Accueil > Lutter, Unir... > Laïcité, une contribution à la réflexion de notre camarade Amar Bellal

Laïcité, une contribution à la réflexion de notre camarade Amar Bellal

lundi 11 novembre 2019, par communistes

Vous avez remarqué ? On ne parle plus d’arabes. Il n y a plus que des musulmans...

C’est une des grandes victoires du FN-RN d’avoir déporté le débat sur le terrain de l’appartenance religieuse. Musulmans : c’est une façon commode de désigner les arabes, les noirs, les turcs, sans les nommer ainsi directement, et masquer son racisme par un terme plus global et sous couvert d’un débat sur la place des religions dans la société : cela participe ainsi à la dé-diabolisation de l’extrême droite heureuse d’une telle situation. Mais en retour, cela arrange aussi des associations communautaristes et identitaires comme le CCIF – Comité Contre l’Islamophobie en France – qui cherchent depuis toujours à ce qui il y ait une place grandissante accordée à la religion dans la société. Tout cela fait penser au duo Netanyayou / Hamas, qui a éliminé du jeu politique les forces palestiniennes plus laïques comme le Fatah : Netanyaou avait un fort intérêt d’avoir le Hamas comme unique interlocuteur et adversaire principale pour des raisons assez évidentes. C’est du gagnant-gagnant comme on dit. Il faut dire aussi qu’à gauche, on facilite les choses et on adopte tout ce vocabulaire tout en se laissant imposer le terrain et les termes du débat. On peut prendre l’exemple de l’expression « les 6 millions de musulmans de France » – sous entendu tous les descendants d’Afrique du Nord, de Turquie et une partie de l’Afrique sub-saharienne sont considérés indistinctement comme musulmans- que la gauche reprend volontiers, alors que l’expression inverse « les 50 millions de chrétiens de France » ferait bondir …

Et il est aussi notable que la définition de l’islamophobie est elle même à géométrie variable : quand une femme Imam se fait insulter sur les réseaux sociaux, ou que des musulmanes signent une tribune critique sur certaines pratiques rigoristes de l’Islam et se font lyncher : ce n’est curieusement plus de l’islamophobie. Le CCIF – Comité Contre l’Islamophobie en France – est alors muet. Le CCIF porte en fait mal son nom. Il faudrait plutôt l’appeler le CCFF : Comité Contre la Fondamentalo-phobie en France… parce qu’elle lutte plus pour une acceptation et une banalisation des manifestations les plus rétrogrades de l’Islam – même librement consenties (relire Marx sur le concept de l’aliénation) – qu’autre chose.

Inversons les rôles juste pour voir…

Mais pour permettre de comprendre pourquoi la manifestation du dimanche 10 novembre pose de sérieux problèmes, y compris pour une large partie des musulmans, et pourquoi elle sème tellement la division dans toute la gauche, il est intéressant d’inverser les rôles et d’examiner le scénario qui suit juste pour voir comment on se comporterait :

Courant 2015 et 2016 on a eu une série de tentatives d’attentats terroristes contre des églises, souvent déjoués heureusement, comme celui contre l’église de Villejuif en 2015, mais parfois qui sont allés à leur terme malheureusement comme l’horrible assassinat du père Hamel à l’intérieur de sa propre église en juillet 2016.

Imaginons alors que suite à ce climat, plusieurs associations comme "Sens commun", "Civitas", d’autres personnalités dont on soupçonne la proximité avec des organisations internationales comme l’Opus Dei, ou proches de la « Manif pour tous », se mettaient autour d’une table et écrivaient un texte d’appel dénonçant un climat malsain pour les chrétiens, demandant une exigence de sécurité des lieux de cultes, une meilleure considération du catholicisme en France, et dénonçant dans la foulée un tas de lois liberticides bridant cette religion remontant à une longue histoire commençant au début du siècle dernier. Un texte écrit de telle manière qu’il ne soit pas trop repoussoir, mais qui place ici ou là des revendications problématiques et une vision ambiguë de la société… et proposant dans la foulée de faire une grande manifestation un dimanche à Paris sur la base du contenu de ce texte.

Comment réagirions-nous si l’ensemble de la Gauche signait un tel texte et appelait à cette manifestation ? On serait scandalisé.

En réalité, personne ne tomberait dans un tel piège à Gauche dans ce cas précis, personne ne penserait même à répondre à un tel appel… tout au plus cet appel serait ignoré, et les forces progressistes de gauche se mettraient d’accord très vite pour convenir d’un large rassemblement d’hommage et de solidarité, contre le terrorisme, et avec un lieu et une date distincte.

Remplacez alors "CCIF" par "Civitas" ou par "Sens commun", remplacez l’ "Opus Dei" par les "Frères musulmans", et vous avez quasiment la même situation pour la manifestation du 10 novembre. Mais pour le comprendre, il faut avoir vraiment conscience de la nature rétrograde et de la vision régressive de la société qu’ont certains courants – heureusement très minoritaires – chez les musulmans, mais qui font preuve de beaucoup d’activisme et sont aux commandes de cette manifestation. Un peu comme "Civitas" qui est au fond très minoritaire chez les chrétiens, mais avec de puissants relais à droite.

Il y a un gros défaut d’éducation à gauche de ce côté là, avec des militants qui ont une assez bonne connaissance des milieux d’extrême droite classique (RN, Le Pen, la sphère Zemmour/Menard, les réseaux de la Manif pour tous) mais souffre d’une grave inculture sur les autres formes d’extrême droite qui peuvent exister, d’inspiration islamiste, et qui bénéficient de relais et de soutien et de modèle au niveau international (il faudrait aussi citer la chaîne TV AJ+, que beaucoup de militants relaient, et qui est pourtant une officine de Al Jazeira !).

Amar Bellal

Messages

  • J’espère que des militants qui confondent critique d’une religion et racisme liront cet article salutaire. Bravo Amar Bellal , je regrette que vous n’ayez donné votre point de vue avant !
    Militante féministe et laïque et communiste de surcroît ( triple tare ) j’ai bien du mal avec ces militants qui se font piéger par cette manif-maniP , qui ont crié le même slogan que les tueurs de Daech ? Mal à Charlie , avec Mélenchon qui avait fait un si beau discours pour la mort de Charb, et soutenu les laïques ( lois sur les signes religieux ) ...Trahison. Merci Amar Bellal , j’ai un peu moins mal . Il y a des erreurs politiques graves.

  • Eh bien je voudrais pouvoir exprimer mon désaccord avec cet article sur l’islamophobie. Reste à régler pour cela un problème technique qui est à l’image de ce qu’est "le réseau" : un instrument de spécialistes qui laisse sur la touche ceux qui auraient envie de se manifester !
    Donc pour moi l’analyse d’Amar Bella fait l’impasse sur le rôle de boucs émissaires qu’on fait jouer aux musulmans sur la responsabilité des difficultés majeures que nous subissons.
    Il va de soi que je n’approuve pas le moins du monde les actions de DAESH ou des terroristes aux actes insensés auxquels ils se livrent. Ce sont les pendants des puissances impérialistes qui pratiquent aujourd’hui une nouvelle forme de colonialisme.
    L’extrême droite se découvre une vocation laïque et aussi pourquoi pas une indignation devant le sort réservé aux femmes ? C’est nouveau ça ! N’oublions pas que la laïcité avec Jules Ferry a porté le colonialisme sur les fonts baptismaux . Cela a continué avec nos bons laïques qu’étaient Guy Mollet et François Mitterrand qui m’ont conduit à perdre vingt-six mois de ma jeunesse dans la guerre d’Algérie !
    J’ai connu pendant ma carrière d’enseignant des incivilités. Elles venaient aussi bien d’Européens que de Maghrébins. D’ailleurs j’avais très peu de Maghrébins dans mes classes.
    A Béziers nous avons tout loisir d’apprécier les pratiques islamophobes de Ménard : recensement des élèves dont le nom a une consonance Nord africaine, cérémonie devant la stèle rendant hommage aux assassins de l’ OAS, mise en scène de l’expulsion de réfugiés syriens, changement de nom de la rue du 19 mars 1962 au bénéfice d’un officier putschiste et plus généralement nostalgie du temps de notre empire colonial.
    Je suis déçu des positions du réseau sur le sujet. C’est du réformisme grand teint !

    • J’ajoute ceci, camarade Jacques Cros.

      Je cite ta phrase : A Béziers nous avons tout loisir d’apprécier les pratiques islamophobes de Ménard : recensement des élèves dont le nom a une consonance Nord africaine, cérémonie devant la stèle rendant hommage aux assassins de l’ OAS, mise en scène de l’expulsion de réfugiés syriens, changement de nom de la rue du 19 mars 1962 au bénéfice d’un officier putschiste et plus généralement nostalgie du temps de notre empire colonial.

      Qu’est-ce que tout cela a à voir avec l’Islam rien, mais alors rien !!! Ce n’est pas de l’islamophobie, qui n’existe pas, mais du racisme. Justement ce concept que les tenants de l’islamophobie veulent gommer. Tu te trompes de combat, camarade. En fait, tu écris la preuve vivante que l’islamophobie n’existe pas.

  • Au contraire, je trouve totalement juste l’article d’Amar Bellal.
    Cher camarade Jacques, j’ai le regret de te dire que tu tombes dans le panneau de l’idéologie dominante.
    Ce ne sont pas "les musulmans" qui servent de bouc-émissaire, d’ailleurs "les musulmans", c’est une création de Sarkozy, ça n’existe pas ; ce sont les gens d’origine maghrébine, les Berbères, et en premier lieu, tu devrais le savoir avec Béziers, les Algériens, à qui on reproche toujours de nous avoir chassés en 1962.
    Le réformisme, c’est de croire à deux choses qui sont des constructions de l’idéologie dominante : "les musulmans" et "l’islamophobie".
    Caractériser des travailleurs qui ont des origines ethniques en commun par leur religion, surtout quand une bonne partie ne croit pas, ne peut être une attitude marxiste-léniniste. D’ailleurs Amar Bellal le dit dès le début : "Il n’y a plus d’arabes, on ne parle plus que des musulmans". Ce constat est celui d’une grande victoire de la Bourgeoisie.
    Ensuite, l’islamophobie n’existe pas, c’est une construction idéologique de la classe dominante. . Elle satisfait les obscurantistes religieux de tous bords, les musulmans, qui peuvent ainsi apparaître comme victimes et poser les jalons de leur combat pour interdire la critique des religions, les chrétiens, qui ne sont plus racistes mais islamophobes et peuvent se poser en garants de la laïcité. Et elle masque le bon vieux racisme et ses explications historiques. La grande bourgeoisie tire les ficelles, elle qui organise partout depuis les années 80 le retour des religions, et spécifiquement des religions monothéistes qui « ne sont pas autre chose que des machines intellectuelles pour la préservation de l’Etat capitaliste », comme le disait Aragon.
    Le leurre que nous présente une bonne partie de la gauche, c’est de nous faire croire qu’il existerait une religion monothéiste à vocation universelle opprimée, l’islam. Aucune religion monothéiste n’est opprimée, elles sont toutes oppressives. Le grand écrivain algérien, Kateb Yacine disait : « Ces religions ont toujours joué un rôle néfaste. Il faut s’y opposer avec la dernière énergie. […] Ces trois religions monothéistes font le malheur de l’humanité. Ce sont des facteurs d’aliénation profonde. »

    Enfin, je suis un peu étonné d’un oubli dans ton message. Tu ne semble pas voir que les organisateurs de cette manifestation sont tous des islamo-fascistes, des gens qui justifient le viol des femmes sans voile ou des épouses, des gens organiquement liés à la grande entreprise fasciste du monde arabo-berbère : les Frères Musulmans. Cela seul suffirait à ce qu’il ne soit pas possible d’approuver cette manifestation. Il y a du sang entre ces fascistes et les Communistes, celui de Tahar Djaout, de Mohamed Najibullah, et de tas d’autres. Il n’y a pas, en France, une extrême droite, voire des fascistes insupportables, parce que d’obédience chrétienne, et d’autres tolérables parce que musulmans.
    Je termine avec Kateb Yacine, qui était communiste, rappelons-le. "L’Algérie arabo-islamique, c’est une Algérie contre elle-même, une Algérie étrangère à elle-même. C’est une Algérie imposée par les armes, parce que l’islam ne se fait pas avec des bonbons et des roses. Il s’est fait dans les larmes et le sang, il s’est fait par l’écrasement, par la violence, par le mépris, par la haine, par les pires abjections que puisse supporter un peuple. [...] C’est l’arabo-islamisme qui a abouti à l’asservissement et à la dégradation de la femme chez nous."
    Ah oui tiens, au fait, et l’asservissement de la femme, notamment par le voile ?

    • @ Dariokhos
      En dehors de sa vocation strictement religieuse, qui n’est ni pire ni meilleure que le christianisme ou le judaisme, l’islam a, actuellement, chez nous, une double fonction.
      D’abord justifier les "croisades" modernes de Daech et autres illuminés, et les crimes qui vont avec, et, ensuite, camoufler le racisme anti-arabe, notamment anti-algérien, avec toutes les discriminations afférentes, sous le paravent d’une religion spécialement diabolisée.
      Mais, bientôt, il va falloir se pencher sur le cas des évangélistes trumpistes qui viennent de renverser Moralès en Bolivie, et qui progressent dans l’hexagone. Alors on verra comment les néo-laïcards, dreyfusards fraîchement convertis, vont réagir....

    • Je suis parfaitement d’accord.
      Je fais le constat qu’aujourd’hui, le fascisme a nettement une coloration religieuse monothéiste.
      Et les fascistes évangélistes sont, aujourd’hui, comment dire, un des deux piliers du bar. L’autre étant les islamo-fascistes.
      Ils sont tous nos ennemis, au même titre.
      Je sais que tu ne vas pas être d’accord, mais je les mettrais bien ensemble au goulag.

  • Je suis sot, je m’en rends compte, je le reconnais, je le regrette et j’en souffre Monsieur Dariokhos et je constate que je n’ai rien à faire avec le réseau !

    • Ce n’est pas ça que j’ai voulu dire, absolument pas, et je ne t’ai pas appelé monsieur, mais camarade.
      Je pense que tu te trompes, c’est tout. Mais pour les hostilités, c’est tout de même toi qui a commencé avec ton réformisme.
      Et tu ne réponds à aucun de mes arguments.

      Avec mes salutations fraternelles.

    • Ce n’est pas du tout ce que j’ai voulu dire. Je pense juste que tu te trompes. Tout le monde se trompe.
      Et, pour les hostilités, c’est toi qui a démarré avec ton réformisme.
      J’aimerais bien que tu essaies de répondre à mes arguments plutôt que de m’appeler monsieur. Moi, je t’ai appelé camarade.

      Avec mes salutations fraternelles.

  • J’ai argumenté en développant ce que je vis à Béziers et ne pas voir que Ménard s’appuie sur le racisme islamophobe c’est faire preuve de cécité.
    Oui je suis déçu par le niveau du réseau sur cette question et comme je suis à un âge, 80 ans dans quelques semaines, où je n’ai pas les forces de faire beaucoup plus je n’ai pas d’autre choix que de rendre mon tablier. Continuez sans moi.

    • En fait, le racisme anti-arabe brut de décoffrage étant interdit, il ne peut plus être diffusé efficacement sans tenue de camouflage. C’est pour cela qu’est utilisé maintenant comme emballage, l’islamophobie, produit automatique des exactions pseudo-islamiques d’ici et d’ailleurs.
      Mais lorsqu’on déplie le paquet, c’est bien la merde classique, odeur comprise, qui apparaît. Cros a évidemment raison de dénoncer les Ménard, Zemmour et autres succédanés de l’OAS-FN/RN qui pataugent dans ce marigot.
      Mais force est de reconnaître que les militants du PC peuvent se diviser sur ce sujet. Pourtant il suffirait d’observer que la loi radicalo-socialiste de 1905 a été bien plus efficace en France que les lois anti-religieuses soviétiques pour comprendre que la religion n’est un pb social que lorsqu’elle est instrumentalisée politiquement, dans un sens comme dans un autre. Or les crimes de Daech sont des crimes condamnables par eux-même, et pas parce que ceux qui les ont commis se prétendent de confession musulmane.
      C’est ce distinguo que portait la manif du 10/11 contre "l’islamophobie". Peut-on attribuer aux religions tous les crimes commis par des individus s’en réclamant ? Ces jours-ci on tue en Bolivie, Bible et cantiques évangélistes à l’appui, faut-il culpabiliser les chrétiens français, évangélistes compris ?

    • Je ne vois pas ce que le réseau FVRPCF vient faire là-dedans.
      1) Les intervenants sur ce site ne se revendiquent pas tous du réseau, car tout le monde d’où qu’il vient, peut dire son mot sur le forum dans la limite du respect des autres. Il est même arrivé qu’interviennent ici des anticommunistes ! Nous n’avons aucun filtre : seul l’intérêt de lire et de commenter anime les intervenants qui sont seuls responsables de leurs écrits.
      2) Nous postons des articles qui nous semblent intéressants à faire connaître, dans la mesure où ils ouvrent au débat et/ou ils vont à l’encontre des idées reçues ; ils n’engagent en rien le réseau FVRPCF qui n’a pas pour vocation à se prononcer sur tout : seul l’auteur de l’article est responsable de ses écrits. Bien sûr, ce site a une ligne rédactionnelle qui est de permettre, dans sa globalité, une expression communiste qui aille, dans toute la mesure du possible, vers le reconquête du PCF par une démarche communiste.
      3) Lorsque le réseau émet un avis "officiel", il est estampillé du logo du réseau et il est au moins signé par ceux qui sont membres du CN. Il est généralement avalisé par une majorité des membres locaux du réseau.

      Conclusion : je ne comprends pas du tout ta démarche.
      Bien fraternellement

  • Je pourrais ajouter qu’en 2014 lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza, nous nous étions mobilisés avec la communauté maghrébine de Béziers contre les massacres ainsi perpétrés. Réaction de Ménard "Ce sont des actions communitaristes". A rapprocher de la position d’un ancien d’Algérie qui ne voulait pas apporter son soutien au Hamas. On est aujourd’hui dans la même situation avec ceux qui accusent les organisateurs de la Marche du 10 novembre d’être des islamistes.
    Quant à l’asservissement des femmes dans la religion musulmane nous sommes mal placés pour critiquer avec les habitantes de notre pays qui sont victimes de féminicides. Reste qu’on peut toujours débattre de ce que signifie le port du voile mais c’est autre chose de prononcer l’anathème contre elles comme le font certains de mes correspondants. Ça et ne pas manger du porc et ne pas boire du vin suffisent à les condamner. C’est effectivement dans leur pensée parce que les musulmans ont tous les défauts de la création. Ce n’est sûrement pas du racisme mais la condamnation d’une religion. Et on a bien le droit de porter jugement sur les pratiques religieuses !

    • Tout de même, Jacques, parmi les premiers signataires de l’appel publié par Libération, il y a ces gens et ces organisations, pour moi ce sont des fascistes, les émanations de Frères Musulmans.
       Rachid Eljay, ex-imam de Brest qui demandait en 2015 aux enfants de ne pas écouter de musique sous peine d’être changés en singes et en porcs, et justifiait le viol des femmes "sans honneur" (comprendre : celles qui sortent de chez elles sans hijab) ;
       Elias Imlazène, fondateur du site salafiste Islam & Info, qui recommande aux musulmans de retirer leurs enfants de l’école publique ;
       Nabil Ennasri, admirateur du théologien phare des Frères musulmans et animateur des "journées de retrait de l’école" contre la "théorie du genre" en 2014 ;
       Ismahane Chouder, militante pro-voile, anti-IVG et représentante d’un mouvement islamiste au Maroc ;
       Chakil Omarjee, prédicateur fondamentaliste pour qui "le modèle parfait pour les sociétés futures sont les femmes en hijab" ;
       Feïza Ben Mohamed, activiste partisane farouche de l’islamiste Erdogan ;
       Marwan Muhammad, militant islamo-fasciste, un des principaux dirigeants des Frères Musulmans en France ;
       et des tas d’organisations islamo-fascistes, de la nébuleuse des Frères Musulmans : l’association « Les Musulmans de France » (ex UOIF), la plus nombreuse, et les fers de lance, le CCIF (comité contre l’islamophobie en France) et la plateforme L.E.S. Musulmans ;
      Ca fait tout de même une liste assez nombreuse.
      J’ai lu ton texte et je ne suis pas d’accord, mais avec tout mon respect. Je pense toujours que ce que tu décris à Béziers est du racisme, pas de la soi-disant islamophobie et que cette islamophobie est une construction idéologique de la classe dominante.
      Mais la question des Frères Musulmans est autre. C’est une organisation qui coche toutes les cases du fascisme : dernier recours du capitalisme quitte à se passer de la démocratie bourgeoise, direction issue de la petite bourgeoisie, nervis du lumpen qui tuent les athées en Egypte et cassent les grèves dans le sud tunisien, embrigadement de toutes les catégories (notamment les femmes et les jeunes). Il y a du sang entre ces gens là et nous.
      Attention, je ne dis pas la même chose du Hamas.

  • @] Dariokhos
    Que faire le 5 décembre depuis que l’on sait que Mme Le Pen sera de la partie ?
    Qui, le 10 novembre, combattait, derrière l’islamophobie, le racisme anti-arabe ? les islamistes qui, en fait, en profitent ou ceux qui, sous l’emballage, visent le contenu réel du paquet ?
    Fallait-il que les cégétistes négligeassent les adeptes de la CFTC, avant et après la guerre, pour faire progresser, pour tous, le social ?

    • Je voudrais simplement que la CGT ait une attitude conforme pour tous les fascistes.
      Martinez ne veut pas du RN dans ses manifs, mais veut bien des Frères Musulmans, il y a là deux poids deux mesures.
      Ceci rétabli, je suis d’accord avec toi. J’y serai même s’il y a le RN et ta remarque sur la CFTC est juste.
      Mais traitons tous les nationalistes et les fascistes de la même manière.

  • Effectivement je n’ai pas l’occasion de voir des islamistes dans mon environnement Je suis par contre confronté à un racisme et une xénophobie qui prennent la forme de ce que, peut-être à tort, on désigne par de l’islamophobie. Je n’ai pas rêvé l’attentat de la mosquée de Bayonne ni l’opération contre une femme portant un foulard dans l’enceinte du conseil régional de Bourgogne Franche Comté. Et pas davantage le drame qui s’est déroulé en Nouvelle Zélande.
    Ce phénomène qui consiste à rendre celui qui est différent de la norme responsable de nos difficultés n’est pas nouveau. Dans les villages du Biterrois quand sonnait un glas on pouvait entendre ce dialogue :"Qual es qu’es mòrt ? - Pas digu s, un Espanhò !" (Qui est-ce qui est mort - Personne un Espagnol !"
    Evidemment je n’ai pas connu l’époque de l’antisémitisme qui a conduit les nazis au pouvoir mais je connais un peu l’histoire.
    Je confirme mes interrogations sur ce qu’est le réseau.

  • Votre liste Dariokhos est complète . je vais la relever. On peut ajouter que les initiateurs ont fait hurler " Allah Ou Akbar !" c’est le cri des tueurs islamistes pour tous les attentats. Les 360 victimes des attentats en France ont eu la honte de se faire tuer pour la 2e fois ?
    Pour savoir qui sont ces signataires de la pétition ( qui veulent en fait un concordat pour la France entière, les religieux à l’école publique et la suppression de toutes les lois laïques ) il faut essayer de s’informer, savoir
    qui sont les frères musulmans, les salafistes, lire les livres de ceux qui connaissent ces sujets ! Il y a les victimes de la guerre civile en Algérie, Mohamed Sifaoui, qui connait bien les islamistes ! il a échappé à un attentat contre son journal en Algérie.

    Mais Dariokhos, vous ne pourrez convaincre certains qui continueront à parler d’islamophobie = racisme.
    Mais merci d’avoir si bien étayé votre démonstration.

    • Bonjour camarade Mireille,

      L’un de ceux qui ont fait crier ce slogan est Marwan Muhammad, que je cite dans ma liste.
      Il y ’avait aussi des pancartes, portées par des femmes, photographiées par une amie qui a voulu voir de ses propres yeux, elle est d’origine algérienne et issue d’une famille athée, qui disaient : "Nous ne sommes soumises qu’à dieu".
      Je partage l’idée que certains ne voudraient pas être convaincus.
      Mon meilleur ami, militant du Parti révolutionnaire Communistes, et de la CGT des enseignants a tenté de faire voter à la CE de la CGT Educ nationale un texte interpellant Martinez sur la seule question de l’appel et de la participation à la manif avec des fascistes. Il a été battu à plate couture.
      Il semble qu’une bonne partie de la petite bourgeoisie cégétiste ne puisse admettre que des musulmans soient des fascistes, mais ils ont une définition du fascisme qui ne correspond à rien, celle des Antifa, par exemple. Etre anti quelque chose que l’on ne sait définir, c’est au mieux un exercice de style.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document