Construire la police susceptible de répondre aux besoins de sécurité Jean-Claude Delaunay et la “sécurité”

, par  Jean-Claude Delaunay , popularité : 49%

Je suis bien d’accord, il n’y a pas que la sécurité des personnes, il y a l’emploi, les services publics, l’école, l’hôpital, et ainsi de suite.

Mais tout se tient, et le problème de la sécurité me tient à cœur, tant pour des raisons personnelles, que pour des raisons théoriques, que je voudrais expliquer ici. Tout se tient et il est bon de comprendre comment et pourquoi.

Un souvenir me vient en tête pour commencer. C’était un dimanche matin de l’été, à Villejuif, il y a quelques années. J’étais sorti tôt et je rencontre mon camarade Jean-Claude, égoutier, un camarade que j’aimais bien, vraiment, plutôt râblé, bien planté sur ses jambes, et surtout plein de bon sens. Il était blanc comme un linge. Je lui demande : qu’est ce qui se passe ? Il me répond. « Ce matin, je devais partir en vacances. Mais ma voiture a été saccagée pendant la nuit. Le pare-brise, les vitres, tout ça a volé en morceau. Je dois la mener au garage. Ce sont les loubards du quartier qui ont fait ça ». En quelques instants d’un plaisir stupide, ces jeunes branleurs avaient bousillé les vacances de ce copain et de sa famille, mangé les quelques billets mis de côté, au fil de l’année, pour payer une glace aux enfants, aller ensemble aux restaurants sans avoir à faire la vaisselle, pour se détendre de l’année, pour lui passée dans les égouts de Paris.

Des souvenirs de ce type, j’en ai d’autres. Pas des milliers, mais quand même suffisamment, et parfois plus dramatiques. Je ne sais pas ce qu’il est advenu de Jean-Claude. Il a quitté Villejuif. Je n’en dirai pas plus, car il faut aller de l’avant, sauf à souligner que nous, communistes, avons été décérébrés pendant plusieurs décennies sur beaucoup de questions et notamment sur celle-ci. Avoir été décérébré, ce fut agir sans principe, machinalement, parfois en fonction des bons sentiments. Ce fut dire le contraire ou autre chose que ce que disait la famille Le Pen. Comme si les communistes français n’avaient pas à s’exprimer d’abord et avant tout en fonction de leurs propres analyses et de leur propre pratique !

Nous avons été décérébrés au plan de la théorie et plus particulièrement du marxisme, que nous avons laissé tomber. Nous avons été décérébrés en perdant le contact avec la classe ouvrière et les travailleurs en général. Cela a commencé bien avant Robert Hue. Cette époque, espérons-le, est révolue. Quelle leçon tirer de tout cela pour l’avenir ?

Je voudrais éviter d’être une sorte de père Machu ridicule, jurant par scrogneugneu tout en caressant une moustache imaginaire. Je vais, cependant, avoir cette folle audace.

La sécurité des personnes fait partie de ces problèmes dont nous devons proclamer la solution de manière très carrée. Pour moi, la formulation correcte des choses est la suivante : NOUS, COMMUNISTES, SOMMES POUR LE RÉTABLISSEMENT DE LA SÉCURITÉ DANS CE PAYS DE MANIÈRE TOTALE ET IRRÉVERSIBLE. Je trouve que nous avons encore des réflexes de bon samaritain. C’est un peu comme si nous avions du remords à être en faveur de la sécurité des personnes. « Nous sommes en faveur de la sécurité, mais vous savez, on est pas des méchants ». Évidemment que nous ne sommes pas des méchants, évidemment que nous ne sommes pas des imbéciles, croyant que la répression va tout régler. Mais, à mon avis, il faut savoir qu’il y aura, dans la solution de ce problème, au moins deux phases : 1) la phase de l’immédiat qui sera à dominante répressive, 2) la phase du moyen long terme qui sera à dominante éducative et préventive.

Mais alors pourquoi la phase de la répression doit-elle être soulignée avec force ? Certainement pas pour faire de la surenchère avec l’extrême droite, dont je n’ai que faire pour penser l’avenir de mon pays, mais pour les deux raisons suivantes.

La première est que les individus et les groupes portant atteinte à la sécurité des personnes ne vont pas s’arrêter parce que l’on aura froncé les sourcils en leur direction. Laurent Brun l’explique très bien. La bête va se débattre et mordre.

La deuxième raison est que la voyoucratie est une alliée objective des classes dirigeantes. La France est malade et de sa maladie, dont la grande bourgeoisie porte l’entière responsabilité, les dirigeants de cette classe sociale, féroce et épuisée, tirent avantage. Cela les aide à prolonger leur pouvoir. S’ils observent que, dans le contexte d’une démocratie nouvelle, la voyoucratie est en danger, soyons certains qu’ils n’hésiteront pas une seconde à la soutenir sans doute avec doigté mais néanmoins de toutes leurs forces. Pour autant que j’aie compris l’histoire, le nazisme et ses variantes ne furent pas seulement l’extrême droite. Ce furent des systèmes à plusieurs composantes et parmi celles-ci figuraient les voyous, ce que Marx et Engels ont appelé « le lumpen proletariat ».

Lutter contre les voyous, c’est aussi lutter contre les classes dirigeantes. Si l’on prétend rompre définitivement avec ces mêmes classes dirigeantes, ce que nous proclamons, nous, communistes français, alors il nous faut rompre tout aussi définitivement avec la voyoucratie.

Mais comment faire ? Bien sûr, la police et la gendarmerie vont se trouver en première ligne pour accomplir cette tâche. Mais comment concevoir que celle-ci puisse être accomplie par des composantes d’un appareil d’État, qui fut structuré et formé par la bourgeoisie ? Je pense que, à travers ce questionnement, les communistes français sont directement confrontés au problème de l’État bourgeois et à la théorie qu’ils en ont. Faudrait-il « refaire une police » avant de commander à ce corps de l’État de « faire la police » ?

Le problème est compliqué mais je crois, d’une part, que nous devons l’aborder de front, car il concerne toutes les fonctions de l’État, et d’autre part, que la solution que nous lui apporterons de manière explicite sera l’illustration pratique de ce que nous appelons la dictature du prolétariat. Car il nous faudra non seulement mettre en œuvre la dictature du prolétariat (l’application de la théorie), il nous faudra également et peut-être surtout construire cette dictature dans la dialectique de la lutte et de la démocratie.

Nous n’allons pas reconstruire a priori, ou ex-ante, un appareil d’État devant nous permettre de mettre fin à la dictature de la grande bourgeoisie. Nous devrions plutôt, avec le soutien des masses populaires et, bien sûr, avec nos propres analyses, prendre place dans le mouvement réel. C’est ce qu’a fait Fabien Roussel, me semble-t-il, en participant à la manifestations des policiers. Reproche ne lui en sera certainement pas fait par les gens du peuple.

Nous devrions ensuite, avec les policiers, construire la police susceptible de répondre aux besoins de sécurité ainsi qu’à tous les besoins que la police a pour fonction de satisfaire. Les dirigeants factieux de tous les corps de l’État concernés devront certainement être neutralisés et chassés de la position qu’ils occupent. Mais dans l’expérimentation, par la majorité des personnels de l’Etat, de la malfaisance de leurs chefs actuels, de la malfaisance des doctrines qu’ils diffusent ainsi que des intérêts qu’ils défendent vraiment sans forcément le savoir.

Il va de soi qu’une telle démarche supposera, si elle est partagée, des conceptions et des analyses autres que celles de Titine Taintain, ou des supporters irréfléchis du marxisme-léninisme. Elle supposera une grande capacité politique et le soutien populaire.

Cela dit, elle ne reposera pas sur le sable de notre imagination. 1) Les CRS, pour ne parler que d’eux, sont aussi des enfants du peuple. Ce sont aussi des fils de paysans, d’ouvriers, de commerçants, de fonctionnaires. Cela ne s’est pas effacé d’un coup de leur mémoire. 2) Ensuite, la police n’est que l’un des corps professionnels concernés. L’expérimentation démocratique de la construction de la dictature du prolétariat sera une expérimentation générale. Entre ces expériences se produiront des effets de réciprocité et l’on peut espérer que ces effets seront positifs et convergents. 3) Il faut également penser que l’expérience de la démocratie nouvelle devra concerner d’autres professions que celles des corps d’État traditionnels. Je pense notamment aux informaticiens dont j’ai fait mention dans l’article publié sur ce site à propos du système chinois de crédit social. Nous disposons aujourd’hui de technologies matérielles et scientifiques dont nous pourrons faire usage dans cette lutte. 4) Enfin, dans ce domaine comme dans tous les autres, il est sain de tirer régulièrement les bilans nécessaires. La théorie est indispensable, mais la pratique collectivement raisonnée n’est pas mal non plus.

Je souhaite indiquer un dernier point relevant de l’analyse théorique. Les problèmes de sécurité que rencontrent aujourd’hui les Français ou les résidents français me suggèrent personnellement qu’existent 3 niveaux dans l’analyse des problèmes que les communistes se donnent l’ambition de contribuer à résoudre, et non pas 2, comme je le croyais précédemment.

La Nation, qui est le niveau de la décision, en occupe la place centrale. Elle est le point d’aboutissement de son intérieur et le lieu de la jonction avec l’extérieur, c’est à dire les autres Etats et les autres Nations.

La Société est l’assise de la Nation. C’est la cohérence de la Société qui constitue la force de la Nation. Éliminer immédiatement et définitivement la grande bourgeoisie de la direction et de la décision des affaires de la France est une priorité, d’une part pour la bonne marche de la Nation mais d’autre part aussi pour la bonne marche de la Société.

C’est alors que, d’un même mouvement, nous pouvons mieux comprendre les phénomènes suivants. La cohérence de la Société recouvre non seulement sa cohérence sécuritaire, mais également sa cohérence économique, Je ne dis rien de sa cohérence idéologique car cet aspect mériterait d’autres développements. Je signale au passage, pour celles et ceux que cela intéresserait, que j’ai traité de ces questions dans mon récent ouvrage sur le socialisme. J’y renvoie car je me suis "mouillé" à ce propos.

Quoiqu’il en soit, énoncer que nous recherchons la Cohérence de la Société en tant que résultante de toutes les cohérences jugées nécessaires à un moment donné du temps, et comme fondement de la force de la Nation, ne signifie pas que soit niée l’existence de contradictions au sein de la Société. Cela signifie que, lorsque la grande bourgeoisie aura été mise à la porte de tous les pouvoirs, la démocratie, à la fois procédurale et substantive, pourra donner à chacun sa place, sans phénomènes d’exploitation et de domination.

La Société est, pour moi, le niveau de ce que nous appelons le Peuple. Mais en abordant l’analyse de la Société par le biais de sa Cohérence, et donc de toutes les cohérences qui constituent cette dernière, nous agissons en sorte que le Peuple corresponde à une approche concrète, précise. Nous désidéologisons ce concept et la réalité qu’il recouvre.

On comprendra alors que la Nation que nous défendons diffère profondément de la perception qu’en ont la grande bourgeoisie et l’extrême droite. Nous, communistes, nous sommes des internationalistes. Nous ne sommes pas des nationalistes. Nous sommes à la fois des patriotes et des internationalistes parce nous aspirons seulement à la défense des intérêts de notre peuple et de sa souveraineté. Nous sommes pour le respect de toutes les nations et non pour la suprématie de notre Nation ou de quelque Nation que ce soit sur les autres.

Voir en ligne : lu sur le blog histoire et société

Brèves Toutes les brèves

Navigation