Pour l’ouverture du débat stratégique

Intervention de Marie-Christine Burricand au Conseil National des 23 et 24 juin

L’expérience de la 14e circonscription du Rhône confirme que nous avons buté sur deux obstacles essentiels : la perte d’identification nationale du PCF, la concurrence sauvage et le passage en force de FI de Mélenchon. Localement, nous avions un accord pour que tous se rassemblent sur notre candidate ; nationalement, un candidat de la FI a été imposé. Cette situation a aussi été permise par la réussite de Macron avec En Marche. Une tentative aboutie pour renouveler le personnel politique du système et effacer l’affrontement politique. Ce sont les méthodes patronales modernes appliquées à l’état, conduite de projet plutôt que débat sur les choix stratégiques. La fracture politique et sociale s’aggrave avec l’abstention et la progression du FN qui s’ancre dans les territoires les plus délaissés. C’est notre plus mauvais résultat national aux législatives depuis 1958. Le groupe sera un point d’appui mais il n’efface pas l’échec. Beaucoup de camarades souhaitent que le mot communiste apparaisse dans son intitulé, ce serait déjà un progrès pour notre identification. L’exigence d’un droit d’inventaire est très grande dans le parti. Le choix de l’effacement en 2012 et 2017 se paie cher. Nous nous sommes placés sous la dépendance des évènements et des autres forces politiques. Ces choix viennent de loin, dans l’abandon de notre rôle historique et du communisme, la prévalence donnée à notre place dans les institutions, le fossé avec la classe ouvrière. L’examen stratégique est indispensable pour donner une chance au PCF de se relever !

Vos témoignages

  • Pour l’ouverture du débat stratégique 14 juillet 2017 08:34, par SARTON Bernard

    La logique de la 5e république monarchique exige sur le plan électoral d’être candidat à l’élection présidentielle pour obtenir le plus de suffrages possibles et ainsi avoir des députés dans l’élection législative qui suit . Pas de candidat en 1965 , première erreur historique qui a permis à Mitterrand d’être le seul recours à gauche . En 1969 , suite à la mort de Pompidou , Jacques Duclos très populaire manque de peu la qualification au 2e tour . A mon avis s’il avait été candidat dés 1965 il aurait supplanté Mitterrand dans les masses populaires , mais on ne refait pas l’histoire encore faut-il en tirer les leçons . Après les jeux électoraux étaient faits pour un long temps historique avec les Présidences Giscard-Mitterrand-Chirac-Sarkozy-Hollande et aujourd’hui Macron . Comment sortir de cette logique électoraliste Présidentielle qui camisole le peuple au profit de la bourgeoisie toute puissante ? C’est le débat que nous devons avoir dans les semaines qui viennent . Le PCF reste un outil fondamental dans le combat de classes qui se durcit de plus en plus dans cette crise du capitalisme permanente . Il faut jouer sur les deux tableaux : luttes sociales et économiques tout azimut et permanence électorale à toutes les élections bourgeoises avec un candidat communiste ou allié partout . L’abstention massive démontre que le peuple est réticent aux propositions politiques que médiatisent Macron and co . Le combat doit être permanent par une « guérilla » de luttes diverses et variées pour affaiblir l’offre politique de la bourgeoisie . Alors le pessimisme de certains communistes qui ne voient de solution que dans la France insoumise reculera avec un nouveau PCF offensif et créatif .La solution Mélenchon , malgré ses qualités de tribun , n’est pas jouable car trop axée sur « les gens » dit citoyens et non pas sur la lutte de classes tout azimut où les exploités luttent contre les exploiteurs pour se libérer du carcan du profit de la société capitaliste . Les communistes sont une force incomparable sur cette ligne marxiste fondamentale , encore faut-il qu’ils aient promu des directions nationale et locale de grande capacité révolutionnaire , ce qui n’est pas le cas actuellement . D’ailleurs je me demande pourquoi nous en sommes arrivés là car la logique historique devait être en notre faveur . Alors qu’est ce qui n’a pas marché ??????

    Bernard SARTON , section d’Aubagne

  • Pour l’ouverture du débat stratégique 4 juillet 2017 15:47, par anne-marie dorme-rispoli

    je suis d’accord avec marie chri,le pcf a ete dupe par melanchon .depuis le debut je n’ai jamais cru a ce bonhomme ni accepter d’etre front de gauche, jesuis une communiste a part entiere,fidele aux idees inculpees par mes parents ,surtout mon pere,je pense a tout ce qu’il a fait,tout ce qu’il a subi pour arriver la ou nous sommes, non je n’accepte pas.

Revenir en haut