Retour à la vie, par Boris Litvinov

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 93%

Il n’est pas possible pour les communistes d’agir contre la guerre si on se contente de ce que les médias occidentaux nous disent. Ce témoignage d’un communiste ukrainien du Donbass est éclairant sur une situation au minimum beaucoup plus complexe que ce que nous dit l’OTAN et le président ukrainien. Des ukrainiens séparatistes du Donbass aident les habitants de Mouriapol à sortir et les accueillent dans la dignité...

pam

Un très beau texte du secrétaire du parti communiste de Donetsk à la rencontre des réfugiés de MARIOUPOL, qu’il décrit lui-même comme un enfer. Un monde sans oligarques et sans guerre est-il encore possible ? Pourquoi nous avoir abandonnés interrogent les réfugiés, et on s’explique… Certains gémissent mais le mal est dans leur cœur et leur tête parce qu’ils ne savent pas où sont les leurs. (Note de Danielle Bleitrach -traduction de Marianne Dunlop)

http://wpered.su/2022/03/23/vozvrashhenie-k-zhizni/

Le matin du 21 mars, j’ai embarqué deux correspondants de médias en ligne et j’ai quitté Donetsk, qui était sous le feu depuis presque une journée. Notre itinéraire se situait au sud de la DNR, dans le district de Novoazovsky, à l’endroit où les réfugiés fuyaient l’enfer de Marioupol. Deux heures et demie sur une route assez supportable, parallèle à la ligne de front, sont passées inaperçues. Mes passagers sont des personnes expérimentées. Malgré leur âge relativement jeune, ils ont travaillé dur pour la République populaire de Donetsk. Alexandre Matiouchine, 37 ans, commandant d’une unité de milice assez importante, se bat pour la République populaire depuis 2014. Il a vu la douleur des habitants déchirés par la guerre et a connu l’amertume des pertes de ses compagnons d’armes. Après une série de blessures, il a concentré sa force, son expérience et ses compétences sur le flanc informationnel de notre lutte. Dima Pavlenko, correspondant de l’agence de presse News-Front, a consacré les cinq dernières années de ses 30 ans à couvrir les événements les plus dramatiques survenus dans le pays de Donbass. Il a vu et entendu toutes sortes de choses…

Sur le rivage de la mer d’Azov se trouve l’ancienne station balnéaire de Bezymennoye. C’est ici que ceux qui ont réussi à s’échapper de Marioupol arrivent pour la première fois dans la DNR. Dès l’entrée du village, il y a un sentiment systématique de mouvement. Dans les rues, des habitants portant des brassards blancs dirigent les groupes de voitures vers une ruelle ou vers les rues voisines. Les maisons et les cours des habitants accueillent les réfugiés. Dans une cour, une famille, quelque part deux, et parfois trois familles. Habituellement, pendant la saison estivale, les vacanciers s’installent ainsi et c’est le gagne-pain des habitants. Mais maintenant, c’est une autre époque, nous devons sauver les habitants de Marioupol et l’argent est hors de question. Mais le principal flux de réfugiés arrivant se dirige vers l’école du village. Ils arrivent à pied, en voiture, ornées de rubans blancs et portant les inscriptions “Ne tirez pas” et “Enfants ! Des minibus marqués “Réfugiés. Novoazovsk” amènent des groupes de 15-18 personnes.

Le beau bâtiment de trois étages est plein de monde. Selon les responsables (enseignants), il y a au moins 550 personnes dans le bâtiment. Le hall est rempli de lits, avec le minimum d’affaires dessus. Ceux qui ont reçu une place commencent à s’installer. Une zone d’accueil pour l’enregistrement et le calcul des denrées alimentaires est également aménagée, ainsi qu’une salle où sont collectés les différents dons des résidents locaux et des organisations caritatives. Et bien sûr, la cantine scolaire de 96 places. La file d’attente à la cantine passe rapidement, les gens attendent humblement et sans faire d’histoires les sièges vides. À midi, il y avait de la soupe de pâtes avec du ragoût, du thé chaud et autant de pain que l’on voulait. Sur les tables des enfants, il y avait des pommes. Les habitants apportent des fruits de leurs propres stocks pour les enfants. J’ai interrogé les personnes assises aux tables sur la qualité de la nourriture, et elles ont répondu presque à l’unisson que la nourriture était très bonne, comme si elles avaient été dans un restaurant. Car terrés dans les sous-sols des maisons pendant 12, 15 ou même 20 jours, ils n’ont rien vu ni mangé de tel. Et le matin, on leur donnait aussi des céréales et la viande. Les plus âgés ont dit que le matin, ils avaient assez de porridge et de soupe pour le déjeuner, et que le principal était qu’on leur donne du pain. Nous sommes montés au deuxième étage de l’école. Les couloirs sont remplis de lits, sur lesquels des personnes âgées sont assises ou allongées. Pas de parents, où sont les enfants, ils ne savent pas, ni quoi faire par la suite – “ce que Dieu donnera et ce que les bonnes gens feront”. Mais il y a un calme sur leurs visages et même un léger sourire. Le chagrin a rapproché des gens inconnus hier encore. Et ils repensent à leurs parents, leurs vies, la façon dont ils sont sortis de la ville et ont rencontré des gens bien. Tandis qu’à Marioupol, les soldats ukrainiens ont dit que leur place était au cimetière. Il s’avère que le DNR n’allait pas encore les enterrer. Dans chaque classe, des matelas sont étalés sur le sol, avec des oreillers, des draps et des couvertures. Tous les lits sont propres. Il y a vingt à vingt-cinq places par classe. Les visages des gens sont pleins de concentration, chacun avec ses propres pensées, ses propres questions “insolubles”. Je me suis présenté comme l’un des organisateurs de la République populaire de Donetsk, responsable du référendum de 2014, premier secrétaire du parti communiste de la DNR. Une clameur s’est immédiatement élevée : j’ai participé au référendum, et moi, et moi aussi. Nous voulions vivre sans oligarques, dans un pays soviétique. Pourquoi nous avoir abandonnés en 2014 ? J’ai dû raconter pendant plus d’une heure notre vie au cours des 8 dernières années, ce que nous voulions et comment cela s’est passé, qui nous frappait avec des obus et des missiles pendant toutes ces années, qui nous a aidé à survivre et a défendu notre décision commune avec les résidents de Marioupol. Ils ont écouté attentivement, presque sans interrompre, ne posant que des questions précises. Et seulement vers la fin de mes explications, si timidement : mais on nous a dit que vous, les gens du DNR, suiviez les ordres de Moscou et allaient détruire tous ceux qui travaillaient pour l’Ukraine. Non, nous ne le croyions pas, mais c’est ce qu’ils disaient jour après jour. Et nous avons finalement réalisé que nous avions été trompés pendant toutes ces années lorsque l’offensive russe et de la DNR a commencé. Alexandre est entré dans la conversation :

