Conseil National des 2 et 3 juin 2018
Peut-on passer sous silence de graves divergences ?

, par  Jean-Jacques Karman , popularité : 71%

Certains camarades se plaignent de l’existence possible de textes alternatifs à la "base commune" proposée, au nom de l’unité des communistes, c’est leur droit.

Personnellement je pense le contraire vu le contenu du projet de base commune proposée au regard de la gravité de notre situation actuelle. Il est plutôt sain que des propositions de modification d’orientation soient soumises à la réflexion, au débat des communistes, si non la direction qui s’autoreproduit à chaque congrès ne changera d’orientation qu’à la marge.

Dans ce climat, mes camarades par souci d’être utile à notre parti communiste ont publié un texte très intéressant, que personnellement je n’ai pas signé car je ne suis pas, par principe pour un texte unique. Ce texte pose « les conditions de l’unité des communistes » sur un texte commun. Le résultat est sans suite à ce jour de la part de la direction.

Le texte de la direction proposé ce jour comme projet de base commune, prouve à mes yeux, qu’il n’est pas possible d’avoir un projet commun sous risque de passer sous silence de graves divergences et de poursuivre la dérive de notre parti.

Même si le texte du projet de "base commune" marque quelques avancées ou plutôt quelques rectifications au regard des pratiques de la direction depuis la "Mutation" impulsée par Robert Hue. Elle reste à mes yeux une orientation principalement humaniste. Le Marxisme est plus que de l’humanisme. Parler de la lutte des classes sans jamais parler de la classe ouvrière est un gros problème, nous devons être en premier lieu le parti de la classe ouvrière.

Autre problème dans ce projet, je n’ai rien trouvé sur l’incontournable révolution socialiste amorçant le déclin de la dictature du capital et son remplacement par une démocratie populaire bien française. Rien non plus sur la nécessaire étape du socialisme comme perspective immédiate. Pas étonnant car ces points sont au centre de la mutation révisionniste de 1999, déclassant Karl Marx au rang de simple penseur parmi d’autres. Aujourd’hui Marx semble revenir sur la pointe des pieds par quelques citations dans le texte, bien sûr c’est mieux que rien, mais le marxisme ce ne sont pas des citations, c’est une démarche révolutionnaire globale.

A la lecture du texte du projet, j’y ai relevé des insuffisances, des erreurs. Par exemple notre projet doit être l’alternative marxiste et non une alternative parmi d’autres. Rien sur le bilan, même pas l’autocritique de la participation, au moment de la mutation, à un gouvernement bourgeois en trompant les militants sur un soi disant programme. Gros problème aussi sur l’Europe et sur Mélenchon. Ce n’est pas nous qui l’avons propulsé à plusieurs reprises sur le devant de la scène ? Dire aujourd’hui « Nous avons vocation à être présents à toutes les élections » est un peu fort même incroyable, alors que la direction du parti doute encore aujourd’hui sur la nécessité de présenter une liste du PCF ouverte pour les Européennes.

Ce texte de projet de base commune n’est pas amendable, c’est une autre orientation qu’il nous faux pour le renouveau de notre parti communiste.

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation