La lettre du réseau

Lettre du réseau Faire Vivre et Renforcer le PCF.

Vous pouvez gérer votre inscription à la liste, et consulter l’historique des lettres.

<newsletters_list|titre "liste des lettres périodiques et formulaire d'inscription">

Voir en ligne : pour s’inscrire à la liste de diffusion hebdomadaire

Documents à télécharger

Vos témoignages

  • Piriou 4 septembre 2016 11:22

    Pour un débat vers l’école du peuple. C’est la rentrée, Eva et Ange connaissent à nouveau une réalité qui commence souvent vers 7h le matin. On descend pour manger dans le silence blafard de la cuisine. Maman est déjà partie travailler. La grande aiguille bouge d’un cran à chaque minute. Au début, c’est imperceptible, puis, à force, un coup d’œil discret suffit. Se laver, s’habiller, pas question de jouer. Faire les lits, ne pas se chamailler. On prendra le bus sur la départementale, à l’autre bout du champ de maïs. Ange est demi de mêlée le samedi après midi ; il sait lire tous les ya, yo, yeu, you de la semaine. Marie-Louise était institutrice comme son mari Léon qui admirait Jean Jaurès et leur fils épousera les thèses socialistes dans sa jeunesse. Georges fut l’exemple parfait de la promotion sociale sous la 3e république. Au seuil de l’année 68, alors qu’il est encore premier ministre, il convoque quelques experts pour étudier la politique industrielle. Le rapport « Ortoli-Montjoie » montrera la nécessité de mieux centrer la politique du gouvernement Pompidou sur le développement du profit de quelques groupes privés bien sélectionnés. On y lit qu’une société dans laquelle des divergences profondes apparaîtraient sur le rôle et la portée même du profit, ne manquerait pas d’être profondément ébranlée dans la recherche de son développement, et partant, de sa puissance et de son indépendance. A cette fin, l’appareil éducatif devrait remplir une mission industrielle. Je relève plus loin que le facteur essentiel du développement de l’industrie est peut-être l’existence et la diffusion, dans l’ensemble de la société, d’une mentalité, d’un état d’esprit industriel… Parmi ses principales composantes, il faut sans doute retenir… une attitude positive vis-à-vis du profit, regardé non comme une tare, ni même seulement comme l’annexe du succès, mais bien comme objectif essentiel et la sanction de la gestion de l’entreprise. Les conseillers préconisaient en conséquence que l’enseignement soit davantage axé sur la vie économique ; en particulier que, dès le primaire, si possible, les enfants apprennent à connaître le rôle et le fonctionnement de l’entreprise… Mais alors l’école ne serait plus neutre ? VOIR la suite avec le fichier joint !!

Revenir en haut