Accueil > Lutter, Unir... > Lettre à mes camarades

Lettre à mes camarades

Le jeudi 30 avril 2020

jeudi 30 avril 2020, par Charles Hoareau

Camarades, à vos fenêtres ou dans la rue, bon 1er mai de lutte !

Nous sommes dans une période particulière qu’aucun d’entre nous n’avait imaginé…
Nous étions en plein combat contre Macron et son monde, nous résistions pied à pied à ses projets de foutre en l’air nos valeurs de solidarité nationale et de sécurité sociale, et puis d’un seul coup, depuis le 15 mars, nous sommes à l’arrêt. Confinés ou pas, nous sommes réduits au silence, suspendus pour mener notre vie à des décisions d’incompétents qui n’ont rien vu venir, à des menteurs patentés qui disent tout et son contraire depuis 3 mois. Incompétents et en plus cyniques, qui tentent dans la période de donner un coup d’accélérateur à leur projet d’effacement de tout ce qui fait nos droits. La privation de libertés en plus !

Et ils espèrent y arriver, non pas parce que nous serions devenus un peuple de résignés, mais parce qu’ils manient l’arme de la peur au point de faire passer la pandémie actuelle comme le premier signe de la fin de notre civilisation, voire même de l’espèce humaine…

Cette peur qui tétanise des armées entières de combattantes et de combattants du progrès social, des cohortes de militantes et militants du bonheur, elle nous réduit au silence, hormis quelques moments d’applaudissements calfeutrés, et nous fait regarder des trains de licenciements et de reculs sociaux qui en d’autres temps auraient mis le feu au pays…

Pouvons-nous continuer ainsi et attendre que le roi nous donne l’autorisation de sortie ?

Nous rappelons-nous qu’une simple augmentation du prix du pain a suffi dans ce pays (et dans d’autres) pour initier une révolution ?

Nous sommes la veille du 1er mai, journée symbole s’il en est. Symbole parce que de Chicago à Fourmies, du 1er mai de 1936 qui préfigurera les grandes luttes de mai juin à celui de 2002 contre le fascisme, de ceux clandestins de 1941 au million de personnes du 1er mai 1945 à Paris le lendemain de la mort d’Hitler, de celui de 1946 au Japon dévasté par la guerre à celui de 1949 à Ramallah au lendemain de la Naqba, des morts du 1er mai 1950 à Soweto au 1er mai 1960 à Paris contre la guerre d’Algérie, de l’immense 1er mai parisien de 1968 à celui de Washington en 1971 pour la paix au Vietnam, depuis 1886, dans le monde entier, la classe ouvrière n’a jamais cessé de manifester bravant les interdictions et la répression parfois meurtrière et les arrestations.

Et nous y renoncerions cette année ?
Au nom de quoi ?
Au nom de l’union contre la pandémie ?

Il a bon dos le coronavirus contre lequel le gouvernement n’a au bout de 3 mois toujours pas encore mis en place les tests en nombre suffisants, ni fourni à la population des masques qui devraient être gratuits puisque c’est une question de santé publique !

Bien sûr je comprends la peur (ou la prudence) de celles et ceux qui manifesteront depuis leur fenêtre ou leur balcon.
Bien sûr les banderoles et les drapeaux accrochés aux façades seront autant de signes de résistance.
J’apprécie toutes les initiatives, quelles que soient leur forme, que prend la CGT (et d’autres) pour que cette journée ne soit pas passée sous silence.
En ce qui me concerne, et bien sûr en respectant les sacro-saintes règles de la « distanciation sociale », je serai dans la rue demain faisant miens les vers de Ferrat :
« En groupe en ligue en procession
Et même seul à l’occasion
Il est temps que je vous confesse
Je suis de ceux qui manifestent
 »

Et le document estampillé officiel par la royauté « Attestation-de-déplacement-dérogatoire », qu’en fais-tu me direz-vous ?
Mais tout est prévu ! Alinéa 4 : « déplacement impérieux pour l’assistance aux personnes vulnérables ».

Le 1er mai je manifesterai pour les personnes :
 que le capitalisme a rendu « vulnérables » selon le terme royal,
 dominées, discriminées, exploitées, précarisées, exclues de droits comme nous disons dans notre langue à nous.

Je manifesterai en pensant à celles et ceux d’Athènes, de Séoul, de Kobané, de La Havane et de Caracas, de Gaza ou de Soweto, contre les guerres coloniales, contre l’impérialisme et pour la solidarité internationale.
Les 135€ éventuels ou toute autre forme de répression, qui dépendent aussi de notre nombre, pèsent peu au regard de l’histoire.

Camarades, à vos fenêtres ou dans la rue bon 1er mai de lutte !

Messages

  • La date du ler mai et le besoin de rebâtir une lnternationale Ouvrière et Communiste !
    À l’occasion de œ premier mai 2020 (dans un contexte inédit) le Cercle Ouvrier (bolchevik) pour le communisme, tient à exprimer sa solidarité pleine et entière avec la cause révolutionnaire du prolétariat mondiale. La journée du ler mai est un moment de lutte des travailleurs pour leurs intérêts moraux et matériels. Cette date a été décrétée par la 2° lntemationale (sur la proposition de F. Engels l’alter-ego et ami de Marx) comme une joumée de lutte pour les revendications ouvrières contre l’oppression pesante du capital. Cette date est célébrée à travers le monde (où elle peut l’être) par des cortèges de manifestants chantant, l’internationale l’hymne de la révolution prolétarienne mondiale. Ce le’ mai est aussi le moment d’honorer les fondateurs du socialisme scientifique, les éducateurs de la révolution mondiale, les bâtisseurs d’un monde nouveau matérialisé dans l’expérience soviétique et du camp socialiste, aujourd’hui, rayé de la carte du monde, mais vivant encore dans le cœur et l’esprit du prolétariat militant. Même dans cette circonstance tragique nous ne devons rester conscients que le temps des cerises reviendra, que les fleurs luxuriantes d’une vie joyeuse et heureuse repousseront sur l’arbre vivant, fécond et vert de la vie. La bourgeoisie tente de dévoyer le 1er mai dans le sens d’une célébration de « la fête du travail ! », Or, les prolétaires conscients ne peuvent tomber dans ce grossier piège visant à célébrer leur situation d’esclave salarié de la bourgeoisie.
    Dernièrement, 92 partis communistes et ouvriers ont célébrés le 150e anniversaire de la naissance du grand Lénine et se sont engagés à agir dans son esprit et son œuvre. On ne peut que souscrire à cette volonté de faire vivre la mémoire de Lénine. Celui-ci était le fidèle élève de Marx et Engels dont il n’a cessé au cours de sa vie de prendre la défense contre les réformistes, les opportunistes et les révisionnistes du marxisme. La valeur révolutionnaire du léninisme n’est plus à démontrer puisque son bilan positif a été dressé dans la déclaration des 92 partis communistes et ouvriers.
    Par contre, nous nous étonnant que la déclaration occulte sciemment le rôle révolutionnaire joué par Staline dans le développement par extension du régime soviétique, socialiste, en URSS, puis plus tard le camp socialiste et le soutien aux luttes anti-coloniales. Ensuite, la déclaration passe sous silence l’apport de Staline au développement du communisme à travers le monde et l’extension. L’existence du camp socialiste (URSS, pays de la démocratie populaire et la Chjne populaire de Mao) doit pour une grande part à la lucidité et la clairvoyance politique de Staline qui a su déjouer les plans des Etats de la démocratie bourgeoise (Angleterre, France et USA) en retournant les armes du fascisme hitlérien contre eux avec la signature du Pacte de non-agression du 23 août 1939.
    Nous pensons que les signataires de la déclaration des 92 connaissent tous ces faits historiques. Pourtant. ils ont passés sous silence le rôle de Staline et de I’Internationale communiste dans la progression des idées communistes dans le monde. Ils savent aussi que Khrouchtchev a menti sur Staline. Ces 92 partis communistes et ouvriers ont su signer en commun une déclaration célébrant Lénine, mais n’ont pas su à travailler avec constance et esprit de suite à la reconstruction d’une nouvelle organisation internationale des travailleurs entre la bourgeoisie internationale. Pourtant, en 1864 Marx et Engels ont créés la 1er internationale avec des proudhoniens, des boukanistes, des lassaliens...tout en combattant leurs points de vues, A notre connaissance ces 92 partis communistes et ouvriers sont plus proches idéologiquement entre eux que l’ont été la le’ et la 2° internationale. En théorie, ils sont pour une tactique unique de la lutte prolétarienne de la classe ouvrière de leurs pays respectif§. Or, en pratique cela ne se vérifie pas du tout. Pour y am.ver il faut nettoyer, comme le disait à juste tire Lénine, les Ecuries d’Augias de l’opportunisme en général et du khrouchtchévisme en particulier.
    vive le 1er mai.
    Vive la classe ouvrière mondiale.
    Vive la révolution mondiale.
    vive le Communisme.
    Le 29 avril 2020.
    Cercle Ouvrier (bolchevik) pour le communisme. Nord Pas-de-Calais.

  • Dans l’Humanité Quotidienne d’hier 3à avril un article liquidateur macronien/brouezecien signé "service monde"
    met sur le même plan les mouvements sociaux au Chili, au Liban, en Algérie, au Soudan et d’autre part la contre révolution anticommuniste à Hong-kong piloté par la CIA, les services anglais, l’église catholique et le grand patronat mafieux.
    Cet article anticommuniste digne de BFM, LCI, CNews, Valeurs actuels, non signé in fine est la preuve que l’HQ et l’HD aux mains du macronien anticommuniste Braouezec et de ses serviteurs, ce qui explique la perte massive de lectorat. C’est hélas la même chose à la CT et au PCF même avec Roussel.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document