L’extrême droite, face à leur bataille idéologique : agir

, par  Paul Barbazange , popularité : 80%

Contre le Front National et les initiatives de Robert Ménard, un appel des communistes de Béziers

Les 26, 27 et 28 mai R. Ménard, maire de Béziers soutenu par le Front National organise une rencontre nationale de penseurs de l’extrême droite sous la forme d’une série de conférences portant sur tous les sujets politiques, sociaux, sociétaux comme : l’économie, la culture, la famille, l’école, l’immigration... par les 10 thèmes choisis il prétend balayer toutes les questions. Il mobilise pour cela tous les moyens municipaux souhaitant ainsi mettre un point d’orgue à une série d’un an de conférences qui lui ont permis de faire défiler en Languedoc quelques unes des plumes les plus médiatiques de l’extrême droite.

La ville de Béziers fonctionnant pour le Front National, Marine Le Pen et toutes les factions de la droite la plus dure comme laboratoire et vitrine, cette initiative par le cadre national voulu par les initiateurs, dépasse ce que peut offrir la résistance locale des démocrates.

La section de Béziers prend toutes les dispositions locales, départementales, nationales pour organiser la résistance en cherchant en particulier à fédérer les forces qui depuis deux ans s’élèvent contre cette politique et l’idéologie qui la sous tend : syndicalistes avec VISA (CGT, FSU, Sud...), militants anti colonialistes locaux mobilisés le 14 mars 2015 dans la rue sur la question de la mémoire de la guerre d’Algérie, professeurs d’histoire engagés pour la défense de la vérité historique face aux falsifications concernant l’œuvre de Jean Moulin,enseignants et parents d’élèves refusant le fichage des enfants et des familles sur la base des prénoms, journalistes de la presse locale refusant les oukases municipaux, citoyens biterrois ayant interrompu le discours d’extrême droite du maire après l’attentat de "Charlie" en janvier 2015... La liste des résistances et des résistants est déjà longue, riche de sa diversité. Nous avons saisi la direction départementale et nationale du PCF.

Nous avons donc largement contribué à la mise en place d’une réunion de travail dans le cadre de VISA qui aura lieu le mercredi 4 mai. Nous souhaitons, en quelque sorte, un rassemblement, biterrois, départemental, et pourquoi pas national de militants, de personnalités diverses engagées dans la lutte des idées contre l’extrême droite. Il pourrait avoir lieu devant la statue de Jean Moulin où se tiennent depuis un mois les "Nuits debout" biterroises.

Retenus à Béziers par les activités de la section : manif du premier mai, paella que nous organisons pour la fête du travail, renforcement de la JC... nous ne pouvons être des vôtres, mais nous saisissons la rencontre du 30 avril à Vénissieux pour pousser le débat national sur toutes les ripostes à l’extrême droite et cette initiative de résistance. Le 26 mai, il y aura ceux qui choisiront de venir, les citoyens, les militants, les intellectuels parce que spécifiquement concernés qui rejoindrons la lutte des démocrates en cette occasion. Il y aura ceux qui soutiendront. Il y aura l’action.

Ce n’est pas en attendant 2017 que nous battrons l’extrême droite, c’est chaque jour dans l’unité et dans l’action.

Paul Barbazange, secrétaire de section, membre du conseil national du PCF.

Brèves Toutes les brèves

Navigation