Le 18 novembre lors de l’AG

La position collective de la section Lodévois Larzac dans l’Hérault

Intervention de Sandrine Minerva élue à Lodève

Bien que préparée à l’avance dans une démarche collective cette intervention a été sur tous les points essentiels au cœur des débats et des questions multiples posées par les communistes. Maintenant il faut gagner dans les débats internes du PCF et dans les luttes un véritable contenu de classe pour le 38e congrès. Rien n’est gagné, tout est possible.


Fédération de l’Hérault Section Lodevois et Larzac Contribution collective de la section Plusieurs réunions de section et AG des communistes se sont tenues sur le Lodèvois et Larzac, la dernière le 10 novembre à Soubés

Beaucoup de camarades ont fait part de leur inquiétude et interrogation quant au choix restrictif et fermé des réponses possibles à ce questionnaire. Elles se limitent à 3 par thème et rien sur l’Europe ! Inquiétudes et méfiance sur les conditions de traitement objectif du questionnaire, traitement confié à qui ? Quel en est le coût alors que nous avons le savoir faire en interne.

Ce questionnaire s’adresse à l’individu et se substitue à l’intellectuel collectif communiste, il ne favorise pas la nécessaire réflexion pour y répondre. Certains camarades ont décidé de ne pas donner suite à ce questionnaire et d’autres regrettent de l’avoir fait car la démarche s’apparente à un sondage d’opinion. Les communistes ne sont pas dans cette culture ! Il est inacceptable pour eux que ce questionnaire vienne orienter ou limiter le rôle des délégués à l’AG des animateurs de sections, voire décider en lieux et place des communistes pour des orientations potentielles en vue du congrès à venir !

Ils ont affirmé avec force la nécessité d’effectuer un bilan critique sur les stratégies et orientations conduites depuis Martigues, nos échecs successifs électoraux ne se limitant pas à 2017 ! La direction a un rôle essentiel à tenir à ce niveau. Ces échecs ne doivent pas occulter notre affaiblissement organisationnels et structurels et des interrogations restent en suspens : Ou en sommes-nous de l’état réel de nos forces ? De notre patrimoine ? Des finances du PCF ? Pour l’avenir, la nouvelle direction devra refléter la sociologie de l’organisation et respecter sans faillir les orientations adoptés par le congrès !

Des questions insidieuses reviennent en flash ; faut-il changer le nom du PCF ? La réponse des camarades est sans ambiguïté non il ne faut pas changer de nom, cela n’a pas réussi à l’Italie, le nom de notre organisation est enraciné dans le communisme. Cette question ou celle sur la future direction ne doit pas servir d’alibi pour ne pas débattre sur le fond du problème.

Faudrait-il renoncer à être un parti MARXISTE-LENINISTE ? Les camarades de la section ne le souhaitent pas.

Nous avons besoin de reconstruire avec tous les moyens dont nous disposons et au plus près, des cellules partout où cela est possible quartiers, lieux de vie, entreprises, afin de partager avec le plus grand nombre l’intellectuel collectif communiste,se donner pour objectif, avec la population qui souffre, des perspectives d’avenir sur le long terme !

Enfin nous disons : il n’y a pas de changement de société sans luttes concrètes qui assument l’objectif de sortir du système capitaliste. C’est en fonction de la réponse à cette question que l’affirmation d’un parti communiste révolutionnaire, son orientation sa stratégie, la bataille des idées qui en découle, qu’un PCF fort indépendant de toute influence « social-démocrate » peut se reconstruire, et répondre aux besoins de la population !

Section PCF Lodevois et Larzac. Sandrine Minerva pour la section.

Vos témoignages

Revenir en haut