Moi, ouvrier à Azovstal, j’ai été appelé d’urgence au travail le 25 février. Les gens se sont rassemblés dans l’atelier, probablement plus d’un millier. On nous a ordonné d’occuper les chambres en dessous de “0”. Nous sommes restés assis dans des couloirs et des tunnels de communication pendant 10 jours. Un minimum d’eau, des croûtes de pain rassis et quelques restes dans des bocaux. Le 10e jour, je suis sorti de l’atelier par le système de communication et j’ai rejoint mon propre quartier résidentiel à la faveur de l’obscurité. Il était impossible de marcher en groupe, vous seriez immédiatement sous le feu. Un homme à la fois pourrait y arriver. J’ai trouvé ma femme, ma fille et mes parents dans le sous-sol d’une maison. Une partie des appartements avait été brûlée et il y avait des trous dans les murs causés par les obus. Dans les appartements, il y avait des “défenseurs de l’Ukraine”, des tireurs d’élite sur le toit. Il y avait 35-40 personnes dans le sous-sol pendant plus de 2 semaines. La nourriture apportée des propre appartements est épuisée depuis longtemps. La situation de l’eau était encore plus difficile. Quand un calme relatif s’est installé, nous avons fait le tour des appartements et écopé l’eau des toilettes, des réservoirs et de bacs ; nous avons même réussi à trouver un aquarium quelque part. Nous avons cherché dans les réserves les restes de toute sorte de nourriture. Mais même cela était très peu. La chance est venue après quelques jours, il a neigé. Nous avons rempli de neige tous les réservoirs disponibles. Puis nous avons filtré l’eau fondue pendant 3 jours. Un jour, des “gardes” avec des mitrailleuses sont venus au sous-sol. Ils ont emmené ma femme et ma fille dans une pièce, m’ont donné deux grands récipients en plastique et m’ont dit : “Tu vas aller dans la zone d’habitation, il y a un puits là-bas, apporte de l’eau, et nous laisserons ta famille partir”. Beaucoup de gens devaient connaître ce puits, car des morts gisaient sur la route qui y mène ici et là. J’ai quand même amené ces deux jerrycans d’eau sous la mitraille. Je les ai tendus et j’ai dit : “Donne-m’en”. En guise de réponse, si tu en as besoin, vas-y et fais-toi plaisir. Les animaux. Et donc c’était le 20 mars. Un des habitants du sous-sol qui était revenu de la surface dit : Les Russes sont entrés, ils disent qu’ils tiennent la rue et que nous avons 20-30 minutes pour rejoindre les bus. Nous allons être évacués. Où vont-ils nous emmener, que vont-ils nous faire ? Ce ne sera pas pire que dans le sous-sol. Ma femme et ma fille ont pris le reste des vêtements, mon sac à dos, un sac léger, et se sont dirigées vers la sortie. J’ai commencé à aller chercher mes parents, et ils ont dit non, nous n’y arriverons pas. Sauve ta femme et ta fille. Soit nous mourrons ici sous les décombres, sûrement de faim, soit nos Russes viendront nous sauver. Mon cœur éclatait de douleur et de désespoir, mais la trêve se terminait. J’ai pris ma femme et ma fille, quelques autres personnes avec moi, et j’ai couru vers l’endroit indiqué par les Russes. Un bus rempli de 25 personnes est arrivé, et bientôt nous étions à Bezimenny. Que ma femme et ma fille soient évacuées plus loin, moi je veux attendre de pouvoir retourner à Marioupol et retrouver mes parents…

Au pied du mur de la salle de classe, un homme est assis, les bras autour de la tête, et gémit. Où avez-vous mal, je demande ? On appelle un médecin ? Tout fait mal, le cœur, l’âme, le cerveau…”… J’ai couru hors de la maison, j’étais devant, ma femme et mes deux enfants, un garçon et une fille, derrière moi. J’ai atteint le bus, j’ai sauté dedans, la porte s’est fermée et le bus est parti. Et j’ai perdu ma famille. J’ai cherché dans toute l’école, je ne les ai pas trouvés…”. J’ai expliqué où il pouvait aller pour faire vérifier les listes. Car il y avait plus d’un camp de réfugiés dans le district. S’ils ont fui vers les bus, nos soldats ne laisseront personne derrière. Ils les emmèneront tous. Il m’a semblé que l’espoir brillait dans les yeux et dans le ton du discours de cet homme affligé.

Les personnes présentes dans la classe entraient et sortaient pour vaquer à leurs occupations. Différentes personnes sont venues me dire à peu près la même chose. Des semaines passées dans des caves, une insalubrité terrible, l’absence de toute information sur ce qui se passait et sur l’avenir. Les exactions nazies, les humiliations, les nombreuses personnes tuées et non enterrées dans les rues et bien d’autres histoires d’horreur.

Au 3ème étage de l’école, les personnes évacuées ont raconté leurs histoires dramatiques et tragiques. Mais dans l’une des salles de classe, un mari, sa femme et une adolescente ont partagé leur douleur, que j’ai écoutée avec une peine infinie.

Le père, le chef de famille, avait trouvé dans un appartement un paquet de semoule, un quart de bouteille de vieille huile de cuisson et une boîte de conserve. Avec de l’eau provenant des citernes des toilettes, il a réussi à remplir une grande casserole. Mais la seule façon de faire cuire quelque chose était sur le feu près de la sortie de la cave. Ils ont fait un feu avec les restes d’un banc. Il y avait une pénurie de bois. Laissant le fils de 16 ans près du feu et la casserole d’eau, il a commencé à faire le tour des appartements à la recherche de chaises en bois pour le feu. Les “Azov” se sont engouffrés dans la cour, ont installé un mortier et ont tiré plusieurs coups de feu. Mon fils, Vassili, s’est réfugié dans la cave pendant les tirs. Mais les “hommes d’Azov” se sont rapidement retournés et ont commencé à changer de position. Vassili entretenait le feu, le bois s’épuisait. Et à ce moment-là, un obus ou une mine a volé dans la cour. Il sort en courant et l’homme continue sa triste histoire – les explosions sont partout, les armes légères tirent, et Vasilek est allongé près du feu éteint, la casserole est renversée et la moitié de son crâne est manquante. Les cris et les larmes de sa femme, de sa fille et de ses voisins de sous-sol ont noyé les déchirures et les coups de feu à l’extérieur. Les bombardements ont continué dans la matinée. Vers midi, des soldats portant un brassard rouge et un badge “Z” sur leur manche sont arrivés. Ils ont rapidement commencé à les faire sortir de la ville en longeant les murs des maisons, par les ruelles qu’ils connaissaient. Et Vasilek est resté allongé dans la cour. Mais il n’était pas seul sur place, les morts, civils et militaires, n’avaient pas été retirés de la rue depuis des semaines. Et où et comment s’enterrer quand les coups de feu fusent de partout. Ayant terminé son histoire, ni le narrateur, ni sa femme, ni leur fille ne se mirent à pleurer, comme on aurait pensé. Ils n’avaient probablement plus la force de souffrir. L’épouse a seulement ajouté : …nous comprenons que c’est la guerre, et dans la guerre nous avons tous notre propre chagrin. Nous allons continuer à vivre.

Lorsque nous avons quitté le centre d’hébergement temporaire, nous nous sommes renseignés sur les besoins des réfugiés. Les responsables du centre ont déclaré que l’administration du district de Novoazovsky avait fourni suffisamment de pain. La nourriture est partagée par l’armée, et est apportée par des organisations religieuses, des fondations caritatives et de simples citoyens. Pour l’instant, il y a de la nourriture disponible pour 5 à 7 jours. Ils ont surtout besoin de pâtes, de viande en ragoût, de sucre, de thé, de savon et de détergents, d’aliments pour bébés de différents âges, de couches pour bébés et adultes, et de médicaments contre le rhume, les plus courants que l’on trouve dans les trousses à pharmacie des ménages.

Le deuxième centre d’hébergement temporaire est situé à l’entrée de Bezymennoye en direction de Marioupol. Les réfugiés arrivent ici dans leur voiture, s’ils sont encore en vie et ont quelques litres d’essence. Il y a une file d’attente d’au moins 100 voitures à l’entrée. Des soldats de la milice populaire de la République populaire de Donetsk inspectent soigneusement les voitures et leurs passagers. La vigilance en la matière n’a pas de prix. Il n’est pas rare que divers éléments criminels, y compris des nazis purs jus, tentent d’infiltrer le territoire de la république, puis de la Russie. Après la fouille, les réfugiés se retrouvent dans un camp de tentes assez grand, d’une capacité de 500 personnes. Le comportement des militaires de la République populaire de Donetsk et des officiers de l’EMERCOM de la région voisine de Rostov est remarquable. Leur travail précis et bien coordonné, leur grand sang-froid, leur correction, leur patience et leur amabilité envers les réfugiés inspirent confiance et contrebalancent le stress de ceux qui arrivent de Mariupol.

Trois cuisines de campagne fournissent du porridge chaud et du thé à toutes les personnes inscrites. Après de nombreux jours de faim, les gens ne se lassent pas de remercier les autorités locales et la Russie pour cette attention. Et pourtant, pendant de nombreux mois et années, ils se sont forgés une image complètement différente du Donetsk et des Russes. L’ancienne génération ne faisait pas confiance à la propagande, mais la jeune génération a subi un lavage de cerveau complet. Un jeune garçon, Nicolas, âgé de 15 ans, ayant reçu une portion de nourriture à l’odeur délicieuse et engageant la conversation, argumente de manière mature : … à l’école, on nous a beaucoup parlé des Russes perfides, à la télévision, on nous a montré comment les Russes et les “séparatistes” détruisaient les Ukrainiens. En classe, beaucoup ont partagé leurs connaissances sur les Russes sanguinaires et maléfiques. Mais j’ai toujours remis en question ce qu’on nous disait. Et ma famille était du même avis – ils mentaient à la télé. Mais il n’était pas acceptable d’exprimer des doutes en compagnie, vous pouviez être pris entre deux feux, ou ils pouvaient même venir voir mes parents et me “réprimander” pour ma mauvaise éducation. Et ce serait dangereux. Mais ici, dit Nicolas, cela fait trois jours que j’écoute la radio. Mes yeux s’ouvrent sur beaucoup de choses, je trouve la confirmation de mes doutes antérieurs. Et puis une question… serai-je accepté pour étudier, quelle langue puis-je étudier à l’école, et ceux qui ont étudié en Ukraine peuvent-ils aller à l’université ensuite ? Satisfaisant l’intérêt de Nicolas, j’ai expliqué que les études se font en russe, et qu’elles le conduiront à l’université s’il a les connaissances appropriées. Mais il faudra travailler dur. Surtout dans les matières littéraires. Eh bien, s’il y a des enseignants gentils, et s’ils ne m’humilient pas, j’essaierai de me débrouiller avec les nouveaux programmes, conclut Nicolas. En me promenant dans les tentes, en parlant aux réfugiés, j’ai dû écouter longuement les opinions et les impressions d’anciens citoyens ukrainiens qui entament une nouvelle vie. Des dizaines de personnes avec lesquelles j’ai dû parler pendant quatre heures ont raconté pratiquement la même histoire. Pendant huit ans, on leur a menti au sujet de la DNR, de la Russie, de l’Europe et des États-Unis. Et lorsqu’ils ont été confrontés à des problèmes, ils ont réalisé qui était vraiment un ami et un frère et qui était un bâtard, un menteur et ensuite des épithètes de blasphème. Oui, en effet, comme on dit, on connaît les amis dans le malheur !

