Intervention de Paul Barbazange au Cn du 23 et 24 juin 2017
Pour ouvrir des perspectives stratégiques un vrai bilan.

, par  Paul Barbazange , popularité : 57%

Bilan, stratégie, perspectives stratégiques... De quoi nourrir un grand congrès critique. Les affrontements de classe, l’abstention dans les milieux populaires ; l’électoralisme...

A cette heure je vais tenir compte des débats bien avancés et donc beaucoup revenir sur le fond de la motion présentée. Nous avons besoin d’un bilan sans concession, associant tous les communistes. Un bilan décennal et plus. Stratégique. Pesons bien des phénomènes : Affaiblissement progressif du PCF ; évolution des abstentions massives ; porosité sans cesse accrue entre la droite extrême et l’extrême droite ; quasi effacement de la social démocratie sous sa forme PS et réapparition immédiate sous la forme FI. Partout nos camarades se sont bien battus dans les limites de nos choix stratégiques anciens, 11 députés sont un élément de confiance. La rigueur du bilan, la qualité de l’autocritique sera essentielle. Il touche aux questions stratégiques sur bien plus de 15 mois. Nous avons déposé un amendement fondamental à la motion en ce sens. Il nous faut aller au moins à la dizaine d’année antérieure pour travailler depuis la création du Front de Gauche, et plus loin encore. Ce qui est en cause dans notre résultat législatif le plus faible depuis 1921 ce sont les choix stratégiques retenus majoritairement de congrès en congrès depuis Martigues. Les conséquences se sont accumulées depuis cette date sauf au moment du répit autour du NON au référendum en 2005. Ce moment est essentiel en ce qu’il indique de possibilités électorales nationales autour de l’opposition populaire majoritaire à l’Europe capitaliste. Cette dimension est absente de la résolution ! Hormis cette période notre effacement national a été progressif, chacun essayant de sauver des positions dans son territoire et de maintenir une organisation dans son cadre local.
Le texte de la motion soumis place en première question à travailler pour la préparation du congrès la question" Comment redevenir le parti des classes populaires, au travail, à l’entreprise, dans les quartiers populaires et la ruralité" C’est juste, c’est bien à la question de l’utilité du parti communiste dans la lutte des classes pour les exploités que nous sommes confrontés. A sa perception par les citoyens inscrits ou non sur les listes électorales. Notre parti représente qui aujourd’hui ? Quels intérêts dans les conflits de classe ? Y Le Pollotec dans "Communiste" souligne que le FN même dans un second tour des législatives qui lui a été défavorable rassemble le plus fort % de votes ouvriers et de citoyens aux revenus inférieurs à 1250€ par mois. Il y a un espace politique à reconquérir et cela n’est pas contradictoire avec le fait que 75 % des travailleurs des usines aéronautiques sont des ITC. Ces ITC ont des enfants, des parents ou des voisins chômeurs... sont eux même exploités ! Parfois durement. Les rassemblements à venir ne se feront pas sur des perspectives électorales de survie de partis politiques à bout de souffle mais sur une juste lecture et une intervention efficace dans les contradictions de classe.
Mélenchon a réussi à mobiliser une partie de l’électorat populaire dans un vote de colère, de révolte, d’espoir, entraînant de nombreux jeunes. Je l’ai vécu dans mon bureau de vote de quartier, ils sont venus voter ! Aux législatives nous n’y sommes pas arrivés. Pas de sursaut même au second tour contre le FN qui a été élu chez moi. Nous devons prendre dès cet été au niveau de ce qui est possible en cette saison ! les initiatives nécessaires de solidarité. Exprimer des positions de classe sur le pouvoir d’achat, l’emploi, la sécurité sociale. En cela le travail du groupe parlementaire doit être comme le propose Chassaigne un travail de propositions, de constructions, de gagne au niveau des possibilités. Mais qu’il ne laisse pas, ne laissons pas nous aussi la fonction tribunicienne à d’autres ! En cela le nom du groupe parlementaire a son importance" communiste " doit en faire parti.
Le congrès extraordinaire, s’il est minutieusement préparé avec tous les communistes, avec le parti militant, débouchera sur une autre stratégie.
Paul Barbazange.

Brèves Toutes les brèves

Navigation