Impasse Un billet de Christian Harquel de l’Hérault !

, par  Christian Harquel , popularité : 47%

On ne voit plus très bien quel candidat de la gauche antigouvernementale le PCF pourrait choisir comme candidat en novembre.

Les frondeurs lui ont fait faux bond. Ils partent comme il fallait s’y attendre rejoindre la primaire socialiste.

Jean-Luc Mélenchon vient de faire savoir qu’il tournait la page du Front de Gauche. Il s’estime « débarrassé des parallèles à propos de l’alliance avec le parti communiste qui semble avoir couté si cher à Podemos ». Le parti communiste est donc devenu un boulet à ses ambitions présidentielles. Les communistes apprécieront. Jean-Luc Mélenchon semble effectivement avoir beaucoup appris de Mitterrand.

Voilà donc notre direction bien embêtée. Ses choix stratégiques l’ont conduit dans une impasse. Si nous ne voulons pas boire le calice jusqu’à la lie, il ne reste plus qu’à convoquer le plus vite possible la conférence nationale prévue à la fin de l’année.

Prenons en acte : l’élection présidentielle de 2017 ne mènera à rien d’autre qu’à l’aggravation des politiques dites néolibérales en cours. Les institutions sont faites pour ça. Il faut dire la vérité aux gens et ne pas créer à nouveau des illusions.

Appuyons-nous sur le mouvement contre la loi El Khomri. On commence à comprendre à qui on a à faire. Le capitalisme mondialisé a mis la main sur les États. Il a verrouillé les institutions et ne tient aucun compte des votes des peuples. Si on le laisse faire, il nous mènera à la catastrophe. Mais l’affronter ne va pas être une promenade de santé. Plus tôt le peuple comprendra ça, plus nombreux et plus organisés nous serons, plus vite nous serons en mesure d’avoir à décider nous-mêmes de notre avenir. Le parti communiste et ses militants peuvent y contribuer.

Dans ces conditions une candidature communiste à la présidentielle trouverait tout son sens.

Voir en ligne : Sur le blog de la section de Béziers Ouest

Brèves Toutes les brèves

Navigation