Dans l’une des tentes, après avoir discuté en détail de la situation avec deux jeunes femmes et un homme d’âge moyen, après avoir satisfait par mes réponses leurs nombreuses questions, mon attention a été attirée par une jeune fille fragile et jolie, presque une enfant. Elle écoutait attentivement la conversation entre les adultes et se rapprochait de plus en plus de nous. L’invitant à nous rejoindre, j’entame la conversation. Quel est ton nom ? Violetta. Quel âge as-tu ? Elle répond 16. Elle semble plus avoir 13 ans. Où as-tu été à l’école, que veux-tu faire ? Il s’avère que Violetta a terminé le collège l’an passé et est entrée dans une école professionnelle. Ses parents, qui sont métallurgistes, l’ont conseillée dans le choix de son école et de sa profession. “Je rêvais de devenir opérateur de laminoir dans un atelier de crémaillère. J’aime le métal chaud. Dans notre groupe, il y avait 19 garçons et 6 filles. Après l’université, je pourrais travailler et ensuite aller dans un institut métallurgique. Je rêvais de travailler à l’usine sidérurgique Ilyich”. N’est-ce pas une profession difficile pour une fille, je demande ? Si, répond Violetta, mais il est respectable, avec un bon salaire et une bonne pension. Oui, elle a 16 ans, et elle parle déjà de la retraite, ai-je pensé. Mais Violetta parle librement, avec confiance, et comprend ce qu’elle veut. Cependant, elle a étudié seulement un semestre. Une jeune femme se joint à la conversation. “Violetta est orpheline, ses parents sont morts il y a 10 ans. Je suis sa tante et j’élève Violetta dans ma famille. Mais alors Violetta déclare fermement, “non pas ma tante, mais ma mère”. Tout le monde est d’accord, bien sûr maman. Le papa, debout à côté d’elle, poursuit la conversation. La Russie est un grand pays… Et si nous nous retrouvions dans un endroit où il n’y a pas de métallurgie ? “Et si ce n’est pas la métallurgie, qu’est-ce que tu aimerais faire, je demande à Violetta ?” “J’aime dessiner, peut-être j’essayerai d’entrer en école d’art. Alors j’ai suggéré, voici mon carnet, tu peux dessiner ce que tu ressens maintenant. Ainsi nous parlions avec les habitants d’une tente de l’avenir, des pensions que l’Ukraine ne paiera plus, et de la manière dont les retraités devraient vivre ? Sur les prix des denrées alimentaires, les tarifs des services publics… En général, sur tout ce qui peut intéresser une personne entrant dans une nouvelle vie. Violetta a terminé son dessin et a expliqué que le soleil levant et les oiseaux dans le ciel sont les rêves d’une vie heureuse. Et l’arbre robuste qui commence à prendre vie au printemps, c’est une nouvelle vie avec une famille solide. J’ai donné mes coordonnées à Violetta et lui ai demandé de me faire savoir où ils se trouvent lorsque les choses se seront arrangées. Paix et bonheur à toi Violetta. Patience, courage et succès à tous ceux pour qui une nouvelle vie dans une famille de nations fraternelles commence.

Ce que mes compagnons et moi-même avons entendu et vu au cours de ce voyage a touché mon cœur. Une personne normale ne peut s’habituer à la souffrance et au chagrin humains. Il s’inquiétera, il aura de la compassion, mais il trouvera les mots justes pour maintenir l’envie de vivre et d’avancer dans la vie, pour surmonter toutes les difficultés. Sinon, il n’y aura pas de vie en soi.

Sur le chemin du retour, nous nous sommes rendus à l’administration du district de Novoazovsk. Le chef adjoint de l’administration Bohdan Perepekai a rapidement résolu certaines questions, transmises par mon intermédiaire à l’administration du district. Le travail d’accueil des réfugiés se poursuit 24 heures sur 24 – dit Bogdan. Toutes les écoles du district ont été transformées en centres d’hébergement temporaire. Près de 6 000 personnes sont déjà arrivées dans le district. Nous en attendons au moins 60 000 de plus. C’est plus de deux fois plus que la population de l’ensemble du district. La pression sur tous les services du district est énorme. Les besoins, notamment en nourriture, augmentent rapidement. L’espoir réside dans le siège central républicain pour l’accueil des réfugiés, dans la charité de la population et des organisations, et bien sûr la Russie. Ensemble, nous relèverons le défi du temps.

Un grand monument jaune rutilant à la gloire de Lénine, restauré en 2015 par les communistes du district, avec l’aide la plus active du Parti communiste, rencontre et accueille tous ceux qui se tournent vers l’administration du district. Et si ici, dans le pays de Donetsk, la mémoire de Lénine est vivante, son image est dans l’esprit et le cœur, alors la manière de résoudre les énormes problèmes doit être léniniste, soviétique, socialiste ! Il n’y a pas d’autre moyen.

Premier secrétaire du comité central du parti communiste de la DNR
Boris Litvinov

Voir en ligne : sur le site histoireetsocieté de Danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation