Xinjiang : un témoignage exclusif sur le soi-disant travail forcé !

, popularité : 90%

WU Qiner

Cet universitaire taïwanais a étudié le Xinjiang pendant plus de 20 ans et a ri en entendant le mensonge des États-Unis. Le Taïwanais Dr Wu Qiner (吳啟訥) est chercheur à l’Academia Sinica, la plus haute institution d’enseignement et de recherche universitaires de Taïwan. Il a construit sa carrière sur les études ouïgoures. Il parle la langue ouïgoure et se rend plusieurs fois par an dans les communautés ouïgoures du Xinjiang. Voici la transcription d’une interview publiée le 2 avril 2021 en chinois.

Wang Yu, journaliste de Shenzhen TV & Direct News : Pourquoi l’affirmation concoctée par les forces antichinoises de l’Occident, en premier lieu les États-Unis, selon laquelle il y aurait du "travail forcé" au Xinjiang est-elle ridicule ?

WU QINER : Parce qu’ils ne connaissent pas du tout la situation au Xinjiang. Le fait est qu’il y a un problème de sous-emploi en Chine, surtout pour le Xinjiang, où le problème de sous-emploi est encore plus prononcé et où les paysans ont tous besoin de trouver des opportunités d’emploi. Dans le Xinjiang en particulier, ils doivent trouver un produit qu’ils peuvent vendre et qu’ils savent cultiver, ce qui n’est pas facile.

Ils aimeraient pouvoir cultiver du coton et le garder en bon état en le récoltant à la main. Ainsi, même avec la récolte manuelle, la plupart des personnes qui vont récolter sont principalement des agriculteurs chinois Han, parce qu’en fait, les agriculteurs chinois Han sont un peu moins exigeants que les agriculteurs ouïgours en termes de salaire, en particulier dans les quatre provinces que j’ai mentionnées, Gansu, Qinghai, Henan et Sichuan, et pour eux, la récolte manuelle est une très bonne occasion de gagner plus qu’environ six mois de frais de subsistance. Deux mois de récolte équivalent à plus de six mois, voire sept ou huit mois, de travail à la campagne. C’est une opportunité qui leur est tombée du ciel. Dans ce cas, il est difficile d’imaginer qu’ils seront "forcés" d’aller au Xinjiang pour cueillir du coton de manière "escortée". Je dirais que ce n’est pas rentable pour le gouvernement, sans parler du manque de main-d’œuvre au Xinjiang même. Bien que le Xinjiang n’ait pas une population importante dans son ensemble, il s’agit d’une très grande région, comparée à Taïwan, c’est 45 Taïwan, ou à l’Europe, c’est presque l’équivalent de trois France. Avec un territoire aussi vaste, il est très difficile de concentrer ses effectifs en un seul endroit.

En fait, je suis entré en contact avec l’industrie du coton du Xinjiang il y a une vingtaine d’années. À l’époque, en raison des problèmes de marché et de la pénurie de main-d’œuvre, le coton pourrissait souvent dans les champs de coton. Plus tard, une fois le marché monté, la récolte du coton est devenue une chose très recherchée. Étant donné la densité relativement faible de la population du Xinjiang, il n’était pas rare que les agriculteurs chinois Han soient engagés dans des travaux saisonniers, et il n’est tout simplement pas logique que le peuple ouïgour soit tenu d’effectuer ce que l’on appelle le "travail forcé" à la place.

Les questions relatives aux droits de l’homme dont les États-Unis et l’Occident accusent la Chine, en totale contradiction avec la situation réelle, sont bien sûr une plaisanterie de ce point de vue, et le fait qu’un pays doté de solides capacités en matière de renseignement et de recherche universitaire fasse une telle plaisanterie nous amène à nous interroger sur ses capacités étatiques et ses normes universitaires.

Wang Yu : Plus précisément, comment les forces occidentales antichinoises, menées par les États-Unis, imaginent-elles que le peuple ouïgour du Xinjiang est soumis au "travail forcé" ? Pourquoi ont-ils cette imagination bizarre ?

WU QINER : Selon eux, le coton du Xinjiang ne serait pas d’aussi bonne qualité s’il était récolté par des machines, et il y aurait beaucoup de feuilles mélangées avec lui, donc il doit être cueilli à la main pour avoir un bon standard.
Cela renvoie alors à la façon dont ils ont imaginé le Xinjiang.

Premièrement, ils s’imaginaient que le Xinjiang était composé d’un seul groupe ethnique, les Ouïghours, et ils ne pouvaient pas imaginer que le Xinjiang était multiethnique, avec presque 60 % de sa population composée de groupes ethniques autres que les Ouïghours.

Deuxièmement, ils n’arrivaient pas à ’imaginer que ce travail collectif à grande échelle était une tradition culturelle du peuple chinois, c’est-à-dire que le travail acharné était considéré comme une vertu. La recherche de la richesse n’appartient pas seulement au gouvernement ; chaque citoyen a le droit de la rechercher.

L’Occident, quant à lui, imagine que "fabriquer autant de choses à la fois doit aller à l’encontre des souhaits de ce groupe minoritaire". Ils pensent que les minorités doivent être paresseuses et qu’elles devraient avoir le "droit d’être paresseuses". C’est ce qui s’est passé aux États-Unis, au Canada, dans les colonies européennes d’Afrique et d’Amérique latine. Il existe donc un faux stéréotype selon lequel les minorités sont “paresseuses”, qu’elles choisissent d’être heureuses et de "profiter de la vie", et que lorsqu’elles acceptent un travail de plus haute densité, "cela doit être en vertu d’une sorte de politique". Parce que leur propre expérience historique est telle, ils n’ont pas d’autre façon d’imaginer le Xinjiang.

Troisièmement, ils ont imaginé les relations communautaires au Xinjiang en fonction de leur propre expérience historique. Ils considèrent les minorités comme vulnérables et n’ont aucun moyen d’imaginer que la politique ethnique de la Chine les favorise.
Quatrièmement, la Chine chérit la "beauté" de ses minorités. Les pays d’Europe et d’Amérique du Nord, en revanche, sont complètement différents : ils considèrent les groupes minoritaires comme des êtres esthétiquement "handicapés". Par exemple, Trudeau, l’actuel Premier ministre du Canada, avait l’habitude de se peindre la peau en noir lorsqu’il était jeune, imitant ainsi les Noirs, en fait, de manière moqueuse. La discrimination culturelle à l’encontre des minorités n’existe pas en Chine, mais ils imaginent que c’est ainsi que les droits politiques, économiques et culturels des minorités sont supprimés en Chine. Mais la situation réelle est à l’opposé de ce qu’ils décrivent.

Observateur : Pouvez-vous nous dire lesquelles de vos descriptions sont inacceptables pour les internautes [taïwanais] ?

WU QINER : J’ai mentionné que les descriptions populaires de la "détention massive au Xinjiang" dans les médias aux États-Unis et dans d’autres pays manquaient de sources et de preuves fiables.

Les "camps de rééducation" présentés dans ce documentaire australien sont simplement des images du Xinjiang que l’on peut trouver sur Internet, montées et reconstruites pour alterner entre de vraies écoles et de vraies prisons, donnant au spectateur l’impression que c’est ce à quoi ressemblent réellement les "camps de rééducation". En outre, aucun des "témoins" interrogés dans le documentaire n’était un témoin oculaire, mais relayait plutôt les propos d’amis et d’"amis d’amis".
Cette attitude n’est manifestement pas conforme aux règles élémentaires du journalisme professionnel et de l’éthique journalistique et, d’un point de vue professionnel, elle est beaucoup moins crédible.
J’ai aussi dit que les documentaires peuvent avoir leur propre position politique, mais qu’ils doivent avoir des preuves ; ils peuvent aussi interpréter les preuves différemment, mais ils ne peuvent pas les fabriquer. En conséquence, un certain nombre d’internautes ont pensé que les “camps de concentration” et les "camps de rééducation" du Xinjiang étaient des propos tenus par des Américains et des Australiens et qu’ils ne pourraient jamais être faux, et qu’en remettant le documentaire en question de cette manière, je défendais la “dictature”. En remettant en cause le documentaire, je défends la “dictature”.

