Ouverture du site lepcf.fr

Créé à l’initiative de membres du réseau « Faire vivre et renforcer le PCF » du Sud-Est de la France, ce site est un outil de travail pour contribuer à l’organisation et au renforcement du réseau, et donc du PCF.

Pour cela, il se veut un lieu d’information et de réflexion ouvert notamment à tous ceux qui, communistes adhérents ou de conviction, anciens adhérents, s’interrogent sur les raisons de l’affaiblissement du Parti communiste, refusent la dérive d’abandon de son identité révolutionnaire et s’opposent à la voie de sa disparition.

Ce site, en complément d’autres lieux de débats existant déjà sur le Net, cherche à contribuer à la convergence des efforts de reconstruction du PCF, avec un comité de rédaction public représentatif de différents groupes ou organisations se reconnaissant dans le réseau « Faire vivre et renforcer le PCF ». Il publie les interventions intégrales de tous ses membres au Conseil national du PCF, et cela sans aucune exclusive.

C’est de la confrontation loyale des idées et des expériences militantes que grandira le PCF de demain. Sans vouloir prétendre à aucune exclusive ni globalité, ce site s’efforcera de mettre en résonance ce qui lui sera fourni par les communistes bien au delà des élus au CN.

Il sera notamment l’outil partagé du travail de reconstruction des supports de formation nécessaires à l’organisation du PCF.

Il se met en place en cherchant un fonctionnement transparent animé par le comité de rédaction et favorisant la participation du plus grand nombre possibles d’auteurs.

  • Paul Barbazange, Béziers (Hérault)
  • Floriane Benoit, Fontaine (Isère)
  • Marie Christine Burricand, Vénissieux (Rhône)
  • Pascal Brula, Lyon (Rhône)
  • Nicolas Cossange, Béziers (Hérault)
  • Pierre-Yves Gautier, Echirolles (Isère)
  • Yann Guillermoz (Rhône)
  • Guy Jacquin (Ain)
  • Jean-Claude Korde (Bas-Rhin)
  • Jean-Pierre Meyer (Var)
  • Pierre-Alain Millet, Vénissieux (Rhône)
  • Serge Truscello, Vénissieux (Rhône)

Une équipe technique coordonne l’administration du site et met en œuvre les décisions du comité de rédaction.

  • Nicolas Cossange, Béziers (Hérault)
  • Pierre-Alain Millet, Vénissieux (Rhône)
  • Pierre-Yves Gautier, Echirolles (Isère)

Vos témoignages

  • salingue michel 3 avril 2024 17:32

    École de la République vs école privée, un combat de classes Un rapport parlementaire porté par Chistopher Weissberg Renaissance et Paul Vannier France Insoumise constate un financement qui enfle d’année en année et sans aucun contrôle de la nation. Alors que parents, enseignants, syndicalistes n’ont de cesse de dénoncer le délabrement de l’école publique, Paul Vannier (FI), l’un des co-rapporteurs, propose simplement « d’aménager » le financement du privé comme le faisait la proposition, aujourd’hui retirée, de Pierre Ouzoulias : « La situation ne peut demeurer ainsi. C’est pourquoi, sans remettre en cause la liberté d’enseignement conférée aux établissements privés, je propose de conditionner les subventions qui leur sont allouées à des critères de mixité sociale. C’est l’objet de la proposition de loi que j’ai déposée au Sénat. » Cette proposition ne réglera en rien la question mais, à terme, ne fera qu’aggraver la situation. Cette proposition n’est, en définitive, rien d’autre que le renforcement de l’enseignement privé au détriment de l’enseignement publique car en exigeant de l’enseignement privé d’accepter davantage d’élèves issus des classes sociales défavorisées ses effectifs augmenteront et l’état se verra dans l’obligation de subventionner encore davantage cet enseignement privé…. et, peu à peu, l’enseignement privé se verra supplanter l’enseignement publique. La véritable attitude révolutionnaire consisterait, à l’image du 4 août 1789, de supprimer les privilèges des nantis en cessant tout financement d’un enseignement privé fondamentalement contraire aux principes républicains.

    Nous sommes loin, bien loin du grand service publique et laïque que nous prônions dans les années 1980. Ce dont on peut être certain c’est que cette proposition ne passera jamais auprès des enseignants attachés à l’école publique et à la laïcité.

    Plutôt que la proposition d’Ouzoulias en direction de l’enseignement privé, nous devrions revendiquer que des moyens supplémentaires à la hauteur de enjeux soient attribués à l’enseignement publique afin, à la fois, de résorber l’échec scolaire des enfants des classes défavorisées et de le rendre plus attractif pour les autres… et, en ce domaine, nous ne manquons pas de propositions !

  • PATRICE THEROND 5 avril 2022 23:53

    La mécanique du vote utile à gauche ou l’illusion du changement. Suite dans la pièce jointe.

  • CN46400 2 décembre 2018 07:57

    Dommage que le très bon article sur le logo ne soit pas ouvert aux commentaires….

  • pam 18 novembre 2018 17:53

    le commentaire sur https://lepcf.fr/Pour-une-Democratie-Nouvelle-partie-2 est bien ouvert… qu’est ce qui est toujours fermé ? pam

  • pam 25 février 2018 22:50

    Jje te confirme qu’il n’y a pas de censure politique sur ce site, mais que par contre, on évite les polémiques inutiles typique du net, du genre à donner des étiquettes à la place du débat de fonds.

    Tous les moyens ne sont pas bons pour discuter, et si tu as quelque chose à critiquer au fonds dans le texte de Delaunay, parfait, mais si ca ne t’intéresse pas, personne ne t’oblige à les lire…

    Quand à le traiter de fachosphere, ca n’a pas sa place ici. Et si tu veux critiquer sa référence à l’appel du comité Valmy, explique pourquoi par rapport au contenu de cet appel.

    Reste que la question de l’exercice du pouvoir dans une rupture politique progressiste doit tenir compte de l’expérience, du coup au Chili en 1973 aux manoeuvres au Vénézuela depuis des années… Reprendre la réflexion marxiste sur la dictature du prolétariat est donc bien justifiée

    pam

    • Ouverture du site lepcf.fr 25 février 2018 23:16, par Jean-Yves Allegre

      Comme le Comité Valmy je crois qu’il faut construire un Front de Libération National : si nous ne retrouvons pas notre souveraineté je ne vois pas comment construire le socialisme chez nous. La lutte pour retrouver notre indépendance est primordiale dans notre lutte de classe contre les capitalistes. Ce qui nous amène à la dictature du prolétariat : avec l’abandon de ce concept dans les années 70 nous avons abandonner petit à petit la lutte des classes pour ne devenir qu’un parti électoraliste et opportuniste . Il est bon de se pencher à nouveau sur ce concept et j’attends avec intérêt la seconde partie du texte de Delaunay.

  • cguomega 25 février 2018 20:55

    Je repose donc ma question ici. comment se fait-il qu’un camarade fasse la promotion du Comité Valmy qui a appelé à voter Asselineau au dernières présidentielles et dont les articles se retrouvent sur de nombreux sites de la fachosphère (comme Ripostelaique et ER). Tous les moyens seraient-ils bons pour promouvoir la dictature du prolétariat ?

  • cguomega 25 février 2018 20:52

    Tient en effet, c’est étrange car hier j’ai pu envoyer un commentaire. Qui n’apparaît pas, alors qu’il y en a un autre . Est-ce par ce que le contenu de mon commentaire était dérangeant ?

  • pam 25 février 2018 16:59

    simple erreur de ma part… c’est corrigé…

  • pam 24 février 2016 07:25

    pas sûr de ton distinguo entre les éléphants de gauche et de droite… sur le fonds, ils captent tous une partie de l’électorat populaire de gauche, et ils sont tous de droite !

    Pas de problème avec ton adhésion au PRCF… l’essentiel, c’est de faire progresser les capacités d’organisation partout, mais regarde bien ce que tu peux encore faire en parallèle au PCF dans ce congrès…

    La vraie question n’est pas « dedans ou dehors », mais de savoir ce qui fait progresser les communistes… et à l’occasion de ce congrès, on pense que les communistes peuvent marquer des points, non pas pour faire bouger la direction, elle est entièrement coincé dans sa stratégie et sa dépendance au PS et au PGE, mais pour affirmer que le PCF, celui qui a existé, et celui qu’on veut, que ce P.C.F n’est pas mort… et peut donc se reconstruire…

    pam

  • PATRICE.REY74 23 février 2016 23:17

    je prend ma carte au prcf parce que je veux revoir la faucile et le marteau qui aurait du jamais être retiré mon souhait c’est de faire revivre le vrai parti communiste français celui qui cognait sur les socialistes de mitterrand les éléphants sont toujours la sauf trois qui sont de droite c’est a dire hollande valls macron

    • Ouverture du site lepcf.fr 28 février 2016 19:10, par Bernard Gilleron

      Très bien camarade, les idées du PRCF sont tirées au cordeau, et il n’y a pas un poil qui dépasse ! Ni une voix qui « dissonne » : prépare-toi à faire une croix sur la tienne. Au PRCF on écoute les chefs fondateurs et on la ferme (surtout si on est un nouvel adhérent : même à 68 balais, avec 48 ans de militantisme derrière soi, on est un bleu qui doit répéter les textes lus dans initiative communiste,point !).
      En écoutant ces conseils de quelqu’un qui a fait l’expérience que tu fais, tu as des chances de ne pas être exclu.

Revenir en haut