

C’est pour cela que la campagne de Fabien Roussel, la seule à gauche, ne peut avoir d’autre objectif que la reconstitution dans et au-delà des élections, d’un parti communiste, force sans laquelle il n’y a aucune perspective. (note de Danielle Bleitrach pour "Histoire et société")

Macron : Pourquoi tarder à déposer officiellement sa candidature ?

Officiellement Emmanuel Macron n’est pas en campagne pour sa réélection mais lui et son état-major politique y consacrent leur temps et leurs soins. Pourquoi tarder à déposer officiellement sa candidature ?

Première raison :

 son agitation médiatique proprement frénétique ne devrait pas être prise en compte dans les temps d’antenne de la campagne électorale. D’autres candidats s’en inquiètent légitimement.

Deuxième raison :

 se donner quelques semaines pour lui permettre de jouer dés le 01 Janvier son nouveau rôle de « guide » de l’Europe, en réalité président pour 6 mois du Conseil de l’Union Européenne. Faire passer ceci pour cela est un tour de passe-passe qui ne fera guère illusion ni à Bruxelles, ni à Berlin mais gageons que les médias publics et les médias Bolloré y consacreront tous leurs soins.

Troisième raison :

 régler quelques dossiers "politico-économiques" dont le dossier Bolloré. Celui-ci s’est investi directement et spectaculairement dans le champ politique en mettant sur le marché le produit Zemmour. En se fiant aux seules apparences, de nombreux commentateurs affirment qu’il s’agit là d’un geste hostile à Macron. Est-ce si sûr ?

1- La campagne Zemmour a permis de saturer les médias pendant tout l’automne, 3 mois de diversion, 3 mois de perdus pour faire un bilan détaillé du quinquennat ce qui satisfait totalement Macron qui sait ne pas pouvoir faire campagne sur son bilan et va à la place vendre du rêve pour 2030 (Macron c’est comme les Bourbons, on sait quand ça a commencé, on ne sait pas quand ça va s’arrêter)

2- La candidature Zemmour permet d’éliminer le risque de voir arriver Marine en tête au premier tour, complication que l’oligarchie française (et sans doute aussi atlantique) voudrait pouvoir éviter. Ça ferait tâche dans l’iconographie "démocratique".

3- Elle disperse la gauche dont une partie consacre son énergie à attaquer Zemmour au lieu là encore de faire le bilan du quinquennat Macron.

En somme Bolloré rend plutôt service à Macron. Pourquoi le ferait-il ? Pour la défense de ses intérêts.

Explication : la croissance capitaliste de Citizen Bolloré s’est faite en partant d’une base familiale prospère dans l’imprimerie (papier cigarette et autres papiers spéciaux) dans le domaine des transports et en particulier dans le transport néocolonial c’est-à-dire dans les relations entre la France et la Françafrique. Bolloré a maintenant compris comme Macron que le rapport néocolonial de la France était arrivé à un point d’usure au point que l’un et l’autre sont aujourd’hui également honnis sur les terres de la Françafrique. Pour le capitaliste Bolloré cela veut dire qu’il est temps de vendre son secteur Ports et Transports et de se consacrer avec la poignée de milliards qu’il en obtiendra au développement d’un empire médiatique déjà bien étendu.

Or il existe un candidat officiel à ce rachat : la compagnie italo-suisse MSC deuxième transporteur mondial de conteneurs. Pour l’Elysée il s’agit de la meilleure candidature possible : les ports africains de Bolloré, les lignes de chemin de fer africaines de Bolloré, les services logistiques africains de Bolloré ne tomberont pas en des mains étrangères (des Chinois par exemple, Horreur !) car le secrétaire général de l’Elysée Alexis Köhler est tellement bien introduit dans le cercle familial très fermé qui dirige MSC qu’il en a été, bien que haut fonctionnaire de la république, le directeur financier juste avant de s’installer au poste de commande de l’Elysée.

C’est maintenant ou jamais : les caisses de MSC sont pleines comme celles de ses principaux concurrents du secteur pour lesquels l’exercice 2021 aura été un cru exceptionnel.

Voir en ligne : sur le blog histoire et société

Brèves Toutes les brèves

Navigation