Dans l’interview, j’ai parlé du contexte de la création des centres d’enseignement et de formation professionnels et des détails du programme des centres d’enseignement et de formation professionnels, mais les internautes n’ont manifestement pas voulu comprendre le sens de tout cela, ni être intéressés par la vérification des faits, et ont directement défini ces descriptions de ma part comme "justifiant les atrocités chinoises". Comme vous le savez, dans l’environnement politique de Taïwan, c’est une accusation très grave.

J’ai également mentionné dans l’interview que la stratégie à long terme des États-Unis et de certains autres pays occidentaux consiste à contenir la Chine, et que derrière cette stratégie se cache un système vaste et complexe de confinement, comprenant des niveaux militaires et économiques, ainsi que des niveaux culturels et de propagande. Dans cette partie de la propagande culturelle, le soutien des services de renseignement est nécessaire, mais plus encore celui de la recherche universitaire approfondie.

Pendant la guerre froide, les études chinoises aux États-Unis, y compris les études sur le Xinjiang, ont surpassé celles de la Chine de l’époque à de nombreux égards, qu’il s’agisse des traditions de recherche, des ressources de recherche ou de l’apport des élites. Les États-Unis et les autres pays occidentaux de l’époque se sont appuyés sur ces études pour formuler leur politique à l’égard de la Chine, et la qualité de leurs décisions était relativement bonne.

Après la fin de la guerre froide, et surtout au cours de la dernière décennie, avec la croissance de l’économie chinoise, la tendance à l’accélération de la mondialisation et l’essor du cybermonde, l’inquiétude des États-Unis et de certains pays occidentaux a fortement augmenté et ils ont accru leurs investissements dans le travail de renseignement et la recherche universitaire connexe, mais la qualité du renseignement obtenu et la qualité de la recherche universitaire connexe ont diminué en raison de leur soif de réussite.

En termes de sources de renseignements, je pense que la communauté chinoise d’outre-mer devrait savoir que depuis les années 1980, il existe une industrie de l’immigration aux États-Unis, au Canada et en Australie, que l’on peut appeler la "chaîne de l’asile politique", dans laquelle des avocats aident les Chinois qui n’ont pas le statut de résident local en leur fournissant une filière pour demander la résidence permanente. Avant le début du 21e siècle, c’était principalement au nom du planning familial, où les gens étaient punis pour avoir des naissances excessives en Chine, et au cours des 10 dernières années, il s’agissait de la persécution des minorités ethniques.

Certains de ceux qui ont quitté le continent ont été remarqués par certaines agences de renseignement du pays pour fournir des informations qu’ils connaissaient, mais avec le temps, leur stock s’est épuisé et ils ont dû deviner ce que les agences de renseignement voulaient et aller dans les médias et sur Internet pour trouver des “preuves”. La plupart de ces personnes fournissent également des informations sur la Chine aux médias, le plus souvent en fonction des préférences de ces derniers, sans qu’il soit possible de vérifier l’exactitude de ces informations.

Les communautés chinoises des États-Unis, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande sont bien conscientes de cette industrie, tandis que leurs gouvernements s’efforcent de vérifier l’authenticité des cas d’asile politique, tout en se délectant des ressources politiques qu’ils recèlent. La population de Taïwan est largement ignorante et indifférente à ce sujet, et lorsqu’elle entend les cercles politiques et les médias européens et américains dire qu’ils disposent de "preuves tangibles" fournies par des universitaires et des témoins, elle pense qu’il n’y a pas lieu de douter. L’instinct naturel est de penser que je dis n’importe quoi et que je justifie la “dictature”.

Observateur : Si vous êtes interviewé par les médias taïwanais sur cette question du Xinjiang à l’avenir, continuerez-vous à l’expliquer au public de cette manière ?

WU QINER : Je fais de l’histoire, et je pense que la poursuite de la vérité et l’insistance sur celle-ci est une exigence fondamentale de la recherche historique. Mais je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de médias taïwanais qui oseront m’interviewer, car les médias taïwanais sont soumis à une forte pression en ce moment. Il y avait autrefois certains médias désireux d’apprendre la vérité, mais ils sont soit soumis à une énorme pression politique, soit en train de plaisanter sur leur propre avenir. Par exemple, la Commission des communications de Taiwan a annulé la licence de Zhongtian News Channel à la fin de l’année dernière.

En 2001, Trudeau était professeur d’art dramatique dans une école secondaire privée de Vancouver. Il s’est déguisé en Aladin, personnage des “Mille et une nuits”, pour un événement intitulé “Mille et une nuits”.

Wang Yu : Pourquoi les forces antichinoises utilisent-elles fréquemment le Xinjiang comme point d’attaque ? Pourquoi ont-ils choisi de boycotter le coton du Xinjiang plutôt que d’autres industries du Xinjiang ?

WU QINER : Je pense que c’est le choix du Xinjiang qui est au centre des préoccupations, tout d’abord, parce que le choix du Xinjiang impliquerait un point d’entrée dans la politique chinoise. En fait, depuis le milieu du 19e siècle, c’est la stratégie commune des puissances occidentales lorsqu’elles sont arrivées en Asie, car elles ont découvert que la Chine était une entité très vaste avec une très longue histoire, et que sous cette histoire se cachait une valeur fondamentale, notamment la valeur du pluralisme et de la tolérance dans le confucianisme, qu’il leur était très difficile de subvertir.

Ils ont constaté que l’une des plus grandes faiblesses de la Chine résidait dans son pluralisme, car il existait de nombreux groupes de Chinois non han aux frontières, qui étaient éloignés du noyau politique de la Chine et souvent difficiles à atteindre. Il leur a ensuite été très facile de morceler ces régions et leurs populations, qui sont restées culturellement diverses. Nous voyons donc qu’historiquement, la Russie, la Grande-Bretagne et plus tard les États-Unis sont tous intervenus et l’ont utilisé comme point d’entrée pour briser la dynastie Qing et plus tard la République de Chine ; dans le même temps, la Mongolie intérieure, la Chine du Nord-Est et le Tibet sont tous devenus des points d’entrée pour la Russie, le Japon et la Grande-Bretagne pour briser la Chine, et je pense que c’était la norme.
Cependant, cette tendance est à nouveau reprise et utilisée par l’Occident au XXIe siècle.

Ajoutez à cela le fait que l’emplacement du Xinjiang est une partie insurmontable du développement stratégique global de la Chine dans l’espace physique – la “Ceinture et la Route”. La ceinture économique de la route de la soie et la route maritime de la soie du XXIe siècle doivent toutes deux passer par le Xinjiang pour rejoindre le Pakistan et, de là, l’océan Indien ; il s’agit donc d’une entité spatiale. En d’autres termes, si la Chine veut sortir de son confinement en Asie orientale et se connecter au monde par l’intermédiaire de l’Asie centrale, le Xinjiang est la voie à suivre.

Quant à savoir pourquoi le coton, c’est la deuxième étape. L’Occident panique après que le coton du Xinjiang, qui représente une augmentation considérable de l’industrie textile chinoise, soit devenu une présence incontournable pour l’ensemble de l’industrie mondiale du coton. La qualité croissante du coton du Xinjiang, la qualité croissante des textiles produits en Chine et la demande croissante de coton du Xinjiang de la part des principales organisations mondiales du secteur du textile et de l’habillement ont conduit la Chine à commencer progressivement à avoir un pouvoir de fixation des prix sur le coton. En d’autres termes, le monde doit se tourner vers l’industrie chinoise du coton. Cette situation, si vous allez sévir sur l’industrie du coton du Xinjiang, d’un point de vue à court terme, il s’agit d’un coup porté à l’industrie textile du coton dans le Xinjiang ; plus généralement, c’est un coup dur à l’ensemble de l’industrie textile chinoise ; et en fin de compte, le coup est dirigé contre l’ensemble de l’économie et de l’industrie chinoise dont la grande direction stratégique est dirigée vers l’ouest. Bien sûr, il s’agit d’une piste dans leur imagination, mais sa réalisation dépend de la réaction de la Chine et de celle du marché mondial, dont une partie n’est pas entièrement sous le contrôle de la politique occidentale.

Wang Yu : Parlez-nous de votre expérience d’étude du Xinjiang ?

WU QINER : Je me suis rendu au Xinjiang à de nombreuses reprises, et j’ai été dans les parties nord et sud du Xinjiang, dans différents comtés et villes, et dans des endroits où vivent différents groupes ethniques à de nombreuses reprises. J’ai commencé mes recherches sur l’histoire moderne du Xinjiang dans les années 1990, de la dynastie Qing à la période de la République de Chine, puis de la période de la République de Chine à la République populaire de Chine. J’ai effectué ce type de recherche sur des périodes qui n’étaient pas disponibles dans le monde à l’époque, en me fondant sur la nécessité de comprendre non seulement le passé du Xinjiang, mais aussi de saisir la situation actuelle dans le Xinjiang, afin de pouvoir retourner poser des questions historiques et répondre à des phénomènes que l’histoire ne pouvait expliquer.

J’ai donc eu des contacts plus approfondis avec le Xinjiang et j’y suis personnellement très attaché. Je pense que le Xinjiang n’est pas seulement l’une des plus grandes régions provinciales de Chine, c’est aussi l’une des plus belles régions de Chine, pas seulement la plus belle de Chine, mais je pense qu’il n’y a pas beaucoup de régions en Eurasie qui sont aussi belles que le Xinjiang. En outre, j’aime beaucoup les habitants du Xinjiang, notamment les Ouïgours, les Kazakhs et les autres Mongols, Hebs et Dawols, qui sont très charmants. Parmi eux, les Ouïghours, qui ont la plus grande population, je pense qu’ils sont très naïfs, romantiques, hospitaliers, de plus en plus travailleurs, et tellement polyvalents et talentueux en langues, que je n’ai pratiquement aucune barrière avec eux, et nous nous entendons bien et devenons de très bons amis.

Wang Yu : Comment voyez-vous les forces antichinoises de l’Occident, représentées par les États-Unis, qui portent constamment atteinte aux intérêts vitaux du peuple ouïgour sous le couvert des "droits de l’homme" ?

WU QINER : Nous pouvons être ignorants si nous interprétons l’Occident d’un point de vue positif ; mais en fait, ils sont hypocrites car ils privent en réalité les travailleurs ouïghours de leurs droits et intérêts.

Je voudrais dire que la politique de réduction de la pauvreté du gouvernement chinois a surtout profité aux agriculteurs ouïgours du Xinjiang, et que les bénéficiaires les plus directs du développement de l’industrie du coton dans le Xinjiang sont aussi des agriculteurs ouïgours. Je suis donc vraiment heureux de les voir sortir de la pauvreté grâce à la culture du coton au fil des ans.

Les sanctions de l’Occident font semblant de se soucier, en apparence, des Ouïghours, mais les agriculteurs ouïghours du Xinjiang doivent être les premiers à souffrir des sanctions sur le coton au Xinjiang. Je pense donc que la soi-disant sollicitude de l’Occident à l’égard des Ouïgours aboutira en fait au même résultat que la répression occidentale des musulmans dans d’autres parties du monde et, finalement, elle touchera également les musulmans chinois, notamment les compatriotes ouïgours en Chine. Sur le plan émotionnel, c’est également très inacceptable pour moi.

Wu QINER
Wu Quiner est journaliste, universitaire et chercheur de Taïwan.

Editeur : Zhu Gabei
Source : https://news.sina.com.cn/c/2021-04-03/doc-ikmxzfmk1928697.shtml

Voir en ligne : lu sur le grand soir

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation