Seule la voie de la négociation peut résoudre la crise Communiqué de presse du Parti communiste allemand (DKP)

, popularité : 91%

A propos de la reconnaissance par la Russie des deux républiques populaires du Donbass et des accords conclus avec la Fédération de Russie, Patrik Köbele, président du Parti communiste allemand (DKP), déclare :

“Indépendamment de l’évaluation concrète de la démarche actuelle du gouvernement de la Fédération de Russie et des gouvernements des deux républiques populaires, il ne faut pas oublier que la situation actuelle a quatre causes essentielles.

Premièrement, la tentative d’intégrer l’Ukraine à l’UE et à l’OTAN dans le cadre de l’élargissement à l’Est de l’OTAN, qui se fait de manière agressive et en violation de la parole donnée.

Deuxièmement, le coup d’État impliquant des forces fascistes et avec l’assentiment de l’OTAN, de l’UE et de l’Allemagne, lorsque ce processus menaçait d’échouer.

Troisièmement, la guerre (civile) que le gouvernement ukrainien mène depuis huit ans contre les habitants du Donbass lorsque ceux-ci ont renoncé à ce choix.

Et quatrièmement, le boycott des accords de Minsk par l’Ukraine depuis maintenant sept ans.

Ces points sont également à l’origine du fait que le conflit risque de se transformer en un incendie généralisé. C’est d’autant plus vrai que les États-Unis, en plus d’une orientation commune contre la Russie, sont également intéressés à lier les forces de l’UE, de l’Allemagne et de la France dans un conflit à long terme.

Il est compréhensible que les habitants du Donbass saluent les mesures prises par le gouvernement russe. Elles leur donnent l’espoir que les activités belliqueuses de l’Ukraine contre eux, activement soutenues par l’OTAN et les Etats-Unis depuis des années, prendront fin et que le contenu qu’ils ont décidé avec les référendums de 2014 sera mis en œuvre.

A ce stade, le DKP déclare également sa solidarité avec les partis communistes de Russie, d’Ukraine et du Donbass, dont la lutte contre l’agression de l’OTAN, de l’UE et de l’Ukraine est exemplaire. Leur lutte démasque également les déclarations erronées du président Poutine concernant l’histoire de l’Union soviétique.

Il est clair pour nous qu’un désamorçage de la situation actuelle ne peut se faire que par des négociations. Une condition essentielle à cela est que le gouvernement ukrainien renonce à son refus de négocier d’égal à égal avec le Donbass et que ses partenaires occidentaux, ainsi que l’UE et l’OTAN, cessent d’accompagner, de promouvoir et d’encourager cette politique de boycott.

C’est pourquoi nous demandons au gouvernement fédéral de s’opposer à une politique de sanctions contre la Fédération de Russie et les habitants du Donbass et de faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle entame des négociations d’égal à égal avec les républiques populaires du Donbass. Cela signifie également : pas de soutien politique, financier et militaire au régime de Kiev !

De telles négociations avec les républiques étaient également l’objectif de Minsk II. Dans cette mesure, le format de Minsk II peut également servir de modèle pour les négociations nécessaires aujourd’hui. Seule la voie de la négociation peut résoudre la crise.

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation