La voix des travailleurs du Kazakhstan doit être entendue en dépit des provocateurs ! Déclaration du Présidium du Comité central du KPRF

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 44%

Le Kazakhstan connaît des jours difficiles. Le mécontentement populaire accumulé depuis longtemps a donné lieu à de formidables explosions d’indignation et de protestation de masse. Voilà une position de communiste et qui va bien au-delà des événements du Kazakhstan. Si le dirigeant d’un ÉTAT doit être sans la moindre illusion sur ce dont est capable l’impérialisme, et la “cinquième colonne” qu’il finance dans les troubles et prendre les mesures qui s’imposent sans état d’âme, ceux qui jouent à la géopolitique et qui emboîtent le pas des répressions en ne voyant que les complots virent aisément au fascisme et c’est le cas de bien des pseudos soutiens dans les couloirs des ambassades, ceux qui disent aux pouvoirs ce qu’ils ont envie d’entendre, alors que les communistes ont pour rôle principal de n’avoir aucune illusion sur les organisateurs des révolutions de couleur, mais aussi de ne pas confondre ces manipulateurs avec ce qui provoque légitimement la colère populaire. Une fois de plus ZIOUGANOV sait être un homme d’État communiste… Comme les dirigeants cubains ont toujours à cœur de séparer le bon grain de l’ivraie parce que leur survie dépend de la mobilisation populaire autant que de leur lucidité sur les coquins qui servent l’impérialisme, adopter un point de vue communiste est certes difficile mais indispensable. (note de Danielle BLEITRACH, traduction de Marianne DUNLOP)
Service de presse du Comité central du KPRF

Tout mouvement d’envergure comporte plusieurs composantes. Les événements au Kazakhstan contiennent en eux le mécontentement social, les activités d’une “cinquième colonne” et les actions de groupes terroristes. En même temps, la “cinquième colonne” comprend ici les extrémistes engagés dans l’islamisme radical. Et de nombreuses ONG fomentées par l’Occident. Et des agents individuels qui cherchent à faire des profits dans les eaux troubles de l’instabilité. Et les clans oligarchiques, prêts à utiliser les protestations de masse dans leur lutte pour la redistribution du pouvoir.

Les peuples fraternels de Russie et du Kazakhstan sont étroitement liés par des siècles d’histoire commune. Nous avons créé ensemble l’Union soviétique, édifiée et conduit à la Victoire, fière de réalisations économiques et sociales exceptionnelles. Ensemble, nous avons relancé les processus d’intégration en créant l’EurAsEC, l’OCS et l’OTSC.

Aujourd’hui, nos camarades et amis traversent une période d’épreuves difficiles. Des manifestations de masse ont éclaté dans tout le Kazakhstan. Des émeutes sanglantes ont eu lieu dans la capitale du sud, Almaty, faisant de nombreuses victimes et provoquant des destructions.

Une analyse précise et complète des événements doit tenir compte de nombreux éléments. Il est clair que la situation au Kazakhstan est une conséquence directe de la tragédie qui nous a frappés il y a trente ans. La destruction de l’URSS, le rejet du système socialiste et du pouvoir soviétique, a posé de nombreuses mines sous les nouveaux Etats “indépendants et démocratiques”. Le capitalisme primitif dans lequel les républiques post-soviétiques ont été plongées a inévitablement condamné les travailleurs à l’appauvrissement et à la privation de leurs droits et a créé des inégalités flagrantes. Dans le même temps, nos nations se sont retrouvées extrêmement vulnérables aux menaces extérieures.

Contrairement aux promesses des champions du libéralisme, les nouveaux États ne sont pas devenus des membres à part entière du “monde civilisé”. Le capital mondial en a fait des appendices et des marchés pour l’écoulement des marchandises, des sources de main-d’œuvre bon marché et des pions dans les aventures géopolitiques des puissances impérialistes.

Le Kazakhstan, lui aussi, a suivi un chemin semé d’embûches. Les branches avancées de la production ont péri dans le maelström de la privatisation. Le secteur des matières premières a été confié aux capitaux étrangers. Les sociétés Chevron et Exxon Mobil (États-Unis), Total (France), Royal Dutch Shell (Grande-Bretagne et Pays-Bas) ont pris pied dans le secteur du pétrole et du gaz. Arcelor Mittal, une société multinationale, est devenue le nouveau propriétaire de l’industrie sidérurgique.

La jeune bourgeoisie du Kazakhstan a également profité de l’exploitation des ressources en main-d’œuvre et en matières premières de la république en étroite relation avec le capital étranger. Aussi bien en Russie qu’en Ukraine, il ne dédaignait rien dans le processus d’”accumulation initiale du capital”. Beaucoup des personnes les plus riches, en substance, ont fusionné avec le pouvoir. Comme presque partout ailleurs dans l’espace post-soviétique, on a créé au Kazakhstan un système oligarchique-comprador typique du capitalisme sauvage.

Les inégalités ne cessent d’augmenter dans la république. Les gens ne reçoivent que des miettes des revenus nationaux. Les écarts de richesse et les tensions sociales sont en hausse. En 2011, une grève de plusieurs mois des travailleurs du pétrole à Zhanaozen s’est terminée par des affrontements et la mort de 16 personnes. Les autorités ont clairement démontré leur attitude envers la population en portant l’âge de la retraite à 63 ans pour les hommes et les femmes.

La pandémie de coronavirus a finalement brisé le mythe de la “paix sociale” au Kazakhstan. Même le taux de pauvreté officiel a augmenté. Si l’on prend en compte la norme mondiale de besoin minimum de 5,5 dollars par jour, un habitant sur sept est pauvre ici.

Le pourcentage de ceux qui n’ont pas assez, même pour se nourrir, est passé de 3 à 13 %, selon les sondages. Par ailleurs, 44 % admettent qu’ils n’ont assez d’argent que pour la nourriture. Parallèlement, le nombre de milliardaires en dollars est passé de quatre à sept au cours de la première année de la pandémie, et leur richesse combinée a presque doublé.

Au cours des deux dernières années, les entreprises du Kazakhstan ont connu une série ininterrompue de grèves. Les manifestations les plus massives ont eu lieu dans les régions occidentales. En tant que principale source des principaux produits d’exportation du pays – le pétrole et le gaz –ces régions sont également à l’origine du niveau d’inégalité dans le pays. Des milliers de personnes ont protesté contre les arriérés de salaire et les licenciements, réclamant des augmentations de salaire alors que les prix ne cessaient d’augmenter. Même selon les chiffres officiels, l’inflation alimentaire dans le pays a atteint 20 % en deux ans.

Les demandes justifiées des citoyens mécontents ont été ignorées par les autorités. L’aide publique pendant la pandémie était clairement inadéquate. Les mesures de quarantaine sévères ont provoqué le mécontentement de la population. Comme la Russie, le Kazakhstan a connu une “optimisation” désastreuse de la santé publique, qui a eu un impact direct sur la préparation à la pandémie.

Certaines des mesures prises par les autorités ont été perçues comme un affront. En automne, par exemple, le président a promis aux citoyens qu’ils pourraient utiliser une partie de leur épargne retraite. Quelques jours avant la nouvelle année, cependant, le “seuil de suffisance” – le montant minimum accumulé au-delà duquel un retrait est autorisé – a été fortement relevé. Pour les résidents âgés de 59 à 62 ans, il s’agit de plus de 9 millions de tengués, soit 1,5 million de roubles. Mais le nombre de propriétaires de ces “riches réserves” au Kazakhstan est minuscule.
Au lieu de résoudre les problèmes sociaux, la classe dirigeante a préféré diviser la société en provoquant la russophobie et la haine ethnique. Dans les manuels scolaires, les jeunes Kazakhs apprennent le “colonialisme russe” et le “sanglant totalitarisme soviétique”. Une campagne visant à réhabiliter pleinement toutes les “victimes des répressions”, y compris celles qui ont soutenu Hitler, a été officiellement lancée. Des monuments ont été érigés à la mémoire de personnalités telles que Mustafa Shokai, qui a collaboré avec les nazis. Des rues et des écoles ont été baptisées de leur nom. Les autorités ont multiplié les spéculations sur le thème de l’”Holodomor kazakh”, déformant grossièrement les faits historiques. Les forces nationalistes proches du gouvernement ont directement demandé la reconnaissance de la famine comme “génocide” et la “décommunisation définitive”.

Sous l’effet de l’hystérie destructrice, les derniers monuments à Lénine ont été démolis dans le pays et des rues, des quartiers, des villages et des villes entières ont été rebaptisés. Une nouvelle vague de cette turpitude politique a balayé la république à la fin de l’année dernière. Des dizaines de rues ont été renommées à Uralsk, Semey (ancienne Semipalatinsk) et dans d’autres villes. À Karaganda, le quartier d’Octobre a été baptisé du nom d’AlikhanBukeykhanov, chef du parti bourgeois Alash, qui était allié à Koltchak et à l’ataman Doutov dans la lutte contre le pouvoir soviétique.

Malgré l’amitié entre les peuples officiellement proclamée, les dirigeants kazakhs n’ont cessé de réduire le champ d’application de la langue russe et de pratiquer une discrimination à l’encontre des citoyens russophones. À la fin de l’année dernière, le Parlement a approuvé un projet de loi autorisant la publication d’informations visuelles exclusivement en langue kazakhe. Une conversion complète de l’alphabet kazakh, du cyrillique à l’alphabet latin, est prévue d’ici 2025.

Ce type de politique a conduit à un exode massif de la population. La proportion de Russes dans la république est passée de 38 % à 18 % au cours de la période post-soviétique. Ainsi, 45 000 personnes ont quitté le pays en 2019, dont 85 % de Russes, d’Ukrainiens et d’Allemands. Le Kazakhstan dispose d’un programme d’État visant à réinstaller les citoyens de la nationalité titulaire dans les régions du nord, majoritairement russophones.

Les “patrouilles linguistiques” sont un phénomène répugnant. Humiliant les habitants d’une nation “non-titulaire”, leurs participants ont exigé “devant la caméra” des excuses pour ne pas connaître la langue kazakhe. Les autorités ont longtemps fermé les yeux sur cette situation. La condamnation lente de ces actions n’a suivi qu’après une large résonance dans les médias russes.

Une telle politique a été saluée par de nombreuses ONG pro-occidentales ancrées dans la république. Les autorités elles-mêmes, tout en soutenant l’intégration eurasienne, flirtaient en même temps avec les capitales occidentales. Les relations avec les États-Unis ont atteint le niveau d’un “partenariat stratégique élargi”. Des exercices militaires conjoints avec l’OTAN, Steppe Eagle, sont organisés chaque année dans la république. Plusieurs bio-laboratoires ont été construits avec la participation des Américains, dont les recherches suscitent de nombreuses questions de la part des experts locaux et étrangers.

En fait, en se pliant aux exigences des nationalistes, le gouvernement du Kazakhstan détruit méthodiquement l’opposition de gauche. Les communistes et les syndicats indépendants ont subi de fortes pressions.

Dans ce contexte, un bouleversement social s’est produit dans le pays. Le doublement brutal du prix du gaz liquéfié en est une cause directe. – Le coût du gaz naturel liquéfié avait fortement augmenté –presque doublé d’un coup ! Auparavant, les autorités avaient annoncé une transition vers une “tarification de marché” et un retrait complet des subventions. Le point central du mécontentement était l’ouest du Kazakhstan. Tout d’abord, le gaz liquéfié y est particulièrement utilisé, servant à chauffer les maisons et à faire le plein des voitures. Deuxièmement, le carburant est produit dans cette région, grâce aux efforts de nombre de ses habitants, mais on a dit aux gens de l’oublier, de “se soumettre au marché libre”. Troisièmement, les vagues précédentes de la crise ont touché plus durement l’ouest du Kazakhstan, qui est devenu un centre de protestation.

En quelques jours, l’indignation s’est étendue à d’autres régions de la république. Au départ, les protestations étaient pacifiques. Les manifestants ont exigé une baisse des prix, une augmentation des salaires et des avantages sociaux, et ont insisté sur le retour à l’ancien âge de la retraite. Les travailleurs de plusieurs champs pétroliers se sont mis en grève en solidarité avec les manifestants.

Cependant, la situation a rapidement changé et est devenue incontrôlable. Les premiers actes de terreur et de vandalisme ont eu lieu dans les villes de Zhanaozen et d’Aktau, dans la région de Mangistau, au sud-ouest du Kazakhstan. Les troubles ont ensuite dégénéré en affrontements violents à Almaty et dans d’autres villes. Les aéroports d’Aktobe, d’Aktau et d’Almaty, notamment, ont été paralysés. La sécurité du cosmodrome de Baïkonour était menacée. Des groupes de jeunes armés ont attaqué les forces de sécurité, se sont emparés de bâtiments et les ont détruits, et ont attaqué des médecins, des pompiers et des civils. Une vague de pillage a balayé les villes.

Il est clair que les actions destructrices ont été commises par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gros des manifestants. Les groupes criminels utilisent les protestations populaires au Kazakhstan pour atteindre leurs propres objectifs. Tout d’abord, il s’agit de cellules islamistes radicales. Leur activité est indiquée par une brutalité démonstrative contre les forces de sécurité. On en est arrivé à couper la tête des hommes en uniforme. Les agents des forces extérieures sont également devenus actifs. Tout d’abord, à Almaty, qui est traditionnellement considérée comme un bastion de l’influence libérale. Les bureaux d’un nombre important d’ONG pro-occidentales sont situés ici. Les criminels associés aux groupes nationalistes sont finalement devenus violents. Cela est confirmé par les attaques ciblées contre les bureaux des procureurs et les services spéciaux, les incendies criminels, les saisies d’armes, les pogroms dans les magasins et autres lieux publics.

Il n’est pas exclu que les actions de toutes ces forces aient été coordonnées à partir d’un centre unique qui voulait déstabiliser le Kazakhstan. Mais les dirigeants de la république ne peuvent être exonérés de toute responsabilité pour le fait que les officiels ont toléré les activités des forces pro-occidentales et adopté une position conciliante envers les islamistes. Le Comité de sécurité nationale a rejeté de nombreuses demandes d’interdiction du salafisme (wahhabisme). Des prédicateurs formés en Arabie saoudite et dans d’autres pays arabes ont opéré au Kazakhstan.
Il incombe à notre pays de replacer l’ensemble du déroulement des événements dans un large contexte international. Au cours des derniers mois, la situation politico-militaire près des frontières occidentales de la Russie s’est clairement détériorée. La pression économique, informationnelle, diplomatique et militaire sur notre pays n’a fait que s’intensifier. Les médias occidentaux, les diplomates, les hommes politiques et les représentants de l’OTAN ont plus d’une fois exprimé bruyamment leur “préoccupation” ostensible face aux plans d’”attaque de l’Ukraine” et menacé Moscou de “mesures préventives globales”.

Dans le contexte de l’escalade de la situation dans notre pays, nous avons reçu un coup sur nos frontières sud. Avec le début de la nouvelle année, les adversaires de la Russie sur la scène mondiale ont fortement augmenté les enjeux sur le “grand échiquier”. Le 2 janvier, la population du Kazakhstan a reçu le “cadeau du Nouvel An” des autorités, à savoir une hausse du prix du gaz. Le maquis terroriste, dont les dirigeants ont puisé dans l’expérience de combat des djihadistes en Syrie et en Irak, a immédiatement profité de l’indignation. Des actes de déstabilisation à grande échelle ont été organisés. D’une part, les cellules dormantes ont réussi à se fondre dans la masse des manifestants et, d’autre part, à s’appuyer sur les éléments déclassés et criminels.

Des milliers de personnes ont jusqu’à présent été touchées par les actions criminelles. Des centaines de personnes ont été hospitalisées, des dizaines sont en soins intensifs, certaines ont été tuées. Les émeutiers entravent le travail des ambulances et des installations médicales, utilisent des armes à feu, intimident la population, saccagent les magasins et se livrent au pillage. La nature de leurs actions montre des démarches planifiées, coordonnées et financées depuis l’étranger.
Le président kazakh a déclaré l’état d’urgence et a démis le gouvernement. Face à l’ampleur des événements et à l’intervention de forces extérieures, les autorités de la république ont sollicité l’aide de leurs partenaires. Le Conseil de sécurité collective de l’OTSC a décidé de fournir cette assistance pour stabiliser la situation au Kazakhstan. 

Selon le KPRF, le déploiement des forces de maintien de la paix de l’OTSC est une mesure contrainte, mais appropriée et opportune, destinée à éteindre les flammes d’une nouvelle “révolution de couleur”. Le Parti communiste de Russie condamne résolument les actions de la réaction internationale et des éléments criminels. Nous considérons comme totalement inacceptables l’ingérence dans les affaires intérieures du Kazakhstan et les tentatives de déstabilisation de l’Asie centrale, qui constituent une menace directe pour notre pays. 

Le KPRF est favorable au retour du Kazakhstan à la paix. Nous pensons que la tâche principale du contingent de maintien de la paix est la protection des installations stratégiques destinées à assurer la vie normale des citoyens. La population de la république doit être protégée des attaques terroristes des djihadistes qui ont recours à des “tactiques de peur”.

Nous sommes convaincus que la mission de paix de l’OTSC contribuera à stabiliser la situation dans la région de l’Asie centrale. Dans le même temps, nous pensons que le contingent de maintien de la paix ne doit être utilisé que pour ses objectifs déclarés. Il est inadmissible d’impliquer les soldats de la paix dans les affrontements internes des clans et des factions au pouvoir.

Les dirigeants kazakhs commettraient une erreur en persécutant les manifestants pacifiques et en les qualifiant de “terroristes” et de “djihadistes”. Nous pensons que le gouvernement doit immédiatement entamer un dialogue avec les travailleurs et les responsables politiques. Répondre immédiatement à leurs justes demandes pour améliorer la situation socio-économique.

Le KPRF note que le moment est venu de tuer dans l’œuf les politiques russophobes et antisoviétiques de la république. Il est urgent de procéder à une analyse approfondie des activités des organisations et des médias pro-occidentaux. Tout cela a fait du Kazakhstan, pendant des années, une arène d’activité pour les forces antirusses et a retourné la population contre l’amitié avec notre pays.
Le temps est venu d’une discussion honnête et de l’éradication des causes fondamentales de la fracture sociale pernicieuse non seulement au Kazakhstan, mais aussi en Russie. Car notre pays a émis un nouveau signal formidable : les politiques de division, d’inégalité et de pauvreté font inévitablement déborder le vase de la patience des citoyens. En travaillant dans l’intérêt des oligarques, en jetant les “miettes de la table” aux travailleurs, tout gouvernement devra inévitablement répondre de ses actes. Alors ni les dures répressions, ni le poison du nationalisme, ni les mensonges des adeptes de l’antisoviétisme et de la russophobie ne serviront plus à rien.

La conclusion la plus importante des événements du Kazakhstan est que les tentatives des bourgeoisies nationales d’intégrer leurs peuples dans le monde du capitalisme mondial en font des marionnettes de l’oligarchie mondiale. L’intérêt fondamental des peuples de Russie, du Kazakhstan et de tous les autres États est d’abandonner cette politique ruineuse. Aujourd’hui, plus que jamais, notre programme “Dix étapes pour une vie décente” et l’expérience unique des entreprises populaires sont demandés. Ce ne sont pas les capitaux étrangers ou “nationaux” qui doivent devenir les maîtres de leur pays, mais les masses de travailleurs !
Président du Comité central du KPRF
G.A. Ziouganov.

Voir en ligne : en russe sur le site du kprf

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation