Le Ministre de la justice de Pologne demande l’interdiction du Parti communiste polonais

, par  lepcf.fr , popularité : 100%

C’est à partir de lettres de dénonciations, que le Procureur général et ministre de la justice de Pologne, le réactionnaire et anticommuniste Zbigniew Ziobro, a saisi le Tribunal constitutionnel.

Dans ce pays membre de l’Union européenne, la persécution des communistes est monnaie courante et ne suscite aucune inquiétude, aucune réaction de la part des "progressistes" tellement attachés aux droits de l’Homme.

N.Maury

Le procureur général de Pologne, le Ministre de la Justice, Zbigniew Ziobro, a déposé une requête auprès du Tribunal constitutionnel visant à interdire le Parti communiste polonais (KPP).

"Des mesures dans ce domaine ont été prises à la demande de personnes. Dans les lettres adressées au parquet, elles indiquent que le Parti communiste polonais, entre autres, faisait référence dans son programme et ses pratiques aux méthodes totalitaires du communisme, ce qui est incompatible avec la Constitution polonaise", lit-on dans la lettre du Ministre polonais de la Justice.

Ziobro estime que « fixer l’objectif d’introduire un système communiste en Pologne, sur le modèle de la Russie soviétique, est un appel aux méthodes et pratiques totalitaires du communisme ». Il demande ainsi au tribunal constitutionnel de déclarer les buts et les activités du KPP incompatibles avec la constitution polonaise.

Un anticommuniste et un militant d’extrême droite

Zbigniew Ziobro a déjà été ministre de la Justice de 2005 à 2007 et l’est de nouveau depuis 2015. Il a été membre du parti d’extrême droite conservateur Droit et justice (PiS) et est le fondateur de Pologne solidaire, un parti ultra-catholique conservateur opposé à l’avortement et au mariage homosexuel.

Le 16 novembre 2015, Zbigniew Ziobro est nommé ministre de la Justice et procureur général dans le gouvernement de Beata Szydło (PiS).

En décembre 2017, dans le cadre de la politique de « décommunisation » menée par Droit et justice, il saisit le Tribunal constitutionnel pour faire abroger la disposition du Code pénal polonais prévoyant la prescription des crimes commis par les fonctionnaires du régime communiste.

Le Parti communiste polonais a été fondé en 2002. Depuis cette date, les membres du KPP sont régulièrement persécutés.

Traduction Nicolas Maury
Tiré de son site

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation