Accueil > S’organiser > 37eme congrès 2016 > Réponse au texte « L’ambition communiste pour un Front de gauche populaire (…)

37ème congrès

Réponse au texte « L’ambition communiste pour un Front de gauche populaire et citoyen » sur le nucléaire, et ses approximations sur les enjeux énergétiques mondiaux, le climat et la sureté industrielle.

Par Amar Bellal

lundi 11 avril 2016, par auteurs à lire

Je voudrais ici répondre au texte présenté au congrès du PCF (2016), « L’ambition communiste pour un Front de gauche populaire et citoyen », sur un point précis concernant les enjeux énergétiques, enjeu crucial pour l’avenir de l’humanité.

On lit ainsi dans ce texte le passage suivant :

« Nous faisons de la sortie des énergies polluantes, dangereuses et génératrices de déchets, et notamment du nucléaire dès lors que la recherche n’aura pas trouvé les moyens de maîtriser réellement ses risques considérables, un objectif dont les modalités et le terme doivent être appréciés démocratiquement. »

Cette affirmation, bien qu’en apparence frappée par le "bon sens", est inopérante dans le monde réel.

En effet ce texte expédie en quelques lignes la difficile équation énergétique, équation qui doit tenir compte des besoins mondiaux, de l’épuisement des ressources, et du grave problème du réchauffement climatique et des pollutions en générales.

Pourtant, face à de tels enjeux, il faudrait avoir le courage d’aller jusqu’au bout, ne pas se contenter de jouer sur les peurs, et en s’efforçant de regarder toutes les facettes du problème.

Il est en effet contradictoire d’affirmer qu’il faut sortir du nucléaire en avançant l’argument de la dangerosité, alors que le GIEC reconnaît clairement que cette énergie sera un des leviers incontournables pour contrer le réchauffement climatique et en même temps répondre à une demande mondiale considérable pour 2050 [1]. Rappelons qu’un réchauffement global de +5°C est prévu pour la fin de ce siècle si rien n’est fait, c’est une planète qui ne pourra nourrir que 2 ou 3 milliards d’êtres humains, pas plus, suivant les projections du GIEC. Difficile de balayer cela d’un revers de main.

Difficile aussi d’invoquer l’autorité du GIEC dans un texte de congrès, pour alerter sur la menace climatique, et un peu plus loin, ignorer superbement ses préconisations lorsqu’elles vont à l’encontre des idées reçues sur le nucléaire civil par exemple.

Précisons un peu mieux les données du problème concernant la dangerosité du nucléaire mais aussi des autres activités industrielles en général :

L’accident nucléaire

Dans le domaine de l’énergie, le risque d’un accident nucléaire est l’argument le plus fort pour l’arrêt du nucléaire civil. C’est peut-être l’objection la plus sérieuse et la plus fondée à l’utilisation de cette énergie, cela est vrai. Et c’est un point qui revient systématiquement dans les débats, ce qui traduit une vraie préoccupation chez les citoyens.

Le risque qu’un accident majeur se produise en France existe bel et bien, même si sa probabilité est extrêmement faible. Là comme ailleurs, le risque zéro n’existe pas.

Est-ce que, pour autant, cet événement très rare qu’est l’accident majeur, avec des conséquences importantes, doit nous conduire à sortir du nucléaire en France ? Un tel raisonnement, bien que séduisant et somme toute assez confortable – en plus d’être compatible, il est vrai, avec le soutien d’une candidature aux présidentielles comme celle de J-L Mélenchon – nous conduit à une impasse, et nous amènera à répondre par la négative à cette question.

Tout d’abord, si, parce qu’il y a risque d’un accident, même très faible, il faut sortir du nucléaire, alors il va falloir faire la liste de tous les domaines où il y a des risques comparables, et en sortir aussi si on veut être cohérent et ne pas motiver une telle décision juste pour "surfer" sur une peur. La liste est longue et cela risquerait d’allonger considérablement le texte en question. Est-ce la raison pour laquelle il ne s’y aventure pas ? Faisons-le pour lui.

Sortir de l’hydraulique ?

Prenons l’exemple de Grenoble. Cette agglomération est entourée de barrages qui, s’ils venaient à se rompre, produiraient une vague de boue et de débris de la hauteur d’un bâtiment de quatre étages et qui déferlerait sur la ville à près de 200 km/h (scénario catastrophe décrit dans le PPRI [Plan de prévention des risques d’inondation] [2]). On disposerait de quelques minutes pour prévenir les 400.000 habitants de l’agglomération. Et cette vague emporterait tout, y compris des usines du secteur de la chimie, avec des produits hautement toxiques qui seraient disséminés. Le bilan serait catastrophique : des dizaines de milliers de victimes et des vallées polluées à jamais. Bien sûr, on pourra objecter que, pour qu’un barrage se rompe, il faut qu’il y ait de gros défauts de conception et de construction. D’autre part, ce type de rupture donne des signes et prévient, le plus souvent, et donc on aura toujours le temps d’évacuer, et même de réparer le défaut ou de vider le barrage. Mais, comme pour le nucléaire, toutes ces objections ne réduisent pas le risque à zéro. Cela reste malgré tout possible. Alors, faut-il sortir de l’hydraulique ?

Sortir de la chimie ?

Des sites industriels à risque, classés Seveso, sont présents par centaines sur tout notre territoire. Ils touchent essentiellement le secteur de la chimie, crucial dans tous les aspects de nos vies. Sur le Rhône, il en existe qui peuvent déverser des poisons mortels et polluer le fleuve de façon irréversible pour des milliers d’années. Ce sont des scénarios catastrophes qui existent, qui sont très officiels et pris au sérieux par les préfectures. Dans le cas d’une explosion avec déversement de produits hautement toxiques, il y aura des victimes, mais aussi un environnement pollué pour des générations. Et insistons sur ceci : malgré toutes les précautions prises, le risque est réduit mais pas nul. Faut-il pour autant renoncer au secteur de la chimie ?

Arrêter les recherches en biochimie, sur les virus, les bactéries ?

Mettre au point de nouveaux vaccins, comprendre le fonctionnement des virus, faire reculer les maladies, n’est pas sans risque, car la dissémination des germes sur lesquels on travaille pourrait provoquer des catastrophes sanitaires à l’échelle planétaire – cela a inspiré de nombreux films "catastrophes" d’ailleurs. Pour réduire au minimum ces risques, les laboratoires dans lesquels ces recherches s’effectuent sont extrêmement surveillés, avec des protections et des mesures draconiennes. Il y a ainsi de multiples barrières de protection à franchir avant que les virus ne puissent sortir. C’est rassurant, mais, encore une fois, le risque n’est pas nul : il y a toujours une possibilité qu’un supervirus sorte et décime les populations. Ces laboratoires sont dits "P4" [3], il en existe deux en France et une bonne vingtaine dans le monde. Faut-il, au nom du risque d’une possible épidémie mondiale, abandonner pour autant ces recherches, et donc mettre un frein à tout progrès dans le domaine de la médecine ?

Sortir du pétrole, du gaz et du charbon ?

On peut en dire autant de la possible explosion d’un navire transportant du GNL (gaz naturel liquéfié) : une boule de feu de 1 km de diamètre pourrait se former lors d’une telle explosion en plein port (scénario très officiel qui sert de référence aux préfectures). On pourrait aussi parler du risque de marée noire, toujours réel : des millions de tonnes de pétrole avec, plus grave, les métaux lourds contenus dans ce pétrole polluant de façon irréversible des écosystèmes entiers. Nous avons vu également la pollution silencieuse du charbon, qui n’est pas un risque mais une réalité quotidienne. Et ces trois énergies émettent beaucoup de CO2. On pourrait donc aussi parler du risque climatique qui est une catastrophe globale qui pourrait être classée XXL pour ses conséquences en comparaison avec les risques industriels (des centaines de millions de victimes dans un proche avenir ?).

Au nom de tous ces risques, faut-il plutôt prioritairement sortir du pétrole, du gaz, du charbon ?

À partir de ces exemples, on comprend que si on généralise le raisonnement que font les auteurs de ce texte de congrès, avec le nucléaire, il faudrait alors "sortir de tout", hydraulique, chimie, biologie, gaz, pétrole, charbon, ce qui pose tout de même un gros problème.

Ainsi pour être cohérent, il faudrait allonger considérablement le texte en question, « L’ambition communiste pour un Front de gauche populaire et citoyen » et prévoir le même paragraphe pour chacun de ses secteurs. Il suffirait de remplacer le mot "nucléaire" dans le paragraphe en question, par "hydraulique", "chimie", "biologie" et bien d’autres secteurs…

Sortir du nucléaire pour entrer dans le charbon et le gaz…

Par ailleurs, il ne faut jamais oublier que sortir de certains risques (par exemple le risque du nucléaire), c’est entrer dans d’autres risques majeurs, qui ne sont d’ailleurs plus vraiment de simples risques, mais des dangers avérés avec des conséquences certaines (les pollutions quotidiennes, le réchauffement climatique, la pénurie d’énergie…). En effet, aujourd’hui, et l’Allemagne le démontre à grande échelle, sortir du nucléaire implique forcément d’entrer dans le charbon et le gaz. Avec le cas allemand, la fable du nucléaire remplacé par de l’éolien et du photovoltaïque, le tout accompagné d’une diminution de la consommation, ne fait plus illusion : ce que les professionnels clament depuis des années finit par s’imposer comme une évidence. On se débarrasse du risque nucléaire pour mieux embrasser les conséquences du charbon et du gaz : les 5°C de réchauffement climatique d’ici 2100, les famines généralisées touchant des milliards d’êtres humains, sans compter l’empoisonnement par les métaux lourds de la biosphère ainsi que l’acidification des océans.

Tous ces éléments doivent être débattus démocratiquement. Car, après tout, si les citoyens en ont conscience et qu’ils décident malgré tout de "préférer" les risques et pollutions quotidiennes liés aux énergies fossiles, et toutes leurs conséquences à l’échelle planétaire, plutôt que le risque nucléaire, c’est la démocratie qui s’exprime, et ce sera alors une décision légitime. Par contre, ce qui est illégitime, c’est de mettre en avant uniquement les risques du nucléaire, de faire peur en taisant les problèmes que posent les autres alternatives.

Amar Bellal, texte tiré du site Environnement-Énergie

Auteur de « Environnement et énergie, comprendre pour débattre et agir » aux éditions du Temps des Cerises (à paraître en mai, voir description)


Pour approfondir (pour ceux vraiment intéressés par le sujet) :


Le nucléaire, ses pollutions et ses déchets : une spécificité particulière, par rapport aux autres activités industrielles ? Spécificité qui justifierait de bannir cette activité du champs humain ?

Il est ici fait référence aux pollutions dues aux trois accidents nucléaires et à la production des déchets hautement toxiques et à vie longue (plusieurs centaines de milliers d’années). C’est ce qui fait dire à certains que le nucléaire a une spécificité particulière et qu’il doit être banni des activités humaines.

Mais lorsqu’on compare ces pollutions à celles découlant d’autres accidents, notamment du secteur chimique, il n y a pas lieu de placer ce type de pollution comme un phénomène "à part". L’accident de Bhopal [4] ne nous a pas conduits, par exemple, à un débat pour "sortir de la chimie" et ni même à lancer l’idée d’un tribunal pour juger des "crimes de la chimie" ; cette attitude absurde prévaut pourtant lorsqu’il est question du nucléaire civil [5]. Bhopal a pourtant un bilan plus lourd, sur le plan sanitaire et humain, que tous les accidents nucléaires réunis. La réaction pour le cas de Bhopal a été autre : refonte des normes de sûreté, campagne contre le comportement des multinationales dans le tiers monde… C’est ce type de réaction qu’il faudrait avoir pour le nucléaire. De même, les 100 t de cyanure rejetées dans la biosphère par l’accident de Tianjin [6] en août 2015 n’a pas déclenché la création d’un réseau "sortir de la chimie", ni le déroulement de manifestations un peu partout dans le monde.

Inutile de répéter que les déchets chimiques, rejetés quotidiennement par diverses activités industrielles, ont eux aussi une durée de vie infinie et contaminent toute la biosphère en fonctionnement normal (tous les jours, tous les ans). C’est alors bien plus grave que le nucléaire, activité où les rejets ne se font qu’en cas d’accident ! D’autre part, les volumes ne sont pas du tout identiques. Rappelons que la totalité des déchets nucléaires à vie longue, pour tout le parc nucléaire français, depuis sa création jusqu’à nos jours, a un volume de la taille d’une piscine olympique. Rappelons encore une fois que ces déchets sont confinés et maîtrisés : on se préoccupe de leur devenir, et c’est tout le débat autour du site de stockage Cigéo [7]. Les déchets chimiques sont au contraire cent fois plus volumineux et sont, eux, tout simplement rejetés dans la nature.

Sur l’accident de Fukushima et sur les enjeux de la sureté nucléaire.

Ce qui a entrainé un accident majeur à Fukushima, c’est la perte des systèmes de refroidissement du combustible. Deux scénarios principaux sont alors possibles dans le cas d’une perte de refroidissement, y compris de secours, du réacteur qui conduirait à la fusion du combustible à l’intérieur de l’enceinte de protection.

  • 1. Si l’enceinte de protection remplit son rôle, alors la pollution restera confinée et les populations, après avoir été dans un premier temps évacuées, pourront retrouver leur domicile au bout de quelques jours. Une grosse frayeur, mais pas vraiment de catastrophe : c’est ce qui s’est passé pour l’accident de Three Mile Island (TMI, 1982). Notons que les réacteurs Français sont de ce type, car à l’origine ce sont des réacteurs de conception États-unienne.
  • 2. Si l’enceinte ne remplit pas son rôle, ou le remplit imparfaitement, ou, pire, si elle est inexistante (le cas de Tchernobyl), alors il y a rejet dans l’environnement et on peut s’attendre à des centaines de kilomètres carrés de terre polluée et inhabitable pendant des années, et à de nombreuses victimes si les mesures d’évacuation et de prise de pastilles d’iode n’ont pas été faites rapidement, dès les premiers signes de l’accident. C’est le scénario catastrophe que les autorités de sûreté de tous les pays cherchent à tout prix à éviter.

Il faut donc franchir plusieurs barrières pour en arriver à une catastrophe de type Fukushima : à la fois perte complète de refroidissement (avec des systèmes de secours défaillants) et enceinte qui ne confine pas efficacement la pollution.

En France, il existe une Autorité de sûreté nucléaire indépendante, qui a vraiment le pouvoir de faire arrêter un réacteur si ses prescriptions ne sont pas respectées. Elle a plusieurs fois arrêté le chantier de Flamanville, par exemple. Ajoutons qu’à chaque accident il y a un retour d’expérience.

Attardons-nous sur le cas de Fukushima. Lors de l’accident, l’opérateur japonais, Tepco, a dû procéder à des dégazages, en clair évacuer de l’air fortement pollué de l’intérieur du réacteur vers l’extérieur afin de diminuer la pression de l’enceinte. Si, avant d’évacuer cet air, on l’avait fait passer à travers des filtres à sable [8], la pollution à Fukushima (due en partie à ces dégazages) aurait été fortement réduite, car les particules radioactives auraient été piégées par ce dispositif. D’autre part, tout le monde a vu à la télévision les explosions des toits en structures métalliques abritant l’enceinte de protection des réacteurs. Cela est dû à l’accumulation d’hydrogène dégagé à cause des fortes températures dans le réacteur. Avec un simple dispositif qui "piégerait" cet hydrogène, ces explosions auraient été évitées et n’auraient pas endommagé l’enceinte de protection.

Il se trouve que ces deux systèmes – filtres à sable et pièges à hydrogène – ne coûtent que quelques centaines de milliers d’euros, ce qui est, toutes proportions gardées, dérisoire. En France, toutes les centrales disposent de tels systèmes, et ce depuis… les années 1980 ! En effet, à la suite de l’accident de Three Mile Island, les autorités ont imposé de rajouter ces dispositifs sur tous les réacteurs français.

Alors, pourquoi Tepco, en plus de ne pas avoir pris suffisamment au sérieux les conséquences d’un tsunami – les groupes électrogènes de secours, parce que non protégés, ont été inondés par la vague du tsunami –, n’a pas investi dans de tels systèmes connus de tous les opérateurs mondiaux ? Est-ce dû au fait qu’il n’existe pas au Japon d’autorité de sûreté vraiment indépendante qui lui aurait imposé une telle mesure ? En effet, il faut savoir que c’était Tepco qui inspectait les sites de Tepco, avec tous les faux rapports d’inspection et les "arrangements" du fait de la confusion des rôles.

Ce long développement pour bien faire comprendre qu’il n’y a pas de fatalité. La sûreté, cela se construit, cela demande des moyens… et on apprend avec l’expérience. Mais il faut être clair et honnête : le risque nul n’existe pas pour autant, pas même avec des systèmes de sûreté les plus performants. On peut le réduire, et par exemple l’EPR [9] est un nouveau réacteur qui divise par dix ce risque par rapport aux réacteurs actuels, mais il ne le réduit pas à zéro. Il subsistera toujours une probabilité qu’un tel événement provoque une catastrophe, y compris en France. Mais comme nous venons de le voir, des catastrophes comparables peuvent avoir lieu dans d’autres secteurs, ce qui ne nous conduit pas pour autant à prôner la sortie de l’hydraulique, de la chimie etc : la bataille est ailleurs, dans l’entreprise, dans les organisations du travail, dans l’exigence de service public, etc…


[119 milliards de tep à produire en 2050, voir ma contribution au congrès : « Contre l’idéologie de la décroissance, pour un nouveau mode de développement et d’émancipation de toute l’humanité » A. Bellal

[3Cf. Wikipedia

[4Catastrophe industrielle survenu en Inde en 1984. Le décompte officiel fera état initialement de 3.598 morts, puis de 7.575 en octobre 1995. Les associations de victimes estiment à plus de 20.000 le nombre de décès causés par cet accident (http://www.bhopal.net).

[5Un « tribunal d’opinion pour juger les crimes du nucléaire civil » a bien été lancé sous une forme de pétition. Il n y a curieusement pas d’équivalent aussi extrême pour le charbon ou le secteur de la chimie.

[6F. L’Humanité du 15 août 2015.

[7Francis Sorin, « Cigéo : vers un stockage profond pour les déchets nucléaires de forte radioactivité », in Progressistes n°10, octobre-novembre-décembre 2015 (revue-progressistes.org).

[8Le filtre à sable est un dispositif de sûreté qui n’est utilisé qu’en situation accidentelle grave. Il permet de décomprimer l’enceinte tout en retenant l’essentiel des produits radioactifs.

[9EPR : réacteur pressurisé européen, (initialement European Pressurized Reactor, puis Evolutionary Power Reactor). Quatre réacteurs de type EPR sont en cours de construction dans le monde : un en Finlande, à Olkiluoto ; un en France, à Flamanville ; deux en Chine, à Taishan.

Messages

  • C’est tout à fait convaincant

  • Avez-vous remarqué que la sortie du nucléaire ne semble jamais concerner les US, là où siègent les mêmes organismes écolos qui nous demandent d’en sortir ?
    Oui à un nucléaire totalement PUBLIC et sécurisé (re - nationalisons EDF !), avec toute la recherche fondamentale et d’application qui va avec. Et arrêtons l’implantation juteuse et scandaleusement anarchique des éoliennes !

  • Je ne partage pas l’idée du tout ou rien. Je suis pour que l’on conserve de manière très ciblée le nucléaire civil avec toute la prudence que cela exige notamment en veillant à ce que le souci de rentabilité ne prévale pas sur la sécurité. Je pense indispensable cependant que nous développions nos recherches vers d’autres ressources énergiques : éoliennes, photovoltaïque, géothermie etc ... De tout un peu selon les situations géographiques, le climat, les ressources énergétiques liés à ces implantations. Je reste persuadée que c’est la seule réponse intelligente à nos problèmes actuels et futurs. La politique du tout ou rien n’a jamais permis de résoudre les problèmes dans le domaine énergétique. Bien sûr, il en va autrement en ce qui concerne le capitalisme et ses méfaits, là le rejet à 100 % s’impose. Alors place à la réflexion et l’action intelligente.

  • un argument de plus, que j’ai utilisé dans une intervention au conseil de métropole de Lyon.

    Il y a eu 20 000 morts du tsunami à Fukushima, et selon les antinucléaires, moins de 2000 morts dus à l’accident nucléaire qui a suivi... (sachant qu’il n’y a eu aucun mort direct, et que cette estimation tient compte de tous les impacts, y compris psychologiques, de l’accident, mêlant ainsi évidemment dans une grande confusion, impact du tsunami et de l’accident nucléaire)

    Autrement dit, en terme d’analyse de risque, en prenant les risques évalués par les anti-nucléaires, il est au moins dix fois moins dangereux d’habiter à coté d’une centrale nucléaire, qu’au bord d’une baie maritime ouverte sur une zone sismique...

    Avez-vous déja entendu un appel à vider la Guadeloupe, Marie-Galante... pour les risques les plus forts en France, ou même ... Monaco (risque 3 sur 4)...

    L’argument de la maitrise des risques est donc tout simplement ... totalement politicien.

  • Merci au camarade Bellal pour cette superbe synthèse.

    Concernant la sécurité industrielle et en particulier nucléaire, il est très important d’intégrer le facteur économique : la sécurité n’est pas qu’une affaire "de procédures techniques", le statut des personnels exposés aux risques est également essentiel (prévention santé, formation, ...). Ce qui implique de protéger ces procès industriels de la dictature financière (éradication de l’actionnariat).
    Ci dessous une réflexion qui participa de mes échanges avec quelques "éco-socialistes bêlants" de mon environnement immédiat.

    Extension du domaine de la (lutte) réflexion sur le développement des "énergies renouvelables".

    Comme tout être humain, je ne suis pas réductible au seul statut de consommateur. La couverture de mes besoins ne passe pas exclusivement par l’appropriation de biens matériels ou de services marchands.

    Une des caractéristiques les plus désagréables des deux décennies qui viennent de s’achever, apparaît au grand jour, en période hivernale :
    L’inexorable et profonde dégradation de nos Services Publics qui ont longtemps constitué un des fondements de la qualité de vie « alla francese » ou « french touch », comme vous préférez.

    Je ne m’étendrai pas sur le ridicule des justifications avancées par nos ministres, en 2011, suite au blocage des routes enneigées, pagaille des aéroports, désorganisation des chemins de fer ...
    Ces derniers incidents sont en parfaite continuité avec la baisse permanente du niveau de qualité et le renchérissement symétrique du coût de l’ensemble des services constituant l’ossature de nos besoins sociaux
    • transmissions, énergies, déplacements,
    • enseignement, recherche, santé tant sur le plan curatif que préventif,
    • urbanisme, logement, préservation du patrimoine tant culturel que naturel,
    • information, justice, sécurité publique,
    • assurance, banque, institutions politiques ...

    En son temps, la troisième République avait introduit le principe de « péréquation » (équivalent d’une mutualisation entre territoires) dans la gestion des services publics.
    La quatrième République a jeté les fondements des EPICS dont la gestion à caractère tripartite (état, personnel, usagers), s’appuyait sur des financements stables à caractère obligataire, dans un contexte national et démocratique qui n’avait pas encore abandonné le pouvoir régalien de "battre monnaie".
    Ce modèle a démontré la pertinence du concept de monopole intégré fédérant en réseaux « des hommes au service des hommes ».
    L’analyse des résultats, sur des critères non exclusivement financiers (telle la « productivité globale des facteurs » développée à EDF sous la direction de Marcel Boiteux) a permis, un temps, des prises de décisions fondées sur la mise en lumière tant des cohérences que des contradictions dans l’interaction des différents sous-systèmes productifs.

    Depuis 1989, le système marchand totalitaire nous est imposé, à l’échelle mondiale, par les promoteurs du libéralisme financier.
    Sur fond de « crise », on constate déjà dans plusieurs pays (et non des moindres, tels l’ex-URSS et les États Unis), un recul de l’espérance de vie.
    Cette évolution s’accompagne, comme dans les années 30 d’une montée inquiétante de manifestations d’intolérance ethnique et religieuse, avec, en corollaire institutionnel, une accentuation des processus de limitation et de contrôle de la personne par la puissance publique.

    Dans ce schéma, le modèle « consommateuriste » qui enferme l’individu dans un rapport de force régi par la loi des marchés, tend à le « segmenter » - à son détriment - en trois catégories :
    • le consommateur, sommé de « choisir » entre différentes « offres » oligopolistiques
    • le producteur, soumis au « marché de l’emploi »
    • le citoyen, soumis à la manipulation du système politico-médiatique.

    Je suis sûr que les écolo-libertaires, auront tout à gagner en ne se limitant pas à la déclinaison de ce dernier modèle. Une façon aussi de redonner un peu de cohérence au concept d’être humain, libre et responsable ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document