Prenons librement nos décisions Conseil national du 12 décembre

, par  Gilles Gourlot , popularité : 100%

Intervention de Gilles Gourlot au C.N. du 12 décembre

En prenant connaissance hier du calendrier proposé, j’ai eu le sentiment, si vous me permettez l’expression, que nous avancions à un "train de sénateur" (en effet ces décisions était déjà à l’ordre du jour du précédent CN le mois derniers).

Le calendrier est politique, mème si le COVID pèse sur celui-ci. Le calendrier de la maladie semble lui, assez saisonnier et même si une troisième vague semble prévisible, le printemps pourrait bien permettre une éclosion des colères accumulées. Ce bouillonnement ne pourrait être que favorable à un congrès en prise avec les aspirations populaires.

Après tout, notre dernier congrès s’est tenu au moment même où débutait le mouvement des "gilet jaunes", je n’ai pas eu l’impression que cela ait été dommageable. Le prétexte des régionales ne tient pas plus, surtout de la part de ceux qui disaient au dernier CN qu’il fallait être dans l’urgence du moment.

Laisser en suspension nos décisions, c’est laisser le parti sous la pression d’autres partis qui espèrent encore un ralliement à leur blanc panache et pour tout dire à leurs poulains respectifs.

Sans que cela ne débouche sur une hypothétique "candidature de rassemblement" par ailleurs... cela n’aide pas a avancer sereinement pour l’échéance prévue en juin et ne permets pas plus de conjurer les danger prévisible en 2022 compte tenu de la situation.

Mais qui peut dire avec certitude quelle sera la nature exacte de ses dangers ?
Il en est souvent cité deux, mais il y a aussi un troisième qui pourrait bien prendre forme : celui d’un Macron renonçant à se succéder à lui même, gardant ainsi les mains libres pour finir le sale boulot, laissant ainsi toutes ses chances a son futur "remplaçant".

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation