Pétition : Non aux frappes occidentales, Oui à la paix pour tous les peuples ! Fallait-il tirer un feu d’artifice dans la poudrière !

, par  lepcf.fr , popularité : 91%

Nous condamnons la grotesque et dangereuse opération des Etats-Unis, de la Grande Bretagne et de la France ce samedi 13 avril et plus particulièrement le rôle du président Macron dans cet autodafé du droit international.

Plus de 100 missiles lancés avec un risque non négligeable de déclencher une riposte russe en cas de bavure, dont 12 missiles pour la France coutant de 1 à 3 millions d’euros l’unité. L’ensemble du dispositif représente près de 20 millions d’euros partis en fumée dans un feu d’artifice inefficace et dangereux pour la paix mondiale.

Les français que Mr Macron remercie pour leurs efforts, apprécieront.

Quand ceux qui ont la prétention d’être les garants du droit international foulent au pied celui-ci, c’est un pas de plus franchi vers sa disparition.

Alors que les inspecteurs de l’OIAC arrivent en Syrie, la France, le Royaume-uni et les États-Unis leur coupent l’herbe sous le pied.

C’est une démonstration de force, dont les buts réels sont politiques et non humanitaires, visant a rétablir les puissances occidentales comme acteurs majeurs dans les marchandages en cours autour du conflit syrien.

Pour certains dirigeants, c’est aussi l’occasion de renforcer leur pouvoir personnel au moment ou celui ci est contesté...

Mais surtout c’est le moyen d’envoyer un message clair au reste du monde : « nos armes frappent où nous voulons, quand nous voulons et vos défenses sont inutiles ». Ces petits jeux de guerre n’ont pas rendu le monde plus sûr, bien au contraire.

Nous refusons ces logiques militaristes dont le vrai enjeu au moyen-orient est toujours la maitrise des sources et réseaux énergétiques. Nous refusons la guerre au service de la domination des puissances occidentales. Nous défendons un monde multi-polaire, un monde de paix et de coopération.